vendredi 15 février 2013

La bonne parole.


L'expression n'a pas vraiment bonne presse. Elle évoque assez vite « prêcher la bonne parole », celle qui devrait être officielle, admise par tous, politiquement correcte, dans l'air du temps, ou à l'inverse la parole moralisatrice, réactionnaire, du retour aux sources et du « c'était mieux avant », ou encore celle qui rappelle les principes estimés intangibles et immuables pour la nuit des temps.

Combien de colonisateurs, missionnaires, pillards, ont débarqué là où il n'aurait pas dû apporter leurs illusions anthropologiques d'être détenteur de la vérité des vérités sur tout et sur tout le monde.

Il est des bonnes paroles particulièrement mauvaises.
C'est toujours vrai aujourd'hui. Les politiques, les médias, les communicants, les publicitaires, dont  la principale qualité est le mensonge, sont fabriqués pour nous apporter la fausse bonne parole. Ils sont payés pour ça. Ils ont l'ambition de nous endoctriner d'une manière light et continue, afin de mieux nous posséder, dans tous les sens du terme.
Malheur à celui qui se déclare être insensible à tout cela, qui proclame ne pas être atteint, encore moins touché, encore moins consentant. Malheur à lui : car c'est la démonstration qu'ils ont réussi l'aveuglement.

Ces entubeurs, sans doute possible, sont bien pires que les braves missionnaires religieux d'antan qui convertissaient les petits nègres ou les petits vietnamiens. Ceux-ci avaient peut-être le mérite d'avancer au grand jour, avec leur artillerie lourde pour convertir manu militari.
Aujourd'hui tout est calculé pour anesthésier les consciences et rendre docile par une sorte de pensée commune, organisée pour nous ailleurs, et distillée à longueur de jour et de nuit, par tous les moyens dont la modernité dispose.

Ceux qui contestent et se révoltent, se contentent de s'indigner et critiquer. Faites du bruit ! (buzz). Mais où est leur parole positive et constructrice ? Finalement si c'est pour remplacer une tyrannie par une autre…


Où est donc la bonne parole ? Existe-t-elle vraiment ?
Mais peut-être, et surtout, comment la reconnaître ?

15 commentaires:


  1. La "bonne parole" est issue de soi.

    Elle vient de l'intérieur.

    Elle ne viendra jamais de la bouche de quelqu'un d'autre, elle peut se reconnaître dans les mots d'un "autre", mais elle vient de l'intérieur de soi.

    Elle est une voix unique à nulle autre pareille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une définition qui me plaît bien…

      Supprimer
  2. Charlotte15/2/13

    La bonne parole se reconnaît à l'amour qu'elle propage.Elle écoute , respecte l'autre, elle n'impose pas, elle interroge, elle cherche la vérité, refuse les discours de haine. La bonne parole aime l'autre le différent...
    Ta question m'a conduite ,m'a fait me diriger à la première épître ( 13)de Paul aux Corinthiens !Il paraît que tous les chemins ( ceux de la réflexion et de l'écriture) mènent à Rome !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'idée que la bonne parole se reconnaît aux bons fruits qu'elle produit…

      À Rome ! ?
      J'espère bien que non…
      À rhum, Peut-être ? ( Surtout celui de l'île de la Réunion… en particulier le Rhum Charrette...)
      :-))

      Supprimer
  3. Avant on se faisait entuber naturellement, aujourd'hui on se le fait cathodiquement! Rien n'a changé au fait, si ce n'est les outils!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. héhé !
      Tu me fais rire !
      :o)

      Supprimer
  4. La bonne parole dépend de ce que chacun en attend.
    Je sais ou vous, par exemple, cher Alain, avez entendu la bonne parole. J'ai lu vos textes sur votre maitre à penser. Elle était là, la bonne parole.

    La bonne parole, je la trouve au hasard d'un billet sur Internet.
    Je la trouve dans un livre, sans m'y attendre.
    De la bouche de mes enfants parfois.

    partout où je trouve de la sagesse ou de l'amour, je trouve une bonne parole. Je l’accueille avec joie.

    RépondreSupprimer
  5. ....Reste que la bonne parole peut émaner d'un homme simple, mais pétri de sagesse, de culture, de modestie et surtout pas du tout arrogant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout à fait d'accord : la bonne parole vient aussi d'autres.... mas pas n'importe qui, comme tu dis !

      Supprimer
  6. La bonne parole est peut être celle qui nous fait du bien, celle qui panse nos blessures,ou bien celle qui est en accord avec ce que l'on ressent on plus profond de soi mais que l'on ne pouvait exprimer...la bonne parole pour moi est forcément dénué de tout intérêt personnel, de mercantilisme mais est plutôt empreinte d'amour et d'altruisme.
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me plaît l'idée que la bonne parole soit celle qui nous fait du bien.

      C'est pareil pour nous aussi sans doute : quelles sont nos paroles qui font du bien à l'autre ?

      Supprimer
  7. La bonne parole, c'est vrai, ça fait un peu suspect (gourous et compagnie...).Mais globalement,je suis assez d'accord avec tous les commentaires précédents. Je rajouterai avec mon optimisme légendaire que la liberté de penser et l'esprit critique sont les deux diamants qui nous permettent de trancher dans le tas pour en faire émerger la bonne parole:celle qui est bonne pour nous quand on interroge nos forces vitales. Issue de soi, quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a sans doute alors une sorte de congruence entre une parole que l'on reçoit et qui vient rejoindre ou faire surgir la parole semblable qui était déjà en nous.

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.