Accueil

jeudi 10 octobre 2013

Défonce-toi mec !


— Je t'assure c'était super génial !
Dingue !
Je me suis éclaté !


Ah !
C'est fou, aujourd'hui il faut « s'éclater ».
J'ai l'air vachement ringard si je dis « j'ai pris du bon temps ! »

C'est marrant la mode des mots : 
— on s'éclate
— on s'explose 
— on se défonce 
— on se déchaîne 
— on est pété

Notre vocabulaire est à l'image du monde disloqué qui nous entoure.

Moi je suis plutôt content si je peux dire :

— Putain ! Je me suis unifié !


16 commentaires:

  1. Bonjour Alainx

    Tu me fais sourire ce matin. Je suis en phase avec toi.

    Cela fait longtemps que je suis en décalage avec toutes ces personnes qui ne sont heureux que quand ils se sont "éclatés".

    J'apprécie de vivre de temps et temps, des moments un peu éclatants notamment quand je vais danser dans un fest-noz où la musique et l'ambiance ont été de qualité.

    Mais ce que j'apprécie surtout ce sont les grands moments de joie paisible en présence de ma famille, de mes rares amis, face à un magnifique paysage, en lisant un bon livre, en écoutant une musique transportante, en regardant un film...

    Ce n'est pas une question d'âge. Je pense pouvoir dire, sans mentir, que j'ai toujours été comme ça. Et j'ai du mal parfois à comprendre les personnes qui sont dans une spirale de consommation de loisirs, de fiesta... et souvent de biens matériels.

    Bonne journée douce, paisible, et certainement remplies de richesses très merveilleuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis de ce genre-là aussi. Et je crois en effet que ce n'est pas une question d'âge. Je préfère les petits cercles intimes.
      Ça m'empêche pas d'aimer faire la fiesta… Mais à petites doses dans l'année !

      Supprimer
  2. Charlotte11/10/13

    Je me suis unifié... cela voudrait dire quoi ? Je suis bien dans ma peau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me sens bien dans ma peau quand je fais la fiesta…
      Cela veut plutôt dire ne pas être éparpillé un peu dans tous les sens, sans axe, sans colonne vertébrale unificatrice.
      C'est avoir la sensation de mon unité d'être humain.
      Il y a un centre en moi où tout se relie et peut faire sens.
      C'est vivre CONSCIEMMENT à partir de ce centre. Même en faisant la fête…

      Supprimer
  3. J'ai éprouvé un réel sentiment de plénitude et une sensation de totale cohésion avec les idées que tu développes dans ce remarquable et néanmoins génial billet où tu exprimes la quintessence de ta sagesse légendaire et goguenarde. Je ne puis qu'approuver et opiner du chef devant une telle sagacité.
    En un mot comme en cent,
    Putain, je me suis éclatée grave à lire ton billet, Alain!
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là, Célestoche, tu déchires géant !
      :-)

      Supprimer
  4. ces mots là sont brutaux, le monde est brutal, hélas !
    "je rêvais d'un autre monde ......."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme s'il fallait plutôt du brutal que de l'intense…

      Supprimer
  5. Cher Alain ! tu as totalement raison quand il s'agit d'une nana ou d'un mec de 50-60 balais qui s'la joue jeune...mais bon quand il s'agit d'ado, je trouve cela plutôt rigolo et je me souviens de mes adjectifs qualificatifs en mode superlatif entre mes 15 et 25 ans.....Par contre, je te rejoins juste dans ton inquiétude quand pour s'éclater il faut "être pété" car cette propension à s'alcooliser pour se "défoncer" pose sens chez les jeunes (filles compris). Sans compter que la consommation d'alcool est doublée de celle du cannabis ou autre dans un cocktail explosif de "défonce". Mais bon, là je frôle le hors sujet. Allez, break'o

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de quoi s'inquiéter en effet…
      Plus tard on les retrouvera cadre'sup, trader dans la finance, ou je ne sais quoi, on aura alors augmenté les doses… Passer à l'héroïne et toutes ces petites choses qui font survivre jusqu'à la chute. Si ça ne finit pas en psychiatrie, c'est une chance !
      Un ami médecin m'a parlé d'un chirurgien qui, s'il n'a pas sa dose, te fait une cicatrice en zigzag…

      Supprimer
  6. De " éclate " à "pété " - le cheminement n'est pas hélas très réjouissant. Il n'emploie que des mots synonymes de dislocation comme tu dis et de destruction.
    C'est révélateur du mal-être d'une partie des mômes d'aujourd'hui qui cherchent et trouvent les moyens pour s'évader ( drogue, alcool, etc ) et oublier, parce que la réalité n'est pas rigolote. Nous devrions peut-être chercher comment les aider à " prendre du bon temps ".
    je suis un peu hors sujet ( mais le thème me touche, c'est plus fort que moi, mes trente ans à l' Educ.Nat. me remontent vite à la tête ! ) ceci dit, j'apprécie ton billet et l'humour avec lequel tu l'as rédigé.
    J'aime beaucoup la dernière illustration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fut une époque où l'on avait trouvé une bonne occupation à tout ces gens en mal de « choses fortes »… On les envoyait à la guerre !
      mais, tout fout le camp ma brave dame…
      :-)
      En réalité, à vouloir trop de bien-être, on génère encore plus de mal être… Paradoxe de cette drôle de choses qu'est l'être humain…

      Supprimer
  7. Oui éclate totale en te lisant, aujourd'hui il faut être dans l'excès pour être remarqué, performant, battant, alors le lambda s'éclate, se défonce vit par procuration...puisqu'il faut avoir l'air !!! mais s'éclater est aussi une forme de langage, on peut le formuler autrement par exemple j'ai vécu ce moment intensément. c'était fort ... Faire la fête yes, je la préfère et de loin lorsqu'elle est inattendue comme çà au débotté quand il faut qu'il y est de la joie dans les ghettos parce que la date s'y prête, la fête m'ennuie un peu... encore les convenances et avoir l'air. Recevoir des amis et discuter autour d'un bon repas est aussi une fête...tout aussi appréciable moi j'aime la vie inconditionnellement.
    des bises et bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
  8. Je voulais surtout souligner combien l'évolution des mots, de leur usage, et en corrélation avec la société ambiante. Et comme tous ces mots sont repris par les médias et la publicité, on aboutit a un effet amplificateur assez exponentiel, dont je me demande comment il va finir par… éclater !
    :-)

    RépondreSupprimer
  9. bien vu! moi aussi je cherche plutôt à m'unifier, à me réunir... ces mots ne sont pas anodins, l'éparpillement symbolise bien notre époque je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il me semble que plus on consomme, plus on s'éparpille...

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.