Accueil

mercredi 22 janvier 2014

Fièvres.





S'il est inutile de geindre
si l'on acquiert comme il convient
le sentiment de n'être rien
mais j'ai mis longtemps pour l'atteindre

On se refuse longuement
de n'être rien pour qui l'on aime
pour autrui rien rien par soi-même
ça vous prend on ne sait comment

(…)

Et pas plus l'amour ne se crée
et pas plus l'amour ne se force
aucun dieu n'est pris sous l'écorce
qu'il t'appartienne délivrer

Ce ne sont pas les mots d'amour
qui détournent les tragédies
ce ne sont pas les mots qu'on dit
qui changent la face des jours

(…)

Peux-tu laisser le feu s'éteindre
qui brûle dans les bois d'autrui
mais pour un arbre et pour un fruit
regarde toi Tu n'es que cendres

Chaque douleur humaine 
 veut que de tout ton sang tu l'étreignes
et celle-là pour qui tu saignes
ne sait que souffler sur le feu




(Louis Aragon — Le roman inachevé — les mots qui ne sont pas d'amour (extraits) — La Pléiade, oeuvres poétiques complètes tome 2, page 181 et suivantes.)


13 commentaires:

  1. j'aime bcp, merci pour ce texte, ce partage... je guettais ton retour ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un retour en très petite forme !
      Des virus hostiles ont cherché à m'abattre...
      J'ai perdu quelques branches
      mais le chêne tente de résister,
      à défaut d'être un roseau pensant...

      Supprimer
    2. holala moi aussi j'ai eu ma dose de virus !! mais me voilà re sur pieds ;) j'espère que tu vas mieux désormais !! bon dimanche :)

      Supprimer
  2. Aragon, vraiment, Aragon? ...
    Il est des hasards bien étranges
    Les fièvres ne t'ont pas étreint
    Ni réduit en cendre
    Tant mieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les oeuvre poétiques d'Aragon sont parmi mes livres de chevet...
      Je tends la main vers eux dans mes nuits fiévreuses et sans sommeil.

      Supprimer
  3. Charlotte23/1/14

    Prends bien soin de toi,tu as beaucoup travaillé la semaine passée tu as droit à un repos...Merci encore pour ce marathon qui m'a fait beaucoup de bien et de bonheur.Je me demandais si je ne commencerais pas une version longue de mon marathon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est encore possible
      Pour l'instant les portes sont encore ouvertes !

      Supprimer
  4. Les virus, les microbes nous guettent et se jettent sur nous s'ils sentent le moindre petit coup de fatigue, de faiblesse, je connais... (sourire) J'espère que tu vas mieux, Alain. En tous cas, merci pour ce très bel extrait poétique d'Aragon. Prends soin de toi. Bises amicales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Françoise, pour les Souhaits…

      Supprimer
  5. Merci Alain pour cette balade poétique en Aragon. Cela me berce et m'enchante. Ta pause a correspondu à la mienne. Je reviens mais en pointillé, tout doux. JE t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, j'ai l'impression de ne pas encore être revenu !
      content toutefois de ton retour à "pleines mains".....

      Supprimer
  6. "Celle-là" de la dernière strophe, c'est d'une femme dont il parle? Sinon quelle beauté, ça laisse toujours pantois le poétaillon que je suis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce d'Elsa dont il parle ? ... Peut-être....
      Ou plutôt de la "douleur humaine"...
      toutes ces tragédies au coeur de sa vie .....

      Sinon, il ne faut pas se comparer. Ce que tu écris, j'y suis le plus souvent sensible....

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.