lundi 2 septembre 2013

Rentrer !

Le week-end en bord de mer s'est passé à quasiment ne rien faire. Le ciel était bleu, le soleil généreux, (enfin surtout à partir de la fin de matinée…), Avec un petit vent frais (un peu trop frais…) du nord-ouest. On a déambulé dans les rues, au marché, (un excellent jambon à l'os qu'on a dégusté le midi), le long de la plage,…

Il n'y avait pas grand monde. Tant mieux.
Dès que la marée descend, les mouettes se rassemblent  par centaines sur l'immense plage, se disposent en escadrille, quasiment à égale distance les unes des autres, toutes tournées dans le même sens, prêtes au décollage dès que se pointe un jogger, ou un chien-chien à sa mémère… De leurs cris stridents de commandantes en chef, trois ou quatre donnent l'ordre de décoller, et hop, stratégie bien au point, elles vont se poser sur l'eau 50 m plus loin, puis, une fois l'alerte terminée, reviennent toutes ensemble sur le sable quasiment au même endroit.
J'ai toujours observé ce phénomène vers la fin août, jamais en juillet. Coïncidence ? On ne les voit alors que le matin. Parce que la plage est déserte ?
Ce manège "mouettien" me fascine toujours. On pourrait croire que c'est l'heure du repas, qu'elles vont chercher dans le sable mouillé je ne sais trop quelle nourriture. Mais non ! Elles restent là, immobiles tant que personne ne les dérange. Et puis, tout à coup, on ne sait pourquoi, c'est le grand envol. Où vont-elles ? Est-ce que ce seront les mêmes qui reviendront demain matin ?

Parfois, je me demande qui imite qui.
Car, en pleine saison, la gent humaine se comporte à l'identique. Dès que les nuages se dissipent, que le soleil reprend possession du ciel, on voit débarquer une volée d'humains qui vient atterrir sur la plage. Pour faire quoi ? Une minorité pratique des « jeux de plage ». Une autre minorité se baigne : la plu courageuse, celle qui ne craint pas la froideur des flots de par chez nous. Mais la plus grande majorité s'étale sur le sable et offre son corps aux rayons dardants, vrillant la peau avec courage et persévérance, afin de la brûler pour l'immédiat, et de lui préparer un joli mélanome pour l'avenir.

Ma compagne (moi aussi d'ailleurs), n'a jamais exposé son corps au soleil. Ou si peu. Si bien qu'à présent, elle a gardé une peau splendide, exempte de toute tache solaire, de plis disgracieux, et comme elle a une jolie peau de brune (tout en ne l'étant pas …), c'est parfait ! 

*
Bon !
Je voulais plutôt parler de la « rentrée » qui s'en vient…
« Dans le temps » (je veux dire quand j'avais une activité professionnelle), c'était une période un peu fébrile. Reprise des rendez-vous, contacts divers pour des animations de stage, préparation d'un certain nombre d'interventions « de rentrée » ça et là, relancer mon réseau, etc.
Aujourd'hui je réalise que je n'ai pas de projet pour l'année qui vient. Ou si peu… Rien qui ne m'apparaisse vraiment comme quelque chose de porteur et susceptible de mobiliser mes énergies dans le bon sens. 
Inquiétant !
Je n'ai pas envie de devenir celui qui occupe ses journées jusqu'à ce que vienne le soir, pour recommencer du pas grand chose le lendemain matin.
Bon !
Il s'en faudrait de peu que j'estime que ma vie est devenu inutile…





Vous n'avez pas une idée 
de bizness que je pourrais monter ?

16 commentaires:

  1. Charlotte2/9/13

    "Je n'ai pas envie de devenir celui qui occupe ses journées jusqu'à ce que vienne le soir, pour recommencer du pas grand chose le lendemain matin.
    Bon !
    Il s'en faudrait de peu que j'estime que ma vie est devenu inutile…"
    j'aurais pu écrire la même chose parce que je pense pareil...
    Mais toi tu dis cela , je crois, avec humour tandis que moi avec humeur...Faut que je me secoue .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis cela aussi avec un certain sérieux…
      « Il n'est pas bon que l'homme soit sans projet » !
      (Pour parodier la Bible…)

      Supprimer
  2. Le ballet de tes mouettes m'a rappelé celui que j'observais à Capbreton, sur un bac de sable isolé dans le canal.
    Évidemment, percer le mystère des mouettes pourrait faire un projet de rentrée honorable, avec l'avantage de déplacement réguliers au grand air. Mais je crois qu'il ne va pas falloir longtemps avant que tu ne te remettes à l'activité qui semble te convenir le mieux : percer les mystères des humains en les étudiant de près pour ensuite nous fournir de savoureuses chroniques ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai fondamentalement plus d'attrait pour le mystère de l'humain que pour les moeurs des mouettes !…
      À chacun ses points forts et ses créneaux de compétences…

      Et si j'en juge par tes écrits… Tu n'es pas mauvaise non plus, loin de là, dans la description de l'humain et des relations humaines…

      À ceux qui liront ceci, je conseille les petits livres de Fabeli, qui sont des petits bijoux de l'humain au quotidien… À lire sans modération !

      Supprimer
    2. Alain, tu as le chic pour me faire rougir :-)))

      Supprimer
  3. Mais non pas un "bac"... un "banc" de sable!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui !
      Je me disais aussi : l'élevage de mouettes en bac à sable… Ce serait nouveau !

      :-))

      Supprimer
  4. Suzame3/9/13

    Je lis tes mots sur ton dernier week-end marin et je m'y crois. Et j'ai envie de quitter le bureau, là, tout de suite, pour aller sur un rivage me laisser prendre par le vol des mouettes.

    La rentrée.
    Je l'ai faite la semaine dernière.
    En ce qui me concerne pas de projets professionnels à mettre en route car petite employée administrative je n'ai rien à mettre en place dans mon travail, sinon personnellement à me dire que ce travail me nourrit chaque jour, que même si parfois j'y connais quelques "coups de sang", il n'est pas si désagréable que ça, que même si parfois il y a une mauvaise ambiance, il y a aussi de jolis échanges plein d'humanité (rarement mais quand même). Que j'ai de la chance de travailler à la campagne ce qui me permet une échappée oxygénante tous les midis. Que mes horaires sont confortables ce qui me permet de faire des "activités" le soir.
    Merci donc pour ce travail.

    Quant au reste. Mes deux enfants ont quitté le nid familial.
    Je suis désormais seule.
    Là est MA rentrée. Là est un véritable changement de vie. Là est mon challenge pour les mois à venir.

    Belle semaine à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me plaît bien ce que tu dis de ton travail. Voir les bons côtés et les moins bons, et conclure que finalement c'est pas si mal…

      Quant à « petite employée administrative », faudrait voir à ne pas te dévaloriser… :-))

      Lorsque, dans une autre vie, je dirigeais un service relativement important, les « petites employées administratives » n'étaient bien précieuses par leurs compétences et leurs idées très intéressantes pour améliorer des pratiques… Moi je ne voyais pas !

      Supprimer
  5. Euh...si vraiment, mais alors vraiment a la grande rigueur, tu t'ennuies vraiment, tu peux venir me donner un coup de main!!!
    Il y a du taf pour toi ici... Des drames humains en veux tu en voilà, des enfants tyranniques, qui n'acceptent aucune règle, des mères déboussolées, des parents procéduriers, exigeants sauf avec eux mêmes, des collègues dépités, déprimés, découragés par la paperasserie...
    Non, vraiment pas? Sans façons?
    Tu as raison, les mouettes c'est beaucoup plus reposant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remarque, il y a moi aussi...mais je ne sais pas si ça compenserait...

      Supprimer
    2. ah ben finalement il reste du taf pour mes collègues....
      Quoique... un prof ça va pas voir un psy... Ça râle....
      Pi des fois que ça se saurait... Il (elle) serait la risée de l'établissement....

      Quant aux parents et à l'éduc. des enfants c'est le domaine de ma compagne....

      donc : Il me reste toi !
      A défaut de mouette, une femme chouette ...

      Supprimer
  6. A propos de mouettes, lors d'une promenade en Bretagne sur un sentier côtier: premier promontoire rocheux, toute une colonie de goëlands tous noirs. Deuxième série de rochers, toute une colonie de mouettes ou goêlands tous blancs. J'ai trouvé ça très politiquement incorrect!
    Quant à la fébrilité de rentrée, et l'envie nostalgique d'y participer, peut-être que quelques jours plus tard cela te passe en voyant la mécanique s'emballer et parfois aussi sans doute sa vacuité... Mais bon, c'est pas tout ça, Alain, j'ai-plein-de-boulot-et-quarante-mails-tombés-depuis-cinq-minutes-faut-que-j'y-retourne-je-suis-overbookée.
    : ))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé hé ! J'adore ta parabole des mouettes !! ...

      Sur la nostalgie de la fébrilité de rentrée, tu as parfaitement raison.... C'est déjà en train de s'estomper.... Hier en ville voyant tous ces gens courir partout d'un machin à un truc, je me disais que ma vie "tranquille" valait de l'or.....

      Maille toi d'aller les lire tes mails !!
      :-)

      Supprimer
  7. Monter un bizness ? T'y es fou, toi ? Tu vas y laisser des plumes, c'est tout. C'est l'ex-comptable, ex prof d'économie-gestion qui parle.
    Il faut trouver des activités et des occupations utiles, tu as le choix. Fais une liste ! Depuis toutes les aides que tu peux apporter autour de toi jusqu'à des occupations plus personnelles : de l'élevage des abeilles à la culture de fleurs ou de pommes de terre en passant par... ce que tu veux et où tu veux. Tu as la chance d'être redevenu libre, il faut en profiter. Je crois que ce n'était que des mots, cette question finale.

    Excellente journée je te souhaite, avec ou sans mouettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une nostalgie du temps où j'exerçais mon/mes métier(s)-passion !!
      Pour cette année je vais peut-être m'installer auto-entrepreneur : "visiteur de Musées" !!
      :-))

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.