lundi 19 novembre 2012

Dialogue improbable et décousu


De mon acte manqué, j'en tire comme enseignement que je n'étais pas prêt à cette intervention.
Quelqu'un m'a dit : « Ton corps n'était pas prêt ». Je pense assez bien que la remarque est juste, que mon corps soit prêt suppose que j'accepte le bien-fondé de l'opération.
Ma tête s'est résignée, mon corps dit non. Comme s'il avait signifié : 
— Tu ne t'es pas arrêté suffisamment, tu ne nous a pas donné le temps de dire oui.
Ou de dire non ? Sincèrement nous, ton corps, on a un peu compris qu'il ne fallait pas garder cette tumeur là où elle s'est infiltrée, mais on n'en a un peu marre de toutes ces défaillances successives dont tu n'es pas responsable, mais qui sont pénibles pour tous…

— Que veux-tu mon pauvre corps ! C'est ainsi. On se supporte l'un l'autre depuis tant d'années on n'en a vu de toutes les couleurs, et pas toujours des plus belles. Tu as souffert. Beaucoup parfois. Et c'est pas fini. On sait très bien, toi et moi, qu'il faudra vivre jusqu'au bout cette lente dégradation. Et la placer dans la croyance en la vie jusqu'au bout. On sait cela depuis 53 ans.
Alors voilà, c'est juste un nouvel épisode. Il suffit que tu voies autour de toi les signes positifs qui président à ta vie depuis toujours.
Ton environnement favorable - ceux qui t'aiment - ceux qui t'ont manifesté leur présence - l'équipe médicale et compétente que tu as vue - tes filles attentionnées.
Et puis, elle, et cette parole ce matin qu'elle t'a dite comme ça au saut du lit, qui a jailli sans prévenir : « En route pour une nouvelle aventure ! ». Cette parole qui a tellement de sens pour vous-deux : « le début d'une grande aventure ». Souviens-toi de cette certitude qui ne vous a jamais quitté depuis le début des années 70, qui a enraciné toute votre vie, parce que c'est une parole inspirée, venue du souffle de votre unité de couple, emboîté à d'autres qui partageaient la même certitude.

Ça n'a pas changé depuis. C'est toujours le Début. Ce sera le début jusqu'à… même pas la fin… jusqu'à toujours ce sera le début d'une grande aventure. Au fond il n'y a que cela :
Des commencements. Des aubes nouvelles qui nous tirent de nos nuits, parce que nous serons toujours des voyageurs de l'Aube, ce nom qui s'est imposé pour mon autre blog.
C'est dans cette perspective que j'inscris cette petite intervention. Dans l'aventure de nos vies. Celle-là même que j'ai toujours trouvée si belle. 
. De cette beauté qui porte au demeurant le signe du vivant
. De cette beauté constituée des joies les plus profondes, autant que des épreuves les plus lourdes, 
. De cette beauté de la lumière dans les yeux, malgré les blessures et le flétrissement du corps vieillissant.
. De cette beauté en rayons de soleil que sont les rides du visage, tels des sourires de bonté et d'amour.

*

« Vous n'avez pas le choix », m'a-t-il répété. 
En effet, je n'ai pas d'autre choix que celui de la vie. Je ne veux pas d'autre choix que d'extirper ce qui est porteur de mort dans mon corps aujourd'hui.
Alors j'irai  Confiant.
Je m'inscrirai résolument dans la Confiance dans l'Humain, qui se transcende lui-même, à l'image de cet homme de Galilée, détenteur de divin.
Cette confiance-là qui est la seule porteuse de l'Aventure.


Oeuvre de J.C. Gaugy

19 commentaires:

  1. Après avoir vécu, contrairement à toi, soixante ans sans le moindre problème médical, il m'est tombé dessus, loi des séries aidant, toute une chiée de maux graves dont le détail est sans intérêt, mais dont la succession rapide m'a fait demander à mon hosto favori s'ils n'avaient pas un système d'abonnement.
    Là où mon histoire rejoint la tienne, c'est qu'à chaque fois, j'y suis allé avec une sorte de fatalisme (quand on y est, on y est, on ne peut rien y faire). Mais un fatalisme positif : s'il faut y aller allons-y sereinement, en confiance. Si les doutes et les angoisses avaient un jour arrangé quelque chose, ça se saurait n'est-ce pas.
    Je suis confiant pour toi, puisque tu l'es.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que parfois les ennuis nous tombent dessus et se succèdent. Mais, même si on a un « passé médical », on ne s'habitue jamais aux retours de manivelle…

      J'aime bien le « fatalisme positif ». Et finalement c'est cela sans doute un essentiel : la confiance.
      Alors, merci de celle que tu me manifestes.

      Supprimer
  2. nicole 8619/11/12

    Proposition de lecture : Tu es passé de la confiance éclairée à la confiance en acte, il me semble que ce chemin a impliqué ton être dans sa totalité (et peut-être même ta compagne).

    PS 1 : envie de contester le Galiléen "détenteur de divin", oui cette idée de détenir, de posséder me dérange, je préfèrerais accueillant ou source ou coupe ou point de rencontre ou parcelle ... bref je ne trouve pas le mot qui réunirait tout ce que je lui associe mais je te fais confiance, toi, tu vas me le donner !

    PS 2: tes filles attentionnées ?

    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne prends pas le sens détenteur au sens de posséder. Mais plutôt au sens d'avoir entre ses mains, quelque chose dont on a la disposition mais qui ne nous appartient pas, et cependant le détenir oblige à accomplir.

      Je n'ai pas compris ton interrogation du PS 2

      Supprimer
    2. Pour le PS 2 : je viens de piger....
      c'est une faute d'écriture, même pas vue jusque là.... c'est évidemment attentionnée.....
      (je corrige)

      Supprimer
    3. nicole 8619/11/12

      merci pour la précision sur le vocabulaire.

      je n'ai pas compris les filles intentionnées de ton billet.

      Supprimer
  3. Ton billet me touche, fort
    Cette incroyable confiance que tu n'as cessé de faire en l'Humain et dans l'Amour
    Oui indéniablement, comme tu nous le partages si bien, cette petite intervention fait partie de votre belle et grande aventure. Vous êtes, toi et Elle des voyageurs de l'aube
    A l'aube, tout est possible, pour autant qu'on fasse confiance en cette capacité à passer à travers tout, avec et par l'amour
    J'aime beaucoup ces phrases-ci:
    "De cette beauté de la lumière dans les yeux, malgré les blessures et le flétrissement du corps vieillissant.
    . De cette beauté en rayons de soleil que sont les rides du visage, tels des sourires de bonté et d'amour."
    On est loin des canons de beauté dictés et imposés par la mode
    J'aime aussi beaucoup l'illustration de Gaugy, que je ne connaissais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À propos de cette confiance, parfois je m'interroge, à quand remonte-t-elle dans mon histoire ?
      Je me demande si je ne l'ai pas toujours eu plus ou moins… Comme un fond de tableau.
      Ce que je vois surtout ce sont les périodes où j'ai cru l'avoir perdu. Les périodes de désespoir et de désespérance sans fond.
      Il me semble alors que « quelqu'un » est toujours venu me rattraper par la manche…

      Ah ! Les canons de beauté… C'est très bien dans l'art… Les peintres, les sculpteurs… C'est très bien pour les magazines de mode, avec toutes ces nanas exsangues entièrement refaites à la palette graphique ( merci PhotoShop…).
      Mais la vraie beauté, elle est toujours dans la rue, dans nos entourages du quotidien. Suffit tout simplement de savoir regarder…
      Mais aujourd'hui, on ne regarde plus tellement… On mate !

      Supprimer
  4. Charlotte19/11/12

    "Je m'inscrirai résolument dans la Confiance dans l'Humain, qui se transcende lui-même, à l'image de cet homme de Galilée, détenteur de divin.
    Cette confiance-là qui est la seule porteuse de l'Aventure."

    Tout me touche dans ce texte. Cet intimité qui nous livre, est un grand don de toi qui tu nous fais. Comment te dire Merci.
    Je te suis dans ta marche .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais qu'il me fallait vivre une certaine « transparence » à propos de ce que je vis actuellement. D'habitude, concernant la santé, Je suis plutôt muet en public.

      C'est moi qui est aussi envie de te remercier d'être une de mes plus fidèles lectrices…
      C'est pour moi quelque chose de précieux.

      Supprimer
  5. Joli texte...la confiance t'a permis de vaincre et te permettra de vaincre toujours.... Te voila prêt pour une nouvelle aventure....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, et tu sais pour toi-même ce que cela veut dire…

      Supprimer
  6. Juste merci d'écrire.Juste merci d'être toi.

    RépondreSupprimer
  7. Ce que tu as écrit est extrêmement touchant.
    Je penserai à toi, demain, Alain.
    Amitié sincère.

    RépondreSupprimer
  8. J’ai du retard dans mes lectures ! Ce qui explique ce passage tardif.
    Je te souhaite simplement que tout se passe au mieux.
    Et je te fais un gros bisou retentissant... :-)

    RépondreSupprimer
  9. Demain sera un nouveau repère dans ta vie. Qu'il le soit à la hauteur de tes propres attentes. Et n'oublie pas de mettre le slip à usage unique!

    RépondreSupprimer
  10. --------------------------------------
    ---------------------------------------
    -------------------------------------

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.