Accueil

vendredi 8 février 2013

Désintérêt


Est-ce que je dois m'inquiéter ? Est-ce que je dois m'affoler ?
Je vis une sorte de désintérêt pour « la chose publique ».
Il paraît que nos politiques se bagarrent pour ce truc du mariage de ceux qui ne peuvent pas encore se marier, mais le pourront bientôt. Il paraît que nos parlementaires en discutent pendant des jours et des nuits.
Je m'en tape comme de mes branlettes avant le mariage !
Une de mes filles qui a pris une position tranchée, m'envoie la littérature qu'elle relaie à tout son carnet d'adresses de ses admirateurs et admiratrices.
Je ne lis même pas.
Je vire à la corbeille.

Pour la politique en général, l'état du monde, je passe aux aveux : je m'en contrefous !
Je vois des blocs qui s'insurgent contre tout, son contraire, et le reste, maniant les arguments en tous sens, à l'endroit, à l'envers, en haut, en bas, pour finir par avoir le tournis et se casser la gueule dans une conclusion à la con !
Je vire les blogs.

Je ne pense plus. Je me retire. Coïtus mentālis interruptus.
Je me suis passé le cerveau à l'auto lessiveuse. J'ai déglingué mes neurones au Karcher. Je n'ai gardé que ceux qui me mettaient en contact avec moi-même. Je suis entré dans l'égocentrisme forcené. Que les autres aillent se faire voir. Je ne m'intéresse plus qu'à moi, à moi, à moi. D'ailleurs, je n'ai rien fait d'autre que cela depuis toujours. Je suis pour l'ego triomphant.

Je proclame que la terre entièrement m'emmerde, et que moi seul mérite attention !

Bref !
Je deviens « comme tout le monde » !

Je progresse, hein ?

17 commentaires:

  1. Crier sur tous les toits, qu'on s'en fout de tout, c'est une bonne thérapie!Au moins là,tout est dit, on ne risque pas de vous reprocher de ne pas l'avoir dit! D'ailleurs, vous devez vous en foutre aussi.
    Votre blog est un véritable bol d'oxygène, on n'a pas besoin de prendre tout avec des pincettes, d'ailleurs vous vous en foutez "royalement"et nous aussi!
    Bonne journée quand même à moins que...

    RépondreSupprimer
  2. Charlotte8/2/13

    Du moment que tu gardes de l'intérêt pour "la chose" privée!Tout va bien. A ce sujet ! le sujet du jour dans tous les journaux et hebdomadaires est "L'origine du monde". De quoi en perdre la tête !

    RépondreSupprimer
  3. Tout ça pour ça...? J'ai du mal à le croire :)

    RépondreSupprimer
  4. Tu en es lucide et conscient ? C'est ce qui importe... Tout n'est pas perdu... :-)
    Belle fin de semaine à toi, Alain !

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui quel progrès !
    :-)

    Bon week-end AlainX, loin des médias, des blogs d'actualité, des remous de la société...etc, etc.

    RépondreSupprimer
  6. Voilà un programme fort intéressant!
    Je note que tu as arrêté la branlette après le mariage, pas Moi !!:))

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais pas trop quoi dire mais pour ma part, je m'en fous de plus en plus également, je n'ai pas d'avis sur tout, pas d'avis du tout ! c'est moi que je cherche, et ça me prend tout mon temps.

    RépondreSupprimer
  8. Tout pareil. Sauf pour le moi...

    RépondreSupprimer
  9. Désintérêt, si je puis me permettre, ne me semble pas être tout à fait le mot...Je dirais plutôt un recul, une sorte de repli. En tous cas, je vis la même chose. Cette impression que je perds ma "niaque" politique, que je ne parviens plus à me situer parmi tous ces combats un peu vains, ces polémiques. Mais je ne perds pas de vue qu'il faut rester vigilant pour ne pas se laisser souffler la liberté d'expression qui nous permet d'écrire sur ce blog ou ailleurs. Je pense qu'il faut garder quand même un peu de ressort pour le cas où il faudrait tout d'un coup entrer en résistance (ça s'est vu par le passé)Si on se laisse trop couler dans une espèce de torpeur molle et tiède, on risque de se laisser enfumer sans réagir.(L'histoire de la grenouille dans la casserole) C'est en ce sens que je pense que le mot "désintérêt est trop fort. Cela dit, je pense depuis un certain temps déjà que ceux qui s'épuisent à vouloir changer le monde feraient mieux de se recentrer sur leur entourage: s'inquiéter des malheurs du monde, c'est bien, mais ne vaut-il pas mieux essayer de rendre heureux quelques personnes autour de nous. Ce que tu fais, j'en suis sûre, chère Alain, même si tu essaies dans ce billet de te faire passer pour un affreux égocentrique qui ne pense qu'à son nombril. Je suis bien placé pour dire que c'est un peu exagéré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme10/2/13

      "cher Alain"

      Supprimer
    2. Certes...il avait rectifié, je pense!

      Supprimer
    3. Non non ! Pas rectifié…

      - "Et j'ai crié.. criééé-éééé Aline !! pour qu'elle revienne ! »

      :-)

      Supprimer
  10. Parfois, je me sens bien après plusieurs jours sans avoir écouté ou lu les informations.
    Tout ce bruit pour des choses horribles, meurtres, bagarres politiques, guerres, pouvoir d’achat, fermetures d'usines, taux de chômage...
    C'est trop, parfois. Pour mes yeux, mes oreilles, mes épaules;
    Je ne prône pas l’indifférence, mais il me semble que parfois ça fait du bien de se déconnecter de tout cela, de se recentrer sur soin sa famille, ses proches, sa vie avec ses petits bonheurs quotidien/
    Et ne pas se laisser polluer toujours l'esprit par tout ce que l'on nous donne à digérer;

    C'est mon petit avis. Mais je sais qu'après 2,3 jours sans me préoccuper de ces choses, je me sens bien...

    RépondreSupprimer
  11. MERCI A CHACUN/E POUR VOS COMMENTAIRES !

    Je n'ai pas grand-chose à ajouter ou à répondre…
    Et pour tout vous dire… j'ai été ces jours-ci un peu « à la bourre » pour répondre à des sollicitations de relecture de publications qui, bien entendu, étaient toutes D'EXTREME URGENCE !
    :-)

    RépondreSupprimer
  12. C'est drôle de se reconnaître!:)

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.