Accueil

samedi 14 décembre 2013

Prison


Parfois j'ai le sentiment que mon écran d'ordinateur est une prison.
Un enchainement. Une mise en surveillance.
Ne faudrait-il pas fuir ?
Avant qu'il ne soit trop tard ?

Qu'il redevienne un instrument passif.
comme avant.
comme avant internet et surtout comme avant cette permanence de connexion.
Bien sûr il suffirait de débrancher.
Mais l'addiction s'est installée.

Autour de moi, j'ai l'impression que c'est pire.
Tablettes connectées, iPod et autre machines branchées, qui ne quittent pas la main du possesseur du doudou-moderne.
À l'atelier d'écriture 2 participantes, vieilles comme moi, se vantaient d'échanger sms sur sms la nuit, parce qu'elles ne dorment pas et s'écrivent des bêtises…. qui les tiennent éveillées…Je croyais que c'étaient les dj'euns' qui étaient comme ça.. Je vois que ça gagne.

La mise sous surveillance, je la ressens avec son agressivité. 
Ces jours-ci je recherchais des "idées cadeaux" sur le net. Depuis, pas une page ouverte sans une pub ciblée qui me "rappelle" que je cherche leur produit !!
Vas-y Alain ! Vas-y Alain ! Vas-y Alain ! clique ! clique ! clique ! clique ! 
Mais clique bordel !! Fait marcher le commerce ! Sauve la France !

Et je ne parle pas de ces gens qui vous suivent à la trace, de blog en blog, de page en page, de moteur de recherche en moteur de recherche…
— Tiens j'ai vu que tu as écris ça ici et ça là. et je savais pas que tu étais inscrit sur Chose !
Mais marde ! Lachez moi la grappe !


La toile dit-on (disait-on). 
Le nom est bien choisi.
Mouche engluée dans les fils
voila ce que je deviens.

Et pire… demain je serai là.
Encore.
Lamentable je suis.

26 commentaires:

  1. Difficile de déconnecter... quand on a commencé... et pourtant...il suffirait de juste un petit peu plus de volonté..
    Le plus contratirant c'est, oui, de se dire que l'on peut être en quelque sorte "suivi"...

    Je glisse de moins en moins sur cette toile, je me fais prendre de moins en moins dans ses mailles.
    J'y viens toutefois lire certaines personnes car j'aime les lire, partager un peu, même si virtuellement seulement.

    Quant à y faire ses courses... c'est bien pratique quand même...
    Mais cela aussi très peu.. dès fois pour des livres... mais j'achète si peu de livres.
    Les derniers que j'ai acheté j'aurais pu sans problèmes le faire sur internet.. J'ai préféré aller déposer ma voiture sur un parking, prendre le métro, aller dans cette petite librairie de cette petite rue, puis reprendre le métro. Un seul ticket m'a suffit. La vendeuse m'a fait un beau sourire et un joli paquet cadeau. Et c'était bien. Et j'ai ainsi porté ma petite contribution au maintien des petites librairies indépendantes...

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il encore possible de se déconnecter !!
      Telle est la question !!
      Je pense par ex à tous les services administratifs qui n'existent que sur internet....
      L'autre jour j'avais besoin d'un certain formulaire des impôts, au tél on me dit qu'il n'est pas disponible au centre des impôts... qu'il faut le télécharger sur internet ....

      Supprimer
  2. C'est quand même une bien douce prison que celle que l'on peut quitter par sa propre volonté...
    Bloguer m'a permis de rencontrer des gens formidables, de tisser des liens solides avec quelques êtres humains hors du commun, par la simple raison que nous nous sommes trouves en connivence sur certains sujets.
    Pour les pubs, tu télécharges " ad block" et terminé, plus une seule sollicitation mercantile t'invitant a sauver la France des Rolex et de Bolloré. Les réseaux sociaux sont ainsi faits qu'une connaissance moyenne en informatique nous protège de bien des pièges. Mais quel bonheur de garder le contact avec ma fille au bout du monde, quand elle le désire, elle, ben sur. Pas question d'ingérer dans la vie de mes enfants...
    Ainsi, avec un peu d'incorrigible optimisme, on efface un a un les barreaux de la cage en prenant bien soin de ne pas toucher aux plumes de l'oiseau.
    Big kisses mon précieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais les douces prisons ne sont-elles pas les plus dangereuses !!....
      On se met à lire des gens comme toi.... et on ne sait plus s'en passer !!!
      :-))
      Alors on lui donne des baisers....

      Supprimer
  3. Anonyme15/12/13

    Prisonniers de la routine sommes nous tous ! Prisonniers de notre simple condition d'homme et de femme!
    Notre prison dorée c'est peut-être celle qui nous permet de prendre du recul pour changer notre regard sur le monde qui nous entoure, protéger nos fragiles carapaces , C'est comme un cocon qui prépare à la métamorphose du papillon... Et le voilà qui prend son envol pour mieux butiner les fleurs de la vie!
    Surtout ne change rien à ce blog car tu nous délivres en même temps que tu gagnes en liberté de toujours devenir plus que tu n'es!
    Si ce blog n'avait été, je n'aurais pas connu ces échanges aussi précieux que la substantifique moelle !
    Belle et bonne journée!
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on y vit de beaux échanges...
      comme ceux avec toi par exemple.

      Supprimer
  4. Charlotte15/12/13

    J'adore cette prison... elle a tant de fenêtres et de portes qu'on peut ouvrir et fermer .Depuis que je suis dedans je n'en finis pas de découvrir toutes les possibilités d'ouverture à de nouvelles découvertes et connaissances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. finalement c'est une prison dont on dispose des clés !
      :-)

      Supprimer
  5. Il suffit de refuser, de résister.
    Je ne peux pas me passer de mon blog, qui est je l'avoue ma petite drogue quotidienne.
    Pour le reste, je refuse tout en bloc FB, tweeter, instagram et cie
    J'ai le sentiment, parfois, d'être un brin marginale mais je suis tout à fait en phase avec moi.
    C'est là l'essentiel ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On doit avoir les mêmes drogues !
      ;-)

      Supprimer
  6. pour moi c'est pareil
    je suis heureuse d'avoir cette "prison", elle m'a mise en contact avec tant de belles personnes ;-)), j'y apprends plein de choses passionnantes,
    Avec l'handicap qui est devenu le mien, je me demande ce que je ferais sans Internet
    Maintenant , je suis bien d'accord que il y a des moments où l'on devient accro... quand n s'en rend cmpte, faut pouvoir prendre le recul nécessaire
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bon dosage est parfois difficile à trouver !

      Supprimer
  7. vio (ravioli, diabolife et tutti quanti)16/12/13

    bon sang que ton billet me parle !! j'ai été une addict de fb moi par exemple et ça m'a joué des tours, puis addict des blogs que j'ouvre et je ferme, à en devenir dingo... addict d'internet, c clair ! j'entreprends une petite pause perso (mais tu vois, je ne peux m'empêcher de venir te voir ;o)).... comment faisais je avant tout ça ?... j'ai presque du mal à m'en souvenir... c'est ça le pire !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. … Avant de devenir dingo… Comme tu dis !
      J'envisageais de référencer ton nouveau blog. Il est déjà disparu…
      Profite de la période des fêtes pour une désintoxication !
      :-))

      Supprimer
    2. sais pas si tu m'as reconnue mais je suis en rozfluo désormais... un peu plus calme (en apparence....) ;)

      Supprimer
  8. Une prison dont tu as changé le décor depuis ma dernière visite.
    Sympa ce décor, ça rappelle l'été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas me passer d'un paysage de bord de mer…
      :-)

      Supprimer
  9. Attention à l'auto-flagellation, ça peut aller loin ;) Ah les portables-doudous ! Parfois je me demande ce que les gens ont à se dire : à force, les mots ne s'usent-t-ils pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis peu adepte du portable… J'en ai un Datant d'avant les iPhone et autres trucs du genre.
      comme je ne ressens pas ce besoin être tout le temps avec ce truc à l'oreille, je me demande vraiment, comme tu le dis, ce que les gens ont à se raconter…
      Et quand des personnes me disent qu'elles sont « obligées professionnellement » d'avoir ce truc et d'être à disposition de leurs patrons jour et nuit… Je me dis que je l'ai échappé belle de ne pas avoir connu cette aliénation et cette exploitation moderne !

      Supprimer
  10. Avant il n'y avait pas l'ordi, mais il n'y avait pas plus de liberté, il y avait toujours un voisin pour dire à un autre, qui racontait à un troisième et aussi grâce à la boucle on apprenait que l'on avait fait une chose qui n'était même pas du domaine de nos projet.
    J'ai interdit la pub sur mon ordi, c'est devenu un plaisir.

    RépondreSupprimer
  11. Oui, c'est sûr, Tu as tout à fait raison, radio-trottoir, radio-quartier, radio-couloir, radio-village, ont toujours été de bons instruments de désinformation…
    La différence avec Internet c'est que ça a pris encore plus d'ampleur…
    :-)

    pour interdire la pub… Faut que je cherche le truc…

    Merci pour ton commentaire.

    RépondreSupprimer
  12. Et moi, je me rends compte que je suis en train de me détacher de la toile, mais étrangement, je dirais m'en détacher avec nostalgie. Et ce, depuis que je ne travaille plus. Il est vrai qu'avant, je passais 7 à 8 heures sur l'ordinateur pour mon travail, et que je faisais régulièrement de petites pauses en allant lire mes blogs amis, ou répondre à mes commentaires. Je pensais que, ne travaillant plus, j'aurais plus de temps à consacrer à mes blogs, et en fait, c'est l'effet inverse. Ou du moins, ce n'est pas le manque de temps, mais le manque d'envie. Toujours avec nostalgie. Je repense avec nostalgie à la magie du début, à la magie des rencontres, et cette magie, j'ai actuellement du mal à la retrouver. Mais bon, tout est impermanence, alors... l'envie peut revenir... ou pas.
    Bonne soirée à toi, Alain. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens… C'est quelque chose que j'ai déjà constaté: Quelqu'un qui part de son travail et en même temps abandonne plus ou moins la blogosphère…
      Parfois on le voit revenir quelque temps après…
      J'espère que tu ne t'éloigneras pas trop loin…
      Tu me manquerais… Vraiment !
      Belles fêtes de fin d'année.

      Supprimer
    2. Merci, Alain. :-)
      Belles fêtes de fin d'année à toi aussi.

      Supprimer
  13. Anonyme28/1/14

    C'est bien que tu sois là; puisque tu as des choses à dire. :)
    Bonne soirée
    Karleman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois je me demande si j'ai encore des choses à dire.....
      Mais merci de m'y encourager !
      :-)

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.