samedi 12 avril 2014

le Grand Pan est mort... et bien mort....


Je lis ceci sur un blog :

"Il faut une première fois pour tout, pour les faire-parts de décès aussi. (…) Celui que je reçois, aujourd’hui, est mon premier faire-part envoyé par mail"

Mince ! Je n'avais pas envisagé que ce soit possible. Qu'on se décide à faire ce genre de truc.
À moins que ce ne soit l'annonce d'une « mort virtuelle ». Vous savez, comme dans les jeux vidéo. Le type a perdu une vie. il lui en reste deux. Et hop, petite musique guillerette, et on repart.
Mais là, non, il semblerait que le mort soit bien mort.

À quand l'étape suivante ? Le faire-part de mort par texto.
« le vieu é mor on le kram 2main Ti sra ? »
On pourra en prendre connaissance au bistrot, rapido, entre deux bières. Super, on est déjà sur place pour fêter ça avec les potes. Tournée générale !

Déjà que la mort réelle est globalement virtualisée dans les hôpitaux, puisqu'on ne touche plus le corps du défunt, mais on regarde seulement sur l'écran, depuis la salle de contrôle, si les sinusoïdes sont désormais plates, et les compteurs à zéro. Il n'y a plus alors qu'à « biper » les brancardiers pour mettre le truc dans un sac plastique et le descendre à la cave.

Nous vivons une époque  moderne...


------------
BRASSENS : Surtout pour le complet transcit c-après :




... Et quand fatale sonnait l'heure
De prendre un linceul pour costume
Un tas de génies l'oeil en pleurs
Vous offraient les honneurs posthumes.
Pour aller au céleste empire,
Dans leur barque ils venaient vous prendre.
C'était presque un plaisir de rendre
Le dernier soupir.
La plus humble dépouille était alors bénie,
Embarquée par Caron, Pluton et compagnie.
Au pire des minus, l'âme était accordée,
Et le moindre mortel avait l'éternité.


Aujourd'hui ça et là, les gens passent encore,
Mais la tombe est hélas la dernière demeure
Les dieux ne répondent plus de ceux qui meurent.
La mort est naturelle, et le grand Pan est mort.


17 commentaires:

  1. Bonjour.
    Il y a des considérations de l'être marginales.
    Pour les funérailles de ma soeur cadette, cela ne s'est pas passé eainsi, et c'est tant mieux. Cela m'a permis de vérifier où se trouvaient les diables et les dieux...
    Mais comme tu le dis si bien, le grad Pan est mort, virtuellement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le diable est dans les détails dit-on souvent....

      Supprimer
  2. Je ne crois même pas que ceux qui envoient des faire-parts de décès comme ça, par mail, y voient un problème. La messagerie électronique, ou les textos, font partie intégrante de leur vie et sont leur unique mode de communication. Je parierais que ces gens n'ont jamais envoyé une lettre à qui que ce soit, même pas une carte postale pendant les vacances. Tout juste s'ils sauraient comment faire, où mettre le timbre et surtout comment écrire à la main.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vu sous cet angle, on peut comprendre ....
      Hélas,
      Je n'appelle pas ça un progrès ni une avancée, mais c'est ainsi...

      Supprimer
  3. Ca fait froid dans le dos, cette histoire de faire-part virtuel!
    D'un autre côté, dans un monde où la moindre information a une durée de vie d'une heure, une journée à tout casser, qui peut encore se permettre d'attendre le courrier postal pour apprendre le décès d'un ami?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'un ami ?
      Tu te vois dire ça "comme ça" à un ami du défunt ?
      un mail privé peut être, un tél surement.... mais un faire-part virtuel....
      Faut que je me trouve un autre continent, un autre paradigme, une autre planète !....
      :-)

      Supprimer
  4. J'ai souri au faire-part par texto. A l'heure actuelle, il ne faut s'étonner de rien et comme il est dit, il y a un commencement à tout. Mais cela ne fait pas très intime et aimant. Passe pour un animal, mais je pense qu'à bien des égards on vaut mieux que lui. Il est vrai qu'en faisant un copier/coller on a vite fait d'envoyer à toutes les relations et basta ...... où sont les vrais amis, la délicatesse et le respect et surtout l'amour pour le défunt si amour il y a ? Recevoir un faire part de deuil par mail est dénoué de sentiment mais peut-être que ces gens on vraiment compris que nous n'étions que poussière et qu'en redevenant poussière on ne devait plus faire de "tralala". j'en doute ! Ils ont peut être aussi envoyé le faire part sur Facebook, Tweeter et cie pourquoi pas !? Il va falloir s'y faire, le service "courrier " de la poste est sur le déclin ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement tu dois avoir raison....
      sur Facebook ça doit être super :
      "ma femme est morte" : 250 amis ont cliqué "I like" Et comme le bouton "pouce relevé" est un "espion", dans les minutes qui suivent tu reçois des pubs pour les "cercueils en promo" et "la crémation en solde cette semaine - profitez-en"....

      D'autant que le faire-part par la poste ça coute cher ! : l'imprimeur... les enveloppes... les timbres.... C'est autant d'argent gâché et indirectement ça diminue le pactole de l'héritage.... et ça te fait louper les "promos"....
      Et puis ça prend du temps de faire toutes ces enveloppes à la main...

      Franchement, me voici con-vaincu !

      Supprimer
    2. Je suis pliée ........................................ de rire .......................... jusqu'à perler mes yeux .......................
      Je n'oublie pas que Deuil rime avec œil !!!!!!!!!!

      Supprimer
  5. Je suis de la vieille génération, et pourtant, je n'ai pas trouvé étrange d'apprendre la mort de la fille d'un de mes collègues par texto, je n'ai même pas imaginé que cela puisse être incongru, le texto est devenu un message commun entré dans nos vies depuis longtemps. Et j'imagine le pauvre père expliquant à chacun, la gorge nouée par les larmes et la peine l'accident survenu durant la nuit... Non, il a bien fait de procéder de la sorte. J'ai personnellement indiqué à une personne de confiance où trouver l'enveloppe de fin de vie contenant les mots de passe pour atteindre mes espaces virtuels et y annoncer mon départ. Lorsqu'un blogami s'arrête sans explication, j'ai toujours une crainte, un doute. Et je me rappelle un blogami qui s'est terminé de la sorte, un message du fils de l'auteur est venu annoncer la fin de sa lutte contre le cancer qu'il n'avait jamais mentionné dans ses posts. ça m'a permis de lui présenter mes condoléances et de comprendre le silence et la page blanche. Le virtuel meurt aussi, et s'annonce virtuellement.
    Deux mondes se côtoient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui fait la différence entre toi et moi, c'est que le texto n'est pas "entré dans ma vie"... Je n'en envoie quasi jamais de mon vieux Nokia d'avant les smartphones ! (1 ou 2 par mois les bonnes saisons !), je n'en reçois donc guère plus.... Ce mode de communication ne me convient pas.
      Et, le pire je l'avoue, à mes amis j'écris des lettres sur du papier (tu vois ce dont je parle ? mais si du "papier à lettres" .... :- ) tu as surement connu !), écrites avec un stylo plume de luxe (en plus !) vieux de + de 30 ans... et des enveloppes envoyées par la Poste (m'enfin ! La Poste ? tu vois pas ce que c'est ??)

      *sourire*
      et un bisou... forcément virtuel !!

      comme chantais Georges B :
      "Pardonnez moi Prince, si je suis foutrement moyenâgeux" ....

      Supprimer
  6. J'apprends donc que les faire part de décès se font par mail ! Il est vrai que ma première réaction a été la même que toi... mais en pensant à toutes ces informations, ces contacts qui se font par le virtuel, je me dis qu'après tout ces personnes ne doivent correspondre qu'ainsi et toutes leurs connaissances utilisent ce lien !!
    Moi qui aimait écrire comme toi avec de beaux stylos et papiers, j'ai tenté de continuer... mais les personnes me répondent soit par téléphone me disant qu'ils n'aiment pas écrire, soit par mail avec une ligne !!
    J'utilise toujours les anciens "outils" d'écriture mais uniquement pour mon plaisir... c'est ainsi, même si je le regrette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aimerais que ceux qui auront à annoncer ta mort le fassent par mail ou texto ?
      Peut-être qu'il faut s'en foutre… Après tout on sera crevé… :-)
      J'apprécie le monde virtuel, sinon je ne tiendrai pas un blog depuis plus de 12 ans…
      Mais mes relations essentielles n'appartiennent pas à ce milieu-là.
      Quant à la relation par une écriture papier, tu verras, dans quelques années ce sera « le must » !
      D'ailleurs ça commence… Les genres Facebook commencent à lasser, et les bourses mondiales anticipent… Le cours de Facebook est en chute libre…
      C'est un signe !
      Vive les papeteries !
      :-)

      Supprimer
  7. L'an dernier , le père d"une amie était condamné ( j'aime pas ce mot ) par un cancer , les proches l'entouraient au fil des jours ... tu peux imaginer ce lourd parcours
    Un matin , j'ai lu sur le mur FB un message , j'ai compris
    un message tout en pudeur ..
    cela ne m'a pas choquée , nous étions pour la plupart aux funérailles auprès d'eux
    ce qui compte le plus , ce n'est pas l'avis de décès , la manière , mais par sa présence entourer ceux qui sont dans le chagrin
    Je me souviens des sanglots de mon père quand il m'a annoncé la mort de sa mère au téléphone
    il avait raccroché de douleur ...
    L'écrire aurait peu être été plus facile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas FB, mais je peux imaginer qu'un message collectif sur ce média à quelque analogie avec un avis de faire part dans la presse locale. Ce n'est pas tout à fait la même chose qu'un mail privé.
      Mais je comprends bien ce que tu dis. J'ai une sensibilité personnelle sans doute aux supports employés. Sur ces questions, j'accorde plus d'importance au support papier, qu'aux électrons vaporeux de la tuyauterie virtuelle qui me les amène de manière éphémère sur un écran.

      Quand à ton père au téléphone annonçant la mort de sa mère, c'est forcément un moment difficile et douloureux et je ne suis pas certain que l'écrit aurait été plus facile, ni même possible. Être « entendu » en temps réel dans la souffrance exprimée par téléphone, entendu par sa fille, me semble une expression de la douleur parfaitement légitime et je dirais même nécessaire. Surtout dans une relation père/fille. Enfin, c'est mon sentiment tout aussi personnel…

      Merci pour ta visite chez moi. C'est toujours un plaisir.

      Supprimer
  8. J'ai trouvé très intéressant de lire les diverses approches décrites dans les commentaires…
    Confirmation, si besoin, que chacun voit les choses selon son propre filtre.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben oui ! Heureusement qu'on n'a pas tous la même approche et la même sensibilité aux évènements...

      Quant au filtre.... espérons que c'est un (ph)iltre d'amour !
      :-)

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.