lundi 4 novembre 2013

Avenir du passé





Avenir du passé

*



Où sont donc passés les jours enfuis à ne pas avoir su les vivre ?

Ces jours perdus que l'on voudrait récolter comme on moissonne après avoir semé.
Ces jours délaissés, à retrouver dans le grenier à grains, comme s'il était possible de les semer à nouveau pour ajouter quelque durée à l'existence.



Six mois déjà.
Comment ? C'était il y a deux ans ! Vous êtes sûr ?
Ce jour-là, qui compta comme un mois, il n'en reste qu'une traînée blanchâtre qui lentement se délite au fond de la mémoire.

Et toutes ces journées sans souvenir.
Abandonnées en chemin.
Dissipées d'un souffle.
Exfiltrées de quelques neurones poussifs. Matière grise inutile désormais.

Et les jours à venir ?
Ceux qui n'ont d'existence que dans mon imaginaire toujours tendu vers un ailleurs inaccessible.

Dans l'oeil, quelques étoiles du désir de durer brillent encore.
Pour les voir il faut le reflet. Le miroir d'un visage.
Un visage qui s'étonne du croire encore à venir.

6 commentaires:


  1. "Dans l'oeil, quelques étoiles du désir de durer brillent encore.
    Pour les voir il faut le reflet. Le miroir d'un visage.
    Un visage qui s'étonne du croire encore à venir."

    Chaque jour, trouver en soi le désir de durer
    Chaque jour, se surprendre à espérer
    Chaque jour, croire en l'espérance
    Chaque jour, ne pas renoncer
    Chaque jour, se sentir vibrer
    Chaque jour, ne serait-ce qu'une seconde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,
      j'aime beaucoup ton "chaque jour...."

      "ne serait-ce qu'une seconde...."

      Parfois un seconde nous sauve ...

      Supprimer
  2. ton texte me parle... c'est un plaisir que de le lire...merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours bon d'écouter des textes qui nous parlent...
      Merci !

      Supprimer
  3. J'ai été touchée par la vérité de "Toutes ces journées sans souvenirs. Abandonnées en chemin."
    C'est tellement vrai. Combien de jours qui comptent, dans une vie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute que tous comptent.... Au moins pour encadrer, préparer et donner du relief aux jours sublimes....
      :-) ou aux jours de désert....
      Merci pour ce commentaire

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.