mercredi 29 janvier 2014

De la nécessité de ne pas perdre son temps avec des conneries.


Peut-être que cela a du bon d'avoir passé un mois de janvier, à moitié dans fond de mes draps. Peut-être que cela a du bon d'avoir pensé perdre un mois de sa vie. Un mois précieux. Vu qu'il n'en reste plus des kilomètres, et que j'ai toujours eu ce sentiment que je ne ferai pas de vieux os. Normal, ils sont pourris mes os. Il y a déjà 10 ans que suite à une opération le chirurgien a dit :
— « votre fémur, c'est du torchis.… »

J'en ressors avec comme enseignement le titre de ce billet..
Plus que jamais.

Chante la vie chante
Comme si tu devais mourir demain
Chante comme si plus rien n'avait d'importance
qu'il tonitruait le vieux père Michel Fugain, quand il était jeune.

D'accord, sauf la dernière phrase.
Comme si justement tout avait désormais une importance extrême.

J'ai de la chance !
Je peux me consacrer à l'essentiel.
Je viens de retrouver, par hasard, en bricolant dans mes répertoires, un article que j'ai écrit il y a quelques années pour une revue. J'avais oublié. Une phrase m'a sauté aux yeux :
« faire grandir l'amour en soi, et l'amour pour l'autre, et en tout premier de la responsabilité de chacun à titre personnel. »

OK, j'ai écrit une banalité. 
Mais au final, pour ce qu'il me reste, ai-je autre chose que cela à faire ?

Vaste programme…
Je veux dire concrètement. J'ai tellement un amour étriqué.

J'ai fait la liste des conneries qui bouffent mon temps…
 C'est édifiant !
J'ai honte !

Je vais opter pour de l'intense.
Je vous laisse, j'y vais.

28 commentaires:

  1. Est-ce que l'écriture fait partie des conneries qui bouffent ton temps? J'espère que non, parce que le penser serait une belle connerie :o)
    J'espère que le mois de février sera bien meilleur et le mois d'après, et puis le mois d'après et... Aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non ! L'écriture a toujours été pour moi de l'ordre de l'action nécessaire.
      Quelque chose qui m'est vital.
      Merci pour tes souhaits et à bientôt sur le forum d'écriture.

      Supprimer
  2. Pierre29/1/14

    « J'ai tellement un amour étriqué. » Oooh, ce n'est pas se donner beaucoup d'amour que de se dévaloriser ainsi ! Tu as l'amour qui t'es possible, en fonction de ce que tu es. Il est ce qu'il peut être, avec les efforts que tu fais pour faire mieux.

    Et que ça ne t'empêche pas d'éviter les conneries ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai laissé cette phrase telle qu'elle est venue. Tu le sais, je ne travaille pas mes textes, laissant l'inspiration du moment.
      Est-ce que je me dévalorise ? — Je ne sais pas. Je crois être conscient de ce que tu dis : avoir l'amour qui m'est possible.
      en fait, je voudrais « tellement plus ». J'ai l'équivalent d'un dé à coudre, je voudrais des barriques pleines…
      orgueil ? Idéalisme ? « Surmoi chrétien » ?
      En fait il faudrait que je revienne à l'image parlante de la source, qui ne cesse jamais de couler, plutôt que de croire à des quantités à distribuer…

      Supprimer
  3. Nous avons tous des conneries qui bouffent notre temps. Le pire c'est quand on est conscient. Ca fait mal !

    Amour étriqué ? Toi ?
    Bien que ne te connaissant que virtuellement, ce n'est pas l'impression que j'ai de toi.

    Je te souhaite de sortir vraiment du fond de tes draps avec l'invitation du printemps qui arrive lentement et surement malgré les apparences.

    Sourires et bises... Et chantons en choeur (coeur) intensèment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mauvaise forme générale fait parfois voir les choses du mauvais côté de la lorgnette…

      OK ! On va chanter…

      Supprimer
  4. Janvier fut donc une parenthèse hors du temps. Un exil dans la souffrance, une cellule avec vous-même pour prisonnier. Les heures s'étirent, les jugements se font sévères, d'où peut-être cet "amour étriqué".
    Je vous souhaite une reprise réussie dans le flux de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue sur ce blog !
      Vos propos sont justes. Merci !
      Il est vrai que le jugement négatif sur soi n'apporte jamais rien de valable…

      Retrouvez le flux de la vie… Cela commence à revenir doucement.

      Supprimer
  5. putain ! tu as tellement raison !!!! je veux moi aussi sortir des conneries, de MA connerie et arriver à voir l'essentiel... j'ai encore bien du chemin à parcourir ! suis contente que tu ailles mieux ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel… C'est le chemin…

      Supprimer
    2. j'ai tendance à aller à côté du chemin... et à me perdre !!!

      Supprimer
    3. C'est intéressant de se perdre ?

      Supprimer
    4. ce n'est pas inintéressant mais c'est souvent douloureux...

      Supprimer
  6. Charlotte30/1/14

    Et moi j'aimerais connaître tes conneries,voir comment c'est ton amour étriqué . Je me sens moins seule avec ma propre connerie et mes vieux os ( que j'ai plus vieux que toi) quand je te lis, je me dis: tiens, lui aussi!
    Février arrive avec la chandeleur , la saint Valentin ! et mon anniversaire ( passage redoutable à une autre dizaine quelle barbe)
    Cela va aller ... Tout est question de moral. Tout est dans la tête comme dirait le premier con du coin... Et si tout était dans le coeur ,dans l'âme...dans la foi, la fidélité à soi . C'est toi qui l'a écris.
    En tous les cas, moi je te fais confiance, je sais que tu ne te trahiras pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon amour étriqué, c'est tout ce que je n'ai pas su accomplir "d'aimant" dans ma vie... Je ne parle pas uniquement de ma vie amoureuse, mais de tout mon relationnel où je me suis montré défaillant.
      J'aurais voulu tellement savoir "aimer plus et mieux".
      Je suis conscient de mes limites, mais ce n'est pas une excuse. Une limite se repousse par déploiement de l'amour profond au détriment de l'égocentrisme.
      Certes je ne me suis pas renié en mon essentiel, mais j'ai tellement failli....

      Supprimer
    2. Charlotte31/1/14

      Tu es émouvant de vérité ...

      Supprimer
  7. Chaque fois que tu écris comme ça, je frémis à l'idée que tu sois en train d'arrêter ton blog.
    Alors moi je t'exprime solennellement et assertivement que je n'ai pas envie que tu arrêtes.
    J'espère juste qu'écrire ici ne fait pas partie des conneries qui te bouffent ton temps.
    Moi là, je n'ai pas la sensation de perdre le mien en conneries. A ce moment précis, alors que je tente de désétriquer ton amour en t'insufflant le mien, sous la forme de tout le bien que je pense de ce que tu écris...
    Ouh la! chuis pas claire moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure !
      Pour l'instant je n'ai pas, vis à vis de ce blog, "la tentation de Venise"....

      Quant à la dernière phrase.... A la 3ème lecture c'est plus clair !
      :-)
      je suis preneur !

      Supprimer
  8. Beaucoup de sévérité vis à vis de toi, mon cher Alain. Vivre ces conneries, c'est tout simplement se laisser aller au temps qui passe, se laisser couler au fond de la piscine en une espèce de jouissance du vide puis retrouver son souffle et ses forces. Ensuite, d'un coup d'énergie, on se propulse à la surface et là de nouveau on vit dans l'intensité du moment, on renait à l'amour généreux et de nouveau on partage. Passer de l'ombre à la lumière, c'est la vie, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas d'expérience de la jouissance du vide.
      Je connais l'abandon confiant, parce que justement on ne tombe pas dans le vide.
      Quant à l'énergie, il est vrai qu'elle me fait beaucoup défaut en ce moment…

      Supprimer
  9. Tu es bien dur avec toi-même avec ton "amour étriqué" !
    Difficile d'échapper aux conneries qui bouffent notre temps, ton intense me fait réfléchir à ce qu'est mon "essentiel"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dur avec moi-même ?
      Plusieurs disent cela aussi, en substance.
      Est-ce qu'avoir quelques exigences envers soi, c'est être dur ?
      Je cherche plutôt une « intensité d'amour », si cette expression peut avoir un sens…
      Amour étriqué vs amour agrandi…

      Supprimer
  10. C'est joli. Et c'est très vrai.
    6 milliards de nous, et nous plaidons tous coupables, Votre Honneur. C'est dans les moments de onzième heure qu'on se rend compte à quel point les petites choses sont plus importantes que les grands vides.
    Céher

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quand le décompte semble enclenché....

      Supprimer
  11. Angedra15/2/14

    "Je cherche plutôt une « intensité d'amour », si cette expression peut avoir un sens…"
    Mais oui, pour moi cette recherche à un sens. J'ai toujours vécu l'amour en pleine intensité même si trouver la même intensité en vis-à-vis n'est pas courant... mais elle existe.
    Même au fond d'un lit nous ne perdons pas notre temps, la preuve puisque vous en sortez avec ce texte qui pose beaucoup de questions... et surtout je lis que vous avez optez pour l'intense ! Ce mois de janvier finalement vous aura été bénéfique si cette intensité est bien ancrée dans votre vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ancrée, je crois qu'elle l'est. Comme une résultante peut-être d'une expérience de vie.
      MERCI de votre visite et bienvenue

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.