mardi 1 avril 2014

à la pêche


Sur le site d'écriture Kaleïdoplumes, il fallait faire un texte en forme de "poisson d'avril" (enfin, terminer celui-ci par ces mots-là…)
J'ai pondu ça !
———————— 

Le Bonheur c'est maintenant !

Ce soir-là, chaque français était devant son téléviseur.
Le dépouillement du scrutin était achevé. Il fallait juste attendre l'heure fatidique officielle où les résultats pourraient être proclamés.
Chacun savait que 98 % des citoyens avaient déposé leur bulletin dans l'urne. Les 2 % restant comprenaient les personnes hospitalisées ou démentes dont chacun estimait qu'effectivement elles avaient le droit à l'abstention.
Le speaker officiel de la première chaîne, à 20 heures précises, déclara :
— Plomb National : 88 %
— D'hiver Droites : 10 %
— Parti Postcialiste : 2 %

Aussitôt le visage de Farine Le Ben apparut en gros plan : elle était tout sourire, une fois de plus elle gagnait haut la main. De blonde qu'elle fut dans le passé, elle avait désormais des cheveux blancs et, il faut bien le dire, pas mal de rides. Le poids des responsabilités sans doute, après 20 ans d'exercice du pouvoir.

Dans tous les lieux publics, une fois encore on exaltait. Il faut dire que les 20 super-glorieuses que la France vivait depuis qu'elle avait accédé au pouvoir, avaient de quoi réjouir le plus aigri d'entre nous.
Le parti Postcialiste, qui n'avait pas survécu aux années Mollande, était manifestement en voie de disparition définitive.
Les d'Hiver droites faisaient un score médiocre, depuis que Bimuthzy purgeait 25 années de prison à Fresnes, pour divers détournements, financements occultes, malversation de toutes sortes et autres petites choses sans importance. Ses complices de droite occupaient tout un étage de la prison.

Le succès du Plomb National tenait exclusivement au fait que Farine Le Ben avait appliqué une politique pragmatique, vendant la France pour moitié aux émirats Arabes, et l'autre moitié au vieillard Soutine qui gouvernait toujours la Nouvelle URSS malgré ses 92 ans. Les Français de souche, pour ne pas risquer l'expulsion hors du pays, avaient le choix entre la France du Nord, aux mains des mafias russes, où la France du Sud soumise à la Charia. Grosso modo, la Loire constituait la ligne de démarcation. L'armée française co-dirigée par un Emir  et un général russe, campaient de chaque côté des rives de notre beau fleuve.

Ce pragmatisme avait permis un enrichissement sans précédent de toute la nation, car on le sait, le français est un fraudeur dans l'âme. Si bien que la France coupée en deux, permettait, comme au bon vieux temps des années 40, de développer toutes sortes de trafics juteux aux ramifications internationales. La France, Phare Mondial pour les Peuples, faisait désormais figure d'exemple dans le monde. Le SCLM (Système de Corruption Légale Mondialisé) gagnait du terrain. Les pays qui avaient encore une certaine éthique, une certaine morale, n'en menaient pas large et se ralliaient progressivement à l'exemple français, qui comme on le sait est le meilleur du Monde. De toutes façons, les mauvais français  récalcitrants qui prétendaient encore avoir des états d'âme, étaient bazardés à la mer, depuis des hélicoptères, comme au bon vieux temps des guerres coloniales.

Tout, enfin, allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
L'argent sale coulait à flots, mais la grande nouveauté, c'est que chacun en profitait au maximum ! Chaque pauvre était désormais riche.
Mais pourquoi, une certaine époque, avions nous tellement décrié le Plomb National !
Nous ignorions que la solution : c'était lui : le PN ! C'était elle : Farine !
Longue vie au Rassemblement Blanc Farine.
C'est bien sûr de la poudre aux yeux, mais presque inutilement, car le peuple est aveugle depuis longtemps….

Poisson d'avril (quoique….)

9 commentaires:

  1. Un drôle de pétrin, camarade aenkovic ! T'aurais pas essayé de me rouler dans la farine, par hasard avec tes histoires de blé illégal et de pauvres riches ?... Mmmm ?... Non ? Alors, on continue de "Vallser" ensemble le temps d'un "temps go"...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'adore les romans d'anticipation mais celui là file le bourdon et des frissons dans l'échine : trop génialement plausible.
    Tu sais que je t'aime toi?
    Ah ben oui, c'est vrai tu le sais... :-)

    RépondreSupprimer
  3. alors là Alain... c'est excellent!
    On rit (jaune) pour ne pas pleurer...
    Tout est parfaitement balancé avec une ironie cinglante...

    Bravo pour ce texte rondement mené, aux allusions multiples, aux jeux de mots super bien trouvés

    RépondreSupprimer
  4. Pas encore commenté là-bas, mais affirmé ici: ton texte est excellentissime! en espérant qu'il restera, de mon vivant en tout cas, à l'état de pure fiction.

    RépondreSupprimer
  5. Anticipation d'avril finira sur le grill.
    L'utilisation très fine de l'histoire, ce mélange anticipation-régression était d'une grande finesse.
    Merci Alain pour ce texte pas si drôle que ça finalement.
    Nicole

    RépondreSupprimer
  6. J'adore ton poisson !
    L'anticipation, ça me parle tu le sais, et ton scénario plutôt glauque m'a entrainé !

    RépondreSupprimer
  7. Drôle et inquiétant !!! Bravo en tout cas

    RépondreSupprimer
  8. Charlotte3/4/14

    En tous les cas toi tu as la pêche...malgré toutes les horreurs que tu écris... Mais comme c'est un poisson d'avril ...
    Bien que parfois tu m'inquiètes...

    RépondreSupprimer
  9. UN GRAND MERCI A TOUS-TOUTES pour vos commentaires ....

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.