Accueil

mercredi 17 juillet 2013

Merci Papa !


Ce matin, j'ai écouté la radio…
Si, si, je vous assure, en plein mois de juillet, j'ai tourné le bouton. Enfin, non, j'ai appuyé sur le truc ON/OFF, faudrait pas non plus croire que j'ai encore la radio surmontée du gramophone où mon ancêtre écoutait ici Londres, les Français parlent aux Français.

Quoique là, j'ai entendu un Français qui parlait aux Français : Pierre Gattaz, le nouveau patron des patrons, le fils à papa, fidèle qui a déclaré avoir « fondé des entreprises », ce qui est facile quand on s'appelle Gattaz et que papa était déjà le patron des patrons dans les années 80. À défaut de méritocratie ont fait dans le papatocratie.

Donc, ce tout nouveau chef des chefs a tenu des propos de vieux… On aurait cru entendre son papa, ce cher Yvon ! En effet, elle a soutenu, qu'après la famille, la plus belle chose au monde c'était l'entreprise…  Et que le seul truc au monde qui rendait l'homme digne, c'était le travail. 
C'est marrant, cela m'a rappelé des vieilles choses, et il me semble qu'un type nommé Pétain, avait, à une certaine époque, déclaré des trucs du genre : travail, famille, patrie.
Mais bon, sans doute qu'il faut pardonner à Pierre Gattaz parce que, quelques minutes avant il avait déclaré :
— le chômage ça me rend malade
et puis un peu plus tard :
— le gouvernement et sa politique ça me rend fou.

Conclusion : le patron des patrons, qui va causer avec les ministres, il est à la fois malade et fou… Il pousse même la folie à le déclarer devant le micro de France-Pépère.

Le Pays a l'avenir avec lui…

Du coup, j'ai éteint la radio en appuyant sur le truc ON/OFF

Comme aurait dit ma grand-mère :
— Ce n'est pas bien de couper la parole à des gens quand ils parlent…


Le cher Papa (déguisé) décoré
Le (bon) Fiston veston

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.