Accueil

lundi 10 décembre 2012

Y aura-t-il de l'amour à Noël ? (vieux textes)


Que serait un Noël sans amour ?

Ce n'est pourtant pas garanti partout… Parfois le « en famille » est peu supportable, notamment quand les querelles anciennes refont surface, alcool aidant, et paroles malheureuses lancées à la cantonade.

Espérons qu'il puisse en être autrement partout. Peut-être est-il possible de changer de regard  sur ceux/celles que l'on ne sait plus voir pour qui ils/elles sont vraiment ?

J'en forme le voeu pour moi envers un membre de ma famille évoqué ici dans le passé, et pour que mon regard sur lui soit autre.

Peut-être arriverai-je à m'inspirer d'un texte que j'écrivais en 1985 et faisant partie de ma série "Vieux textes"

-------

JUIN 1985

— Aimer c'est porter le regard sur l'autre au coeur de lui.
C'est le voir en qui il est vraiment avec ses richesses d'être, ses trésors de vie même encore enfouis.
— C'est porter sur lui le regard d'émerveillement et de tendresse.
— Aimer c'est exprimer à l'autre tout cela. Lui refléter le beau de lui, ses qualités, sa beauté,…

— Aimer c'est percevoir l'autre en son devenir. Le voir dès aujourd'hui comme plus loin qu'il n'est, non pas d'un mouvement décollé du réel qui dirait : je voudrais bien qu'il soit comme ci ou comme ça ; mais d'un regard d'amour qui fait regarder l'autre au coeur de son coeur et s'émerveiller déjà de tout le déploiement qui s'en vient.

— Aimer c'est accueillir l'autre tel qu'il est aujourd'hui, avec ses limites, ses étroitesses, ses mouvements de non vie. C'est être patient là. C'est entrer dans une ascèse de présence aimante, qui est un profond respect de l'autre, totalement libre d'exister tel qu'il le choisit.


NUS  de Simon (peintre, écrivain)

10 commentaires:

  1. Merci pour ce "vieux texte"... Je m'en souviendrai lorsque je serai autour de la table de Noël... Regarder chacun en l'accueillant tel qu'il est, en le voyant dans son beau devenir, avec tendresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense que c'est une bonne attitude…

      Supprimer
  2. Charlotte10/12/12

    Mon soucis (en temps que mère et grand mère) dans ce genre de grande réunion familiale c'est de permettre à chacun de prendre la parole. Souvent un, prend tout ou trop de place empêchant ainsi les autres de s'exprimer.
    Je suis très attentive à cela parce que je vois très bien ceux qui alors restent sur leur faim de partager aux autres.

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui ! J'aime beaucoup cette attitude…
    Plus que ça… J'admire…

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup le dernier paragraphe
    Non seulement comme façon d'aimer les autres
    Mais aussi en espérant être aimée moi-même de cette manière là, avec mes limites, mes étroitesses, mes mouvements de non vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'attitude du dernier paragraphe est totalement indissociable de celle du paragraphe précédent. Sinon je pense que l'ascèse est invivable.
      Quant à être aimé soi-même dans ses limites et étroitesses… Certes… Mais aujourd'hui je compléterai mes écrits de 1985 en parlant des limites que cette attitude comporte, en particulier en matière des "complaisances réciproques" dans lesquelles la relation peut s'embourber…

      Supprimer
    2. ...des limites que cette attitude comporte, en particulier en matière des "complaisances réciproques" dans lesquelles la relation peut s'embourber…"

      Ce serait intéressant que tu détailles un peu ;-))

      Supprimer
    3. Je pensai à des choses du genre :
      - l'un ( évoquant ses « failles » et se faisant complaisant avec lui-même ) : « de toutes façons je suis comme ça, faudra t'y faire, je ne changerai pas ! »
      - L'autre ( démissionnant et faisant le jeu des failles de l'un) : « oui mon/ma chéri(e), je comprends, je vais me sacrifier pour toi »

      Supprimer
  5. Carole12/12/12


    pour aller avec ce vieux texte : voici une vieille chanson.
    le principal obstacle à l'amour c'est l'orgueil :

    http://www.youtube.com/watch?v=Oglod79x0D8&feature=player_embedded#!

    bonnes fêtes Alain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il faut choisir entre Orgueil (amour de soi démesuré) et Amour de l'autre....

      ------
      Ah Lucienne Delyle !
      Ça me rappelle ma mère et mon enfance.....
      "J'attendrai toujours ton retour" chantait ma mère... évoquant ainsi l'attende du retour de mon père durant la guerre...

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.