Accueil

samedi 22 juin 2013

le "Château" ...


Elle nous avait indiqué la route la plus intéressante pour aller de "ça" à "là". Une petite route de montagne moyenne qu'elle nous montra sur la carte. —  Vous verrez, c'est très intéressant. Un peu caillouteux, mais vous avez une bonne voiture. Et puis par là, les touristes ne passent pas. En plus il ne pleut pas. Vous ne risquez pas de déraper et de faire une embardée sur le contrebas.
Elle pointa son doigt sur la carte, juste après un virage.
Elle dit : 
— Ici faites attention. Sur votre gauche vous verrez le château. On l'appelle comme ça dans la région. Vous savez, il ne faudra pas trop vous approcher. Surtout ne vous arrêtez pas. Et même, ne ralentissez pas la voiture. Passez normalement, sur la route. Je ne vous dis pas d'accélérer parce que c'est sinueux. Il ne faudrait pas que vous ayez un accident. À cet endroit-là se serait désastreux.

Nous nous sommes penchés sur la carte. Elle aussi. Elle a alors murmuré, comme dans un souffle, comme si les murs avaient des oreilles :
— cette Bâtisse héberge une secte dangereuse...

Mon amie et moi avons échangé un sourire complice, mais notre hôtesse avait le visage fermé et sérieux. Elle ajouta : — Ne souriez pas, si vous saviez !
J'ai rétorqué aussitôt : — Racontez-nous !
— Je ne peux rien dire, et d'ailleurs j'ai déjà trop parlé. Et puis, on ne sait pas vraiment. Dans les campagnes il y a toujours des rumeurs bizarres.

Puis elle dévia rapidement la conversation sur d'autres endroits qui ne fallait absolument pas manquer : — Garez la voiture ici, prenez ce chemin sur 100 m, vous verrez les vestiges très intéressants d'une petite chapelle détruite pendant la guerre. Mon grand-père m'avait raconté qu'il allait y prier avec ferveur je ne sais plus quel saint bénéfique pour attirer son attention sur lui. 

Ah ! Les vieilles croyances !…
Nous avons pris la route. Après le fameux virage, le « château » est apparu. Une bâtisse un peu lugubre en effet, sur la hauteur par rapport à la route, à moitié cachée par un haut mur d'enceinte façon château fort. J'ai arrêté la voiture. Nous sommes descendus regarder et j'ai pris une photo. C'était amusant d'imaginer derrière ces murs une bande de joyeux écervelés, adeptes de je ne sais trop quelle divinité ésotérique, menant le soir sabbat tapageur autour d'un feu satanique.

C'est en remontant en voiture, jetant un dernier coup d'oeil, que,  entre deux créneaux de la muraille, j'ai vu cette silhouette sombre. Un homme venait de surgir. Dans le contre-jour, j'ai juré qu'il avait un fusil à l'épaule, façon garde-chasse. Mon coeur se mit à battre plus fort, j'ai fait claquer la portière et démarré aussitôt. Quelques instants plus tard mon amie et moi entendions un claquement sec. J'ai dit : — Putain ! Il a tiré le con !

Mon amie est parti d'un grand éclat de rire sonore. Moi aussi quelques instants plus tard.

Il n'empêche… Le soir à l'auberge, basculant mes photos sur l'ordinateur, j'ai obtenu ceci.
Peut-être y a-t-il certaines histoires auxquelles il faut croire

clic pour agrandir


Librement inspiré de faits réels de mes dernières vacances….

11 commentaires:

  1. un petit côté kafkaïen... ne pas tout comprendre parfois et peut-être croire en effet à certaines histoires... (celles qui nous interpellent, pas toutes!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme les enfants : on dirait que c'était pour du vrai....

      Supprimer
  2. gazou24/6/13

    L'arrêt était obligatoire, le lieu étant entouré de mystère...Belle photo qui suscite l'imagination

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé oui ! Vive les bidouilles avec PhotoShop !

      Supprimer
  3. Lugubre ou sinistre? j'hésite entre deux frissons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et 2 frissons pour le prix d'un seul ?
      Ça te dit ?
      :-)

      Supprimer
  4. sissimpératrice25/6/13

    Waouhhh on dirait la maison de la famille Adams lol je passe sans m'arrêter... ce genre de frissons, non j'ai peur moi.
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-il pas parfois des frissons délicieux ? ! ...
      :-)

      Merci de ton passage... et de t'être "arrêtée" sir mon petit délire....

      Supprimer
  5. Curieuse comme je suis, et pourtant peureuse, je me serais arrêtée moi aussi…
    Et c'est vrai que la photo en dit long…
    Finalement, je me sauve…
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curiosité + peur = de jolis frissons !!
      :-)

      Supprimer
  6. Mais non, me revoilà pour admirer les merveilles de la plume, de l'œil et de la technologie! Merci Alain!

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.