Accueil

vendredi 24 mai 2013

À demain, Georges




Alors bien sûr, comme à chaque fois, il y a ce choc.
On se dit encore un.
Un de plus sur la liste qui commence à se faire longue.

Alors bien sûr, les souvenirs affluent.
Comme à chaque fois.
Tu te rappelles ? « Ma liberté »
en ce temps-là c'était toi ma perle rare.
En ce temps-là tu étais « nue comme une cerise »
mais ça, c'était l'autre, le Jean, parti aussi.

Nostalgie ?
Non, bonheur qui dure.
Miracle de l'évocation, ce temps-là c'est encore maintenant.
Parce qu'il y a toujours toi,
parce qu'il y a toujours nous,
 parce que tu étais fière de tes petits seins, 
parce qu'il sont toujours aussi beaux,
parce que l'amour est plus fort.

Parce que, plus que jamais nous irons la vivre jusqu'au bout.

12 commentaires:

  1. C'est chez toi que j'apprends cette nouvelle...

    "Ma liberté", "ma solitude", ça me parle tout ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ben oui.... Je comprends bien que ça te parle…
      :-)

      Supprimer
    2. Anonyme26/5/13

      Moi ça me chante !

      Supprimer
  2. Brassens, Brel, Moustaki, Ferré ont peuplé mon enfance. Mes parents étaient "fans".
    Avec son décès, j'ai le sentiment curieux que mon enfance est définitivement envolée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle s'envole sans doute…
      Puis elle vient se poser ailleurs, en nous-mêmes…

      Supprimer
  3. Charlotte24/5/13

    Entre la liberté , la révolution, l'amour je choisis tout.

    RépondreSupprimer
  4. Nous avons les mêmes valeurs.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dégusterions-nous les mêmes rillettes ?
      :-)

      Supprimer
  5. oui, c'était au début que je tâtonnais à la guitare.. Moustaki était un troubadour dansant sur un fil.. j'ai ressorti le 45 tour du Métèque , acheté en sortant du lycée il y a tellement longtemps....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah !
      Nos vieux 45 tours !
      :-)

      Supprimer
  6. J'avoue que je connais peu...
    Mais je vous embrasse.

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.