Accueil

lundi 3 février 2014

Tout cela fait mauvais genre….



Donc si j'ai bien compris, après avoir consulté, le site zofficiel du Mini-s' taire de l'Educ' Nat' et les fiches pédantes-gogiques de " l'ABCD de (la connerie) l'égalité", j'ai été impressionné par les contenus ! Si ! Si ! Je vous assure. Je sais pas si je vais m'en remettre…. 





Pour que les enfants comprennent qu'un garçon c'est pareil qu'une fille, enfin… pareil,  disons ontologiquement, mais pas pareil quand même en fait, enfin je me comprends. Tout le monde est égaux mais plus égaux que pas pareil.
Donc, les gosses de tous les sexes vont manipuler des tissus….
Comme ça il vont expérimenter : (je cite texto) :
ceux qui ont des trous (les dentelles), ceux qui ont des traits (les velours à raies et les imprimés ou tissés à rayures), ceux qui sont doux (les velours), ceux qui grattent, ceux qui sont élastiques, ceux qui ont la même couleur, ceux qui brillent.

Qui c'est qui, dans le fond là-bas, vient de dire qu'il y a des connotations sexuelles ! pppf !!! mauvaise langue… enfin langue…. passons…

Ensuite on leur montre  le célèbre tableau de Louis XIV en pied à Versailles, ou il est déguisé en gonzesse. J'imagine le futur mâle de 4 ans rentrant le soir :
— Maman j'veux m'habiller comme Monsieur XIV, parce que ça devrait plaire à la maitresse !

Un truc m'a étonné, — je dis ça, je dis rien, —  pourquoi on ne montre pas aux enfants un musulman en djellaba ?

*

Autre fiche : un machin à se gondoler en suçant une galette et un petit pot de beurre.
"Danser le petit chaperon rouge "
"L’enjeu est de faire vivre aux garçons et aux filles ce qui leur est au départ inconnu dans un but de rencontre et de culture commune." (sic)

Je sais pas vous, mais je croyais que le truc du petit chaperon rouge ils connaissaient avant ….

Et aussi (re sic) :
– permettre aux enfants de découvrir des relations inhabituelles (mixtes ou non) qui ne passent pas par le langage verbal (se toucher, se regarder...) ;

Dieu me tripote ! C'est pas risqué ça ?
Cela dit on fait comment ? - suivons les prescriptions de la fi-fiche : (sic) :
Pour la répartition des rôles, les garçons pensent tous au départ qu’ils seront loup et les filles chaperons ! Mais des filles ont aussi envie d’être loup, il faut donc négocier !.

On n'a pas osé ajouter : Et les garçons ont pas vraiment hyper envie de se déguiser en fille Chaperon ! — Comme quoi des zestes de réalisme existent encore chez l'auteure de la fi-fiche…

Notez bien que, perso j'aurais mis un "S" à "loup" (vu qu'il y en a un à "chaperons" Mais on s'en fout, l'ortho c'est dépassé, et on sait bien qu'à la sortie la plupart des gosses ne sauront pas écrire ni compter, mais sauront se déguiser et jouer les faux-culs, ce qui leur ouvrira facilement les portes de la politique.

Cela dit, ce qui semble clair : les femmes sont des louves !!

Et la Grand-mère alors ? OÙ EST LA GRAND MERE ??? !!!
Elle est à l'Hospice ? , en EHPAD ?, en soins palliatifs ? abandonnée au bond de la route des vacances ? 
Exit les vieilles qui font ch.....

Et la fi-fiche de préciser :
Pour éviter les approches trop affectives, il est nécessaire de centrer les enfants sur la relation intention-expression.

Ça veut dire quoi t'exactement ?
Plus tard les jeunes de tous sexes, forts d'avoir été filles-louves et garçons-chaperons en robes à froufrous, feront attention à ne pas tomber amoureux aux risques d'approches trop affectives.
Restons dans l'intention-expression !

- tu m'aimes ?
- moi non plus !

*

Bon d'accord, ce billet est outrancier. Pas la peine de le souligner dans les commentaires, c'est délibéré de ma part…
Les inégalités hommes/femmes sont des évidences du quotidien et s'enracinent dans les profondeurs de nos civilisations depuis des millénaires. On va pas changer tout ça avec 3 fiches pédagogiques pour enseignants de bonne volonté. (surtout avec les conneries proposées…)

Si le gouvernement voulait faire quelque chose de sérieux en ce domaine, au lieu de déguiser les garçons en filles et les filles en garçons, il promulguerait une loi obligeant les entreprises à appliquer le principe : "À travail égal, salaire égal" et mettrait fin à cette discrimination : salaire des femmes = — 20 % que celui des hommes.

Il faudrait pour cela un gouvernement qui ait des couilles !
Pardon ! faut que je m'adapte à l'égalité
je reprends :
Il faudrait pour cela un gouvernement qui ait une foufoune  !

"Nous vivons une époque moderne".

26 commentaires:

  1. Post-moderne, même, comme se plaît à le répéter un chroniqueur de mon pays. On devrait ouvrir la chasse aux pédagogues de salon, comme Furax le fit pour les barbus au temps béni de la radio :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai repris le titre de la chronique de Philippe Meyer à France-Inter, à la fin du siècle dernier...
      +J'aurais pu aussi prendre le titre du même qui a suivi :
      "Le progrès fait rage"

      "Signé Furax" : toute une époque !!
      Rendez nous Pierre Dac et Francis blanche....

      Supprimer
  2. Charlotte3/2/14

    Oui c'est complètement dingue. Je suis le sujet via la télévision et la radio française .Quelles tissus d' imbéciltés...
    Quand je pense que dans la nature c'est la lionne qui chasse et le lion qui bouffe le premier, faudrait vraiment faire quelque chose pour que cela change. Que font les psychopédagogues animaliers ?!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque chose pour que ça change ?
      Revenir aux FONDAMENTAUX de l'éducation.
      D'autres commentaires en parlent très bien

      Supprimer
  3. Alors moi j'ai rien compris au débat parce que les zactualités internet m'ont tellement abreuvée de leurs zopinions diverses et variées que j'ai saturé avant de savoir au juste sur quoi ils zopinionaient. Mais je subodore un large écran de fumée de la part des hommes politiques comme toujours quand ils se trouvent en position délicate dans les sondages zet autres petites délicatesses médiatiques.

    Dieu me tripote! C'est-y qu'on aurait les mêmes références??

    Ceher

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dirait en effet que nous fréquentons un certain Pierre D. !

      Supprimer
  4. Que de choses alambiquées pour nos chers petits(tes) !
    Enfin un gouvernement avec coucougnettes ou zezettes ou tout ce que tu veux, c'est pas pour tout de suite !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, pas pour tout de suite, hélas, 3 fois hélas !

      Supprimer
  5. Outrancier ? Si peu... ;)

    Effectivement, on ne va pas changer radicalement les inégalités homme-femme avec quelques fiches. Mais n'est-ce pas mieux que de ne même pas chercher à les changer ? Faudrait-il rester sans rien faire et accepter cet état de fait ? Certes c'est peut-être peu, mais n'est-ce pas mieux que rien ? Je ne me prononcerai pas sur la forme, mais sur le fond j'applaudis la démarche. Il est tant que l'on s'attaque aux stéréotypes inculqués dès le plus jeune âge puisque les parents sont déjà trop conditionnés pour les voir. Tant qu'on considèrera que les femmes et les hommes ont des métiers et des tâches préattribuées en fonction de leur "nature", on perpétuera un système inégalitaire, inédépendamment du salaire.

    Le salaire des femmes, justement, n'est pas de 20% inférieur à celui des hommes à poste égal, mais en MOYENNE. Et c'est là qu'on retrouve les principes inégalitaires que l'ABCD de l'égalité entend combattre : on attribue aux femmes des métiers moins valorisés, avec des temps partiels, tandis que les postes à responsabilités sont majoritairement confiés à des hommes (normal, ils sont plus doués pour ça, n'est-ce pas ?). L'inégalité c'est à la racine qu'il faut la combattre : dans nos mentalités.

    Moi ce qui m'effare c'est que des milliers de gens s'arc-boutent sur ce système inégalitaire au nom du respect des valeurs familiales et des traditions, au nom des "indentités" masculines ou féminines. Alors heureusement que ce gouvernement à "les couilles" (c'est bien un terme de mec, ça...) de tenter quelque chose. Moi j'approuve que des personnes, femmes et hommes, aient *l'audace* (sans couilles ni foufounes) de mener ce combat dont on voit qu'il a bien des difficultés à être gagné.

    Là, tu vois Alain, tu as dopé ma fougue en prenant ce sujet à la légère ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais bien que je doperais ta fougue !.... ou que tu resterait silencieux....
      Je n'ai pas pris le sujet à la légère... plutôt à l'infini tragique qu'il est, en adoptant l'outrance qui est à la mesure de celle faite aux femmes...
      sur le fond des choses, tout point de vue me rejoint.

      Supprimer
  6. Pierre3/2/14

    J'ajoute une référence, concernant les salaires masculins supérieurs en moyenne de 31% à celui des femmes

    http://www.inegalites.fr/spip.php?article972

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. amusant, j'ai pris ma source de - 20% dans le même article...
      tout dépend de l'angle comparatif ... (+ ou - ).

      Supprimer
  7. Alain tu sais combien je t'apprécie, mais là, je pense comme Pierre: le sujet mérite plus qu'un coup de gueule un peu outrancier.
    Si les tenants du nouvel obscurantisme, ceux qui disent que les pédés sont des pervers, qui pensent que le mariage pour tous va encourager des unions zoophiles, qui veulent ré-interdire la pilule et l'avortement, remettre les bonnes femmes aux fourneaux et aux berceaux, et leur faire laver les couches à la main, j'en passe et des bien pires, si ce ramassis de pisse-vinaigre, d'intégristes et de coincés du cul tombent sur ton billet, ils ne vont plus se sentir de joie. Tellement ils se sentiront confortés dans leurs idées réac. Alors que je suis sûre que tu ne voulais pas ça.
    Maintenant que tu connais mes engagements miltants pour d'une école de qualité, tu sais que je suis navrée par les élucubrations des pédagogistes qui bidouillent depuis quarante ans au ministère leurs "expériences" à la manque. Ils ont fait beaucoup de mal à l'école, je te l'accorde.
    Je me bats pour que l'on rende à l'école sa vraie place, qu'on arrête de faire le boulot des parents, à vouloir mettre dans les programmes tous ces trucs chronophages et inutiles, la sécurité routière, la pose du préservatif ou ce que l'on doit manger pour être en bonne santé.
    Les pathétiques « pistes » de travail de l'ABCD entrent dans ce cadre: l'école s'occupe de ce qui ne la regarde pas. Si les parents veulent éduquer leurs mouflets en gros machos ou en femmes soumises, c'est leur problème.
    Mais il y a une chose que je ne négocie pas: c'est mon statut de femme, ma dignité, ma liberté, ma revendication à disposer de mon corps et de ma vie, et ma conviction que l'on ne peut pas balayer d'un revers de main les victoires chèrement acquises au cours des cinquante dernières années. Simone Veil doit se retourner dans sa tombe...
    Alors si l'école a un rôle à jouer, c'est de continuer sans relâche à ouvrir les yeux aux générations futures en leur donnant le meilleur de l'Humanisme, en en faisant des citoyens éclairés, en développant leur esprit critique, en leur faisant lire Beauvoir, Colette, Condorcet, Alain, Aragon, Montesquieu, Voltaire, Hugo... En les faisant réfléchir, penser, disserter, comparer les grands auteurs, ceux du siècle des lumières particulièrement. Et tous les grands textes fondateurs des idées de respect des différences, de droits de l'homme et de la femme.
    Si les mentalités changent, en ce moment, c'est qu'on s'est gourés grave en éradiquant peu à peu des programmes scolaires la substantifique moelle de ce qui fait notre substrat républicain: la culture humaniste. Le dernier coup de boutoir, c'est la suppression de la philo en terminale : c'est pour bientôt. Tout pour faire de bons consommateurs bien bourrins, bien avinés, du cerveau disponible pour coca comme disait un slogan célèbre.Au rythme où ça va, les femmes perdront le droit de vote avant dix ans, et dans vingt ans, on se demandera si elles ont une âme...
    Alors en maternelle, les filles peuvent s'habiller en rose et les garçons en bleu, ce n'est pas très grave. (j'ai lu aussi Françoise Dolto qui disait pas que des bêtises) Je l'ai fait en mon temps, et cela ne m'a pas empêchée de devenir ce que je suis. Mais pitié, qu'on puisse enfin enseigner et instruire ! Et garder en mémoire que rien n'est jamais acquis.
    Un gouvernement qui aura des couilles, c'est celui qui remettra le Savoir au centre de l'école. Mais ce n'est pas pour demain, parce qu'un peuple qui pense, c'est ingouvernable...

    Bien A Toi
    Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Célestine pour ce long message plein d'intelligence et d'inquiétude.
      C'est vrai que le message d'Alain tient de la grosse caisse déglinguée, mais il a le mérite de faire réagir.
      Vous avez absolument raison: à force de vider les programmes de tout ce qui pouvait sembler trop difficile(!!!) l'éducation devient une coque vide, Quant aux pédagogues professionnels qui concoctent des "dossiers pédagogiques", la perversion absolue serait de les enfermer à clé pendant une heure de cours avec les élèves. Ils se feraient dévorer en cinq secondes.
      Vos constatations désabusées vis à vis d'une école que vous avez tant aimée, je suis obligée de vous dire que l'on peut les faire en dehors de l'hexagone. Pour avoir enseigné fort longtemps à Genève, j'ai fait les mêmes constatations que vous. Evacuation des difficultés, séduction du toujours moins, laminage des cerveaux. Et toujours les pédagogues dont beaucoup viennent... de France et sont grassement payés par la république pour leurs séminaires lénifiants. J'ai écrit un billet d'humeur à ce sujet.
      Par contre, bien sûr que les parents sont libres de donner l'éducation qu'ils veulent à leurs enfants. Moins de la moitié des élèves sont suisses sur le canton, et le nombre de nationalités présentes ferait s'évanouir certains. Mais il y a des petites choses comme la couture obligatoire pour tous les adolescents, chacun suant de perplexité devant sa machine à coudre, les cours de cuisine itou. Ils apprennent tous le B,A. Ba de la vie manuelle, garçons et filles. Et cela ne leur pose pas de problèmes, aux familles non plus.
      Nous n'en sommes pas à remettre le Savoir au centre de l'école, c'est un problème de société global, hélas.

      Supprimer
    2. @ Célestine :
      Le sujet mérite ce genre de commentaire - Les susciter, cela me réjouit...
      Que ceux que tu cites en commençant se sentent confortés dans leurs idées, ne sera que la démonstration supplémentaire quoique superfétatoire de la couche épaisse de leur connerie congénitale...
      Pour la suite de tes propos tu exprimes parfaitement le drame de l'éducation donnée depuis des dizaines d'années aux enfants de France. C'est bien ce que je dénonce en provoquant par mon texte.

      Je connais ton militantisme. Cela me laisse certains espoirs, car j'en connais aussi d'autres dans mon entourage qui se battent contre le rouleau compresseur à vider les cervelles.

      Nous avons éduqué nos enfants dans la mouvance de la pensée de Dolto. Je suis fier du résultat ! Aujourd'hui il est de bon ton dans les milieux intello de déformer sa pensée et même, par pure malhonnête intellectuelle, lui faire dire des conneries... Il est vrai que Dolto incitait les parents à s'affranchir du "bien pensant" Quelle horreur ! Former des citoyens libres et responsabilisés ???
      qui plus est Dolto était une femme.... Que peut-il en sortir de valable...

      Bien entendu je coïncide avec tes propos. Rien n'est plus dangereux que le Savoir.
      Pour gouverner il faut abrutir le peuple, l'exploiter pour susciter la violence à réprimer par la force.

      Machiavel a de l'avenir....

      "si vous n’êtes pas prêt à faire le mal, n’entrez pas en politique ; et si vous y êtes prêt, alors vous devrez mentir au peuple, et le cas échéant recourir à la violence contre lui." (Le Prince)

      Autrement dit, la politique éducative, toujours décidée par "Le Prince", consistant à décérébrer les enfants et les jeunes est un choix stratégique EVIDENT, distillé à longueur d'instructions ministérielles.

      Supprimer
    3. @ Nicole Giroud
      Vos propos ne sont guère rassurants !
      Comment peut-on, en Suisse faire appel à des soit-disant-pédagogues français.... Quand on voit le classement PISA !

      Supprimer
  8. Je suis très heureuse de ta réponse, cher Alain, car si je pensais, comme Pierre, que le sujet méritait un peu de sérieux, je ne suis pas d'accord avec lui pour donner du crédit à quelque représentant que ce fût de la grosse machine à deux têtes appelée UMPS.
    Et j'ai vraiment frémi de toutes mes tripes en entendant Marine La Serrure hier soir, dire qu'il fallait laisser les parents éduquer leurs gosses et redonner sa mission d'instruction à l'école!. C'est quand même un comble de me retrouver d'accord avec elle,(sur ce point-là seulement, mais bon c'est énorme!) même si je ne suis pas dupe de son discours démago. Je maintiens que les idées humanistes et républicaines que je défends sont loin d'être "de droite" et pourtant la soi-disant gauche se les est fait outrageusement confisquer par les fachos. Quel gâchis...Pauvre Jaurès!
    Quant à Dolto, moi aussi, j'ai élevé mes enfants en m'inspirant de son travail et je ne l'ai jamais regretté.C'était une grande dame.
    @Nicole. merci pour l'intérêt que vous avez porté à mes propos.

    Et encore une fois, merci Alain de m'avoir permis de m'exprimer. ^^
    Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je trouve que AlainX a été très sérieux... et je crois avoir compris sa motivation et sa volonté en rédigeant ce billet de cette façon... Je partage son avis particulièrement sur : Autrement dit, la politique éducative, toujours décidée par "Le Prince", consistant à décérébrer les enfants et les jeunes est un choix stratégique EVIDENT, distillé à longueur d'instructions ministérielles.


      Mais je comprend aussi ce que tu veux dire Célestine d'autant plus que tu es institutrice :)
      Mais faisant partie de ces parents ayant choisi d'instruire eux même leurs enfants (même si c'est dur, même si financièrement et socialement il faut "sacrifier" un peu et tout un tas d'autres choses...)

      tu imagines que j'ai bien du mal (contrairement à Pierre) à penser que cette mesure abracadabrante soit "mieux que rien" car je la considère comme toutes les autres "initiatives" du même acabit comme de la poudre aux yeux, de l'endormissement, et du gaspillage de l'argent des contribuable pour le gargarisme coûteux de quelques pseudo intellectuels tartufes appelés pédagogues!

      je n'ai pas votre connaissance politique (non que j'en sois incapable) mais parce que les écouter palabrer me donne une nausée insoutenable. je n'ai pas vos arguments étayés donc, mais seulement une connaissance éprouvée et une certitude inébranlable de mère ayant constaté le massacre inéluctable perpétré sur mes enfants par l'école! Sur 4 j'en ai sauvé deux (et pour cela il a fallu des heures et des heures et il en faut encore de travail acharné et patient en plus des heures scolaires et à la place des heures scolaires)... Je compte sur l'intelligence et la débrouillardise des deux autres (que je n'ai pas pu aider faute de temps parce que à l'époque le sacro saint salariat ne pouvait décemment pas être rompu tellement j’étais conditionnée, enfin bref, ça c'est encore une autre histoire!) pour se débrouiller malgré l'absence de leurs fameux fondamentaux...

      Comme tu le dis si Célestine : un peuple qui sait ne se manipule pas!

      Supprimer
  9. Anonyme4/2/14

    Bonjour Alain,

    - tu as retrouvé la pêche on dirait! -

    Je suis d'accord avec toi, sur le fond comme sur la forme.

    Mention spéciale pour cette phrase de Célestine : "Je me bats pour que l'on rende à l'école sa vraie place, qu'on arrête de faire le boulot des parents, à vouloir mettre dans les programmes tous ces trucs chronophages et inutiles, la sécurité routière, la pose du préservatif ou ce que l'on doit manger pour être en bonne santé."
    Je dis "clap ! clap !"

    J'ai vu fleurir cette idéologie du genre à l'université il y a une quinzaine d'années. Elle est née dans les UFR de sciences de l'éducation et de sociologie - un raz-de-marée -, et ses promoteurs ont su trouver des relais puissants au sein de groupes activistes, LGBT en particulier, qui ont colonisé les médias dominants, les partis politiques et leurs figures émergentes (cf. le porte parole du Gouvernement).

    Leur leitmotiv : infiltrer, infiltrer, infiltrer; puis infuser, normer, réformer et inculquer à partir d'un discours psychologisant et délibérément lénifiant. Le tout est ensuite habillé d'une rhétorique et d'une moraline artificiellement fondées sur les théories classiques des droits de l'homme, du libéralisme et de la démocratie, qu'elle conduit pourtant à transformer en profondeur (trop long à expliquer). Et si tu t'y opposes, tu es "réac"! Trop fort...

    Il ne s'agit pas d'autre chose que d'une idéologie qui vient logiquement en rencontrer une autre, deux prétentions extrémistes à faire société. Elles se valent, dans cette perspective = le pipi avec le caca dans la chasse d'eau.

    Avec deux enfants de 11 et 13 ans, j'ai eu aussi affaire directement à ces dérives de l'école. Face au temps consacré à éduquer et non à instruire, devant les difficultés qu'éprouvaient mes enfants à écrire sans trop de fautes de français, à lire les bons auteurs, à accéder à la Rimbaud et à Rilke, à Rembrandt et à Bach, face à l'impossibilité d'entrer avec cohérence dans l'Histoire du Monde depuis trois millions d'années, maîtrise du TBI oblige, j'ai consacré une large partie de mes soirées, des week-ends, à les instruire moi-même. Et grand bien m'en a pris puisque les rédactions de 6ème de mon gamin comportent moins de fautes que la moyenne des copies des étudiants que je suis amenées à corriger à bac +4!! Et que dire des contenus en histoire, en science de la vie et de la terre, voire parfois en physique, que je suis régulièrement conduit à mettre à jour ou à corriger. Alors, oui, que chacun fasse juste ce qu'il a à faire.

    Bref! le futur ne manque pas d'avenir ;-)

    Nat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nat.
      Je n'ai pas grand chose à ajouter....
      Si ce n'est peut-être que ma compagne et moi avons aussi "éveillé" nos enfants à ... tout ce que l'école passe sous silence, y compris en matière des minimums de savoirs censés être apportés....
      Et dire que qu'une grande part de mes impôts est dilapidée dans les conneries du genre de celle que j'ai épinglée....

      La dernière info dont je dispose est ici !
      http://www.legorafi.fr/2014/02/04/le-gouvernement-recule-et-autorise-la-theorie-de-la-terre-plate-a-figurer-dans-les-manuels-scolaires/

      Legorafi, mieux que Médiapart !!

      Supprimer
    2. Anonyme5/2/14

      Si la connerie est congénitale ( voir l'une de vos réponses, cher Alainx) à quoi peuvent bien servir l'école et ses dignes maîtres et maitresses ?
      ;-)

      nicole 86

      Supprimer
    3. Tu me fais sourire....

      Supprimer
  10. Holala, outrancier? mais mais noooon! Mon Dieu... je suis estomaquée de tout ça et j'adore du coup quand tu es outrancier car ça m'évite de m’énerver!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content d'aider à te calmer !
      :-)

      Supprimer
  11. outrancier ? mais non bien vrai ! et puis ce texte est si drôle que j'en ris encore en écrivant ce commentaire. C'est rigolo d'ailleurs car je viens d'écrire un billet qui évoque un point de vue proche du tien mais vu avec des lunettes dune autre couleur . Je suis viscéralement pour la démocratie bien sûr mais je me dis parfois que nos politiques sont tellement clientélistes pour se faire réélire que c'est à se décourager de prôner la démocratie. Je vais un peu loin mais ne pourrait-on pas imaginer des élus qui nous proposeraient un programme non pas destiné à nous plaire mais à nous dire la vérité et à nous proposer des solutions courageuses ? Seraient-ils élus ? voilà la question, la seule qui vaille car nous qui tombons à bras raccourcis sur nos gouvernants, combien serions-nous à élire les candidats avec de vraies couilles ou une vraie foufoune, porteurs de potions amères mais qui nous sortiraient de l'ornière sur le long terme ? Amitiés Alain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la Démocratie.... le système le moins pire parmi les plus mauvais.....
      :-)
      On a les gouvernants qu'on élit, c'est à dire ceux que l'on mérite. Ils ont la médiocrité qui nous ressemble trait pour trait....

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.