Accueil

lundi 26 mai 2014

Élections européennes

Je suis surpris du niveau bas de mes réactions personnelles. Sentiment de voir se dérouler un film que j'avais déjà vu… : Score élevé du FN (annoncé partout bien à  l'avance, donc pas de surprise…), délires échevelés de la Marine toute contente ; mines déconfites de tous les autres et outrances verbales dans le vocabulaire de la sismologie ; déclaration, main sur le coeur, que dès demain on va « tirer les leçons » ; gamineries politicardes habituelles dans le style : c'est pas moi, c'est pas ma faute M'sieur, c'est l'autre ! ;  dithyrambe du premier ministre avec le masque du tragédien antique ; etc.
Bref, le mauvais film de série B franco-français habituel.

Valloton-Europe enlevée par Zeus
Et après ? Bah rien ! Le Parlement européen, si j'ai pigé, sera globalement de la même coloration qu'avant, et tout continuera comme dab'. Bien entendu, nous aurons de belles déclarations officielles annonçant, comme c'est l'usage, que les nécessaires évolutions sont pour avant-hier…
En France, le gouvernement va continuer sur la même ligne. Celle-là ou une autre, de toute façon, le déclin c'est le déclin… 
La génération actuelle des 30/40 ans est directement issue de la parenthèse enchantée dites des 30 glorieuses. Simplement on a du mal à réaliser qu'une parenthèse enchantée se referme. Et que celle-ci est reclaquée définitivement…
Faudra s'y faire… Les lendemains ont cessé de chanter.

On a qui pour la suite ? Euh… Voyons… Réfléchissons bien… Doit bien y avoir quelqu'un… Tiens par exemple, Machin, mais si, Machin ! Ah bon ? Lui aussi est mis en examen ? 

On l'aura remarqué, mes propos sont tout sauf une analyse politique valable. Vous n'allez quand même pas m'en faire le reproche ! J'essaye de me comporter comme un journaliste normal, c'est-à-dire au service  d'un organe de presse appartenant à un grand groupe capitaliste…

J'attends toujours que quelqu'un fasse une analyse politique valable…
Il y en a une peut-être :
— le citoyen a toujours le gouvernant qu'il mérite
— le citoyen ressemble au gouvernant qu'il a élu

Quant à moi… ?
Eh bien je vais tenter de survivre encore un petit peu, si Dieu me prête vie… Et oui, même Dieu a fini par se mettre au diapason des lois du marché… Il prête… Et va falloir rembourser avec intérêt…
Je vais donc me tourner résolument vers ceux et celles qui ont le coeur généreux et le sens de la gratuité parmi mes proches… Ceux et celles qui m'aiment et dont je ressens l'amour donné. En échange je vais essayer d'être vaguement à la hauteur de l'enjeu du don de soi.
Quant aux autres… (La suite de la phrase vient de tomber dans les abîmes de ma perplexité…)

*

Note perso :  
— Alain, ne pas oublier d'ici quelque temps de tirer les leçons des suites de ton billet précédent. 
— Ok, je le note !

38 commentaires:

  1. tu le sais... ça fait dix ans que je t'aime...;-))
    Maintenant an Belgique avec la montée en force de la N-VA (parti nationaliste...
    on n'est pas mieux loti! Et j'ai cru voir ce matin, que partout en Europe c'est le même replis sur soi
    Les gens frissonnent, et en frissonnant ainsi ils perdent des cm...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin une déclaration d'amuuuuuurrr !!
      10 ans d'attente ça faisait long !
      :-)
      quant au repli identitaire... c'est mortel....
      Mais c'est "l'air du temps".... depuis des lustres on dit aux gosses : Attention aux autres que tu connais pas... ils sont dangereux.... que des pédophiles partout, des roms, des arabes, des pauvres, des pas-clairs... Méfie toi de tout et de tous.... sauf de ton père et ta mère....
      et après on s'étonne que 15 ans + tard ils votent "identitaire et repli sur soi"....


      Supprimer
  2. manoudanslaforet26/5/14

    Je suis hélàs moi aussi surprise par mon peu de réaction.... de se dire que de toute façon ça va pas changer grand chose..... d'être blasée, déçue....
    Peut être est ce que c'est parce que je n'ai jamais dit à mes enfants de s'éloigner du différent, mais d'apprendre, qu'aujourd'hui ce sont de jeunes adultes qui votent et pas FN !!!!
    Alors peut être faut il garder espoir !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux pour les tiens....
      Mains nationalement, Le FN obtient ses meilleurs scores chez les jeunes et les ouvriers (source Le Monde de ce jour)
      Y a encore du boulot civique à faire....

      Supprimer
  3. Moi, je suis écœurée, mais je vais pas redire ici ce que j'ai déjà dit chez Coum ou Pierre, ce serait de la redite.
    Coumarine dit: Les gens frissonnent, et en frissonnant ainsi ils perdent des cm...
    Moi je peux pas me permettre de perdre un seul centimètre, dépassant à peine les 152cm, alors je gueule et je marche sur la pointe des pieds.
    Honte à ceux qui n'ont pas été voté hier et qui permettent un tel score .
    A part ça Alainx, il faut que je te dise que j'ai trouvé ton texte du 23 mai intitulé "Finir" infiniment beau et touchant. J'ai vu qu'on ne pouvait pas mettre de com dessous alors je le dis ici. Si ceux qui te lisent sur Kaléïdo savaient, qui tu es vraiment, qui se cache derrière tes mots, qui se cache derrière un humour parfois cynique ils... Mais tant pis pour eux, moi je suis heureuse d'avoir ce privilège-là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Cassy j'ai honte, je ne suis pas allée voter .... j'ai très honte, bordel, qu'est ce qui m'a pris ! je ne fais jamais ça, mais là je sais pas. La politique ne m'intéresse pas, je n'y comprends rien, je n'ai pas mesuré..... voilà je me suis confessée.

      Supprimer
    2. J'ai vu ce que tu as écrit....
      -------
      Merci surtout pour la fin de ton commentaire. C'est un privilège partagé. Je trouve aussi que j'ai de la chance de te connaitre notamment dans la qualité de ce qui transparait de toi dans tes écrits, toujours sensibles et beaux.
      Quant à Kaléido... Ben ceux que ça intéresse zont ka venir lire "ici" !.... Vu que là-bas c'est du domaine de la fantaisie, de la distraction, et le maniement de mon humour, qui comme toute forme d'humour, est diversement apprécié.... Mais ce n'est certainement pas là-bas qu'on peut rencontrer le "vrai" alain....
      :-)

      Supprimer
  4. Charlotte26/5/14

    Je suis affolée aussi de ces résultats bien que je m'y attendais. Ce matin, je discutais au téléphone avec quelqu'un qui m'est chère et qui habite la France. Elle ne partage pas du tout mes idées politiques ... J'ai du quasi couper la communication tant celle çi était devenue impossible,intenable, tant son discours de haine me rendait malade... Et pourtant le même sang que coule dans nos veines... à elle et à moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des sujets qu'il faut aborder avec des pincettes...
      Le plus souvent la discussion politique de ce type post-électoral est stérile.
      J'ai pratiqué ce genre d'échange. aujourd'hui, j'ai renoncé...
      Au final ça n'apporte rien.
      Au mieux c'est possible avec quelqu'un qui a un mandat politique (genre conseille rmunicipal...) et encore....

      Supprimer
  5. Tu dis plus haut en réponse à un com: "Y'a encore du boulot civique à faire"...
    C'est décourageant, en fait de voir que tout est toujours à faire...ce n'est pourtant pas faute d'avoir parlé de tout ça en classe...c'est un peu comme la cigarette: à dix ans, ils sont tous d'accord, ce n'est pas bien. Et à vingt ans ils fument ...

    Sinon, vu que j'ai le coeur généreux et le sens de la gratuité, je me dis que peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "... Tout est toujours à faire". Oui, c'est très vrai.... Tu le sais sans doute bien mieux que d'autres de par mon métier… mais où sont les pédagogues politiques ? (Par exemple). Qu'est-ce qu'on explique aux enfants d'aujourd'hui concernant l'organisation des institutions démocratiques françaises, européennes, internationales ? (Toujours par exemple…) Et, disons-le clairement, combien d'enseignants ont compris eux-mêmes de quoi il s'agissait ?

      Sinon… Tu as raison de te dire que peut-être… 

      Supprimer
  6. Bonjour,
    Je ne suis pas non plus étonné...
    Après tout, n'est-ce point là le résultat de ces gouvernements successifs ?
    Nous portons chacun une part de responsabilité de ce qu'il se passe dans la sphère politique... Et oui, pas question de dire qu'on y est pour rien... Pourquoi ? ben, parce qu'on vote : ou qu'on vote pas, pardi !

    Je ne suis pas doué, mais n'avait-on pas dit "non" au premier référendum sur l'Europe ?
    Quand on pipe les dés, et qu'on change la donne ave un tour de passe-passe, il faut s'attendre ensuite aux résultats de dimanche dernier...
    Ca vote contestataire, ou cela s'abstient, parce que les gens sont fatigués des "j'en foutre"...

    Il y a longtemps que les votes ne sont pas partisans... Les votes sont contestataires... Tout cela sur la bêtise d'Etat qui culpabilise chacun sur le concept du droit de voter (enfin, de "l'obligation de voter" sinon : "t'es un vilain pas beau contre républicain, anti-démocratique... et ces hommes et ces femmes qui sont morts pour toi, pour le futur..." Toute cette bouillabaise (si si, j'ai fait exprès de ne mettre qu'un "s") pour en arriver là...

    Tous responsables je vous dis ; et ce n'est pas que de la haine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vote est en effet contestataire lorsqu'il s'effectue pour un nom ou pour une liste elle-même contestataire, c'est-à-dire qui n'a aucune solution sur rien dans aucun domaine… En fait des propositions outrageusement mensongères inapplicables et démagogiques, mais comme dit l'autre : plus c'est gros, , plus c'est outrancier, plus ça marche !

      En revanche, je digère mal ( c'est un euphémisme…) tes propos vomitifs concernant ceux qui sont « morts pour la patrie ». Je suppose que tu n'avais dans ton entourage que des collabos…
      Je te laisse évidemment la responsabilité de tes propos outrageants…

      Supprimer
  7. Et voilà que personne ne voulait faire de commentaire et que tout le monde y va de son couplet: y aurait-il d'autres personnes que les politiques pour entrer dans la valse?
    C'est un peu provocateur mais enfin, bien-pensants du lendemain, qu'avons-nous fait pour changer les choses? Regarder "le peuple et les jeunes" qui ont voté FN d'un air distancié et un brin méprisant comme si on ne se mélangeait pas avec la fange de ceux qui n'ont rien compris, cela fait avancer les choses?
    J'ai écrit la biographie d'un résistant exceptionnel que l'on a enfoui à sous une chape de plomb à un haut niveau après la guerre, j'ai eu accès à des archives qui n'avaient jamais été consultées, surprise de tant de boue chez les héros patentés. Pressions. Peaux de bananes. J'ai été lâche et j'ai retiré ce qui allait m'attirer des procès de gens trop haut placés, pot de terre contre pot de fer. Je connais des chercheurs dont le livre a été enterré à un haut niveau, c'est facile: pas d'articles dans les journaux, la radio, etc. Le livre est mort. Le mien n'a été que moribond et il a eu du succès dans la région mais j'ai la rage de voir les héritiers si bien installés qui vivent sur un passé pas très glorieux, j'ai honte que des personnalités lumineuses comme Louis Adrien Favre, fusillé à 33 ans après avoir refusé son évasion pour que d'autres ne le paient pas de leur vie ne soient pas connues.
    Je ne voulais pas écrire cela, mais le billet du rônin m'a fait monter la moutarde au nez. Je sais, tout le monde dit que je monte vite. Mais là, vraiment, c'était trop.

    A part cela ton poème m'a bouleversée, Alain, et j'ai regretté de ne pouvoir t'exprimer tout ce que je ressentais, maintenant c'est trop tard,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À propos de la «boue chez les héros patentés » et de ce que tu appelles avoir été lâche… Dans ce cas, je l'ai été aussi. Certaines responsabilités que j'ai exercées « dans une autre vie » à un niveau relativement élevé de l'État, m'ont fait voir des choses que la fougue de ma jeunesse voulait que je les dénonce. On a su m'en dissuader avec des propos… Que je ne qualifierai pas… Parfois cela me remonte encore à la gorge…
      Depuis lors, rien ne m'étonne dans les divers « scandales » qui s'étalent quotidiennement désormais, grâce à l'action de certains et à ce qu'il est convenu d'appeler les réseaux sociaux… Et en ce sens, une certaine « moralisation » (au bon sens du mot…) tend à y gagner…
      Et si l'on ajoute que la sphère politique n'est que l'écume de ce qui se passe dans les profondeurs des petits arrangements entre amis au quotidien des milieux financiers, industriels et llbéraux… Alors, il arrive parfois qu'il devient plus difficile de croire en l'homme… Et cependant je continue d'y croire, parce que je vois aussi les extraordinaires « personnalités lumineuses » (comme tu dis) qui gravitent dans le monde et autour de moi…
      -----
      Pour ce qui est de mon poème… Il est toujours possible de dire les choses par mail ( adresse dans la marge de droite ou dans mon profil).

      et merci pour ce commentaire...

      Supprimer
  8. Depuis deux jours , chacun y va de son commentaire , son mea culpa
    Je n'ai pas voté , parce que je n'avais pas d'avis , j'aurais pu voter blanc , ça n'aurait pas changer grand chose
    Shame , honte ..... je ne ressens rien de tout ça
    je ne veux pas culpabiliser
    ça me plait pas du tout ce qui se passe
    j'aimerais garder mes idéaux , ça part en vrille
    dans mon humble vie , je continue à garder un rapport humain et chaleureux aux autres et refuse de vivre dans la peur

    beau programme non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question n'est pas de culpabiliser ou avoir honte. Chaque citoyenne est libre de ne pas exercer son droit de vote, même si il a été acquis pour les femmes au prix de hautes luttes…

      Ce qui m'interroge c'est ceci : «Je n'ai pas voté , parce que je n'avais pas d'avis »
      Qu'est-ce qui amène une personne à ne pas avoir d'avis sur ce qui la concerne au quotidien ?
      Comment garder ses idéaux si on ne prend pas position quand ceux-ci sont en jeu ?

      Je ne voudrais pas que ces propos soient interprétés comme un jugement de ta personne…
      C'est en moi une RÉELLE question…

      Supprimer
    2. Jeanne, Jeanne, si tu savais comme ton commentaire me fait du bien!!! Moi non plus je ne suis pas allée voter, et lundi matin, en ouvrant la porte de Facebook, c'est une demi-tonne d'insultes qui se sont déversées sur moi, l'Abstentionniste, et j'y ai appris qu'en fait, j'étais le diable personnifié et c'était finalement moi qui avais voté LePen. Je n'en savais rien, moi, idiote que je suis, je pensais encore qu'on était dans une démocratie, et que chacun avait le droit de s'exprimer ou de se non-exprimer sans être jugé par la moitié des Français. Moitié qui, au demeurant, est tellement occupée à chercher ailleurs un responsable au taux aberrant du FN qu'elle en oublie de se remettre en cause en se demandant si, tout compte fait, étant un peu la France elle aussi, elle n'est pas un tout petit peu responsable, elle aussi, peut-être, de cette débâcle. Alors ça fait du bien de lire que quelqu'un, quelque part, a décidé aussi de ne pas aller voter, pour des raisons qui lui appartiennent et que personne n'a le droit de discuter, ça me change des "gros connards d'abstentionnistes, on va se ramasser LePen, vous l'aurez voulu" dont je suis abreuvée depuis deux jours par des décérébrés aussi extrémistes et autoritaires que ceux qu"ils dénoncent.
      Si ça peut te servir, j'ai trouvé la parade qui m'a finalement valu d'avoir la paix: demande-leur de t'expliquer concrètement en quoi l'abstention est responsable du score du FN. Parce que finalement, quand on creuse, on se rend compte que ce qui est reproché aux abstentionnistes, c'est de ne pas être allés voter blanc. Or, s'il y avait eu un vote blanc massif, le nombre de personnes votant FN n'aurait absolument pas changé. En revanche, il aurait été noyé dans la masse du nombre de votants, et se serait moins vu. Autrement dit, on reproche aux abstentionnistes d'avoir refusé de couvrir la débâcle minable des partis traditionnels en noyant le score du FN dans la statistique.
      Essaie, en général, ça marche plutôt bien, pour avoir la paix.

      Supprimer
  9. Bien sur le score était prévisible pour le peu que l'on s'intéresse...mais on a toujours espoir qu'un sursaut, qu'une réflexion ...bref moi mon sentiment à l'annonce des 25% a été la honte...oui j'ai honte pour mon pays ...et surtout honte de mes concitoyens....la femme de gauche (la vraie gauche) que je suis est outrée et le mot est faible (les maux) font mal.
    bien à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai commencé ce billet en exprimant une sorte de non réaction qui m'a surpris. Finalement, je suis dans une sorte de sidération, pas seulement des 25 %, mais de tout l'ensemble du pays et du délitement de la classe politique, en tout cas des partis dits « de gouvernement ». La soirée politique qui a suivi et depuis, l'intervention absolument nulle de Hollande : « on va rien changer, vous allez voir demain tout ira bien… » Le bordel indescriptible à l'UMP, les truanderies et les fraudes, enfin bref… La liste est excessivement longue… À droite comme à gauche…
      Mais comment peut-on en quelques années en arriver là ?

      Supprimer
  10. Les Français ne votent pas pour leurs idées, ils font des votes sanctions et tant pis ce qui va arriver. Ils ne comprennent rien à la politique et à pas grand chose d'ailleurs ......... et chacun parle pour son sein. Aucune maturité en France et c'est grave ! Après tout, c'est le reflet de la vie de couple actuelle, un petit pet de travers et hop on change de crèmerie sans penser aux conséquences pour les enfants qui trinquent alors qu'avec un peu de dialogue et quelques petits efforts ont pourrait arriver à satisfaire chacun. Quant à l'honnêteté des politiques, de droite, de gauche et de toutes idées, on sait bien que le pouvoir fait tourner la tête et que la tentation d'en profiter fait déraper bons nombres ..... l'être humain est ainsi fait. Mais je veux bien croire qu'il existe encore des incorruptibles malheureusement, lorsqu'ils mettent le nez dans les affaires et découvrent des choses pas catholiques, ils dérangent et on essaye de les évincer en leur mettant des bâtons dans les roues. Alors ils finissent par se taire et ne plus rien faire. On voit bien que le bon a du mal à prendre le pas sur le mauvais et ce dans la vie en général et ce n'est pas près de s'arrêter ..... Il faut continuer à lutter, mais ne sommes nous pas sur terre pour lutter en permanence ?!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais des personnes de convictions, engagées dans de nobles combats pour faire triompher des valeurs humanistes universelles. Et j'ose dire espérer être parmi elles....
      Mais j'ai fait l'expérience que l'engagement politique était d'une grande complexité en ce domaine, dès lors qu'il est au niveau national. On comprend d'ailleurs que les parlementaires "honnêtes" (ceux qu'on ne voit jamais dans les médias, ces derniers ne s'intéressant qu'à la merde à remuer entre deux séquences de publicité), préfèrent leurs engagements locaux.
      Les personnes les plus "transformantes de la société" se rencontrent dans les réseaux associatifs et caritatifs, et dans l'ombre quotidienne des petites réalisations qui font les germinations futures.
      C'est pourquoi je crois en l'Humanité des Hommes...
      Là est mon combat depuis longtemps.... Même si aujourd'hui mes forces diminuées en limitent la portée.

      Supprimer
  11. ah ! oui, on les a pas assez éduqué, ces salauds de pauvre. On leur a pas assez expliquer que c'était pour leur bien qu'on leur prenait tout, jusqu'à leur dignité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est clair !
      Ils n'ont qu'à être riches comme nous....
      C'est pourtant pas compliqué....

      Supprimer
  12. Perso, je refuse de tomber dans ce travers facile du "ouh c'est pas beau, ces 25% de connards qui ont voté FN, la honte!!!". Pour moi, cette attitude bien-pensante et facile n'est juste qu'un moyen de se dérober devant les vraies questions. La France, c'est eux, c'est nous tous. Quand un quart de la population votante exprime un mal-être aussi profond, je ne crois pas que la solution soit de lui dire "non, t'as pas le droit de penser ça, tais-toi, t'es qu'un sale extrémiste!". Moi ma réaction lundi matin, ça a été de me dire, comment en est-on arrivé là, qu'ont donc loupé les politiques à ce point pour qu'un quart des Français votants aille si mal, est-ce que je suis responsable, est-ce que je peux les écouter pour essayer de comprendre ce qu'ils disent? Baillonner quelqu'un qui crie sans chercher à savoir ce qu'il essaie de dire est le plus sûr moyen de le faire hurler de plus en plus fort jusqu'à ce que sa voix couvre tout le reste.
    Les discours faciles "le FN c'est pas bô" qui sont presque un automatisme dans la bouche d'une certaine catégorie de personnes, c'est dangereux, parce que ce n'est pas en fermant les yeux qu'un problème disparaît.
    Et dire que 25% des Français qui ont voté sont des imbéciles, c'est se poser en censeur politique, détenteur du bien et du mal. C'est dire, "Je dis que ce qu'ils ont voté n'est pas bien, parce que moi je sais ce qui est bien et ce qui est mal". Ce n'est rien d'autre, à mes yeux, que la base d'un régime autoritaire. Nier à l'autre la légitmité de son opinion politique, ou pire: lui nier ne serait-ce que son droit à l'exprimer, c'est tout sauf le principe de la démocratie, c'est le principe d'une dictature reposant sur la pensée unique définie par une personne ou une seule catégorie de personnes. C'est dangereux et intolérant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liberté d'expression dans la démocratie française demeure "encore" largement possible et très peu censurée, hormis lorsque les propos tombent sous le coup de la loi.
      je mets "encore" entre guilllemets, car Mme Le Pen a déjà commencé à ficher tout ceux qui ont une pensée différente de la sienne, et qu'elle fera taire quand elle sera au pouvoir...
      Tu illustres bien cette liberté de dire que ceux qui ont voté FN sont des connards… Et que les abstentionnistes sont à blâmer…
      En matière d'expression des idées et des opinions chacun le fait comme il l'entend.

      Lors d'une élection, c'est différent. Il ne s'agit plus d'émettre des opinions sérieuses ou fantaisistes : il s'agit de faire UN CHOIX.
      pour l'instant, mais je suis ouvert à toutes les discussions, l'abstentionniste est quelqu'un qui demeure sur le registre de l'opinion et non pas sur celui du CHOIX.
      c'est plus facile de discuter… C'est moins facile de choisir…

      Supprimer
  13. Avoir des gens qui t'aiment sur lesquels tu peux compter est une grande richesse.
    Ne le dit pas trop fort. Tu risques d'être imposer. ;)
    Moi, je fais mon malin parce que je ne paye pas d'impôts à ce niveau-là non plus... comment ça dommage ?...
    Bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui.... LA grande richesse sans doute.....
      Merci de ton passage !

      Supprimer
  14. Je ne suis pas d'accord, Alain. S'abstenir est aussi un choix, celui de ne pas être impliqué dans ce système électoral si on ne s'y reconnaît plus. En avril 2002, j'ai voté au premier tour, j'ai voté au deuxième tour, j'ai fait partie de ceux qui encourageaient les abstentionnistes à se bouger pour faire barrage au FN.
    Douze ans plus tard, rien n'a changé. Il y a eu un avertissement dont absolument personne n'a tenu compte.
    Alors explique-moi pourquoi, si je refuse de choisir entre la peste et le choléra, que les élections sont à mon sens pipées dès le début et que de toute façon, même en me déplaçant, mon vote blanc ne sera pas reconnu, pas plus que ma contestation n'aura un impact sur les 12 ans qui arrivent, explique-moi pourquoi, après avoir eu la preuve une première fois que mon vote ne servait à rien, je devrais interrompre mon dimanche, le seul jour de repos tranquille et loin des problèmes sociaux que je me prends de plus en plus toute la semaine en pleine figure, pour aller voter et participer à un système qui s'est fichu de moi une première fois il y a douze ans?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Évidemment, si tu es dans un schéma de pensée que voter ne sert à rien… ( Ce qui sous-entend que la démocratie ne sert à rien…), Tout argument que je peux avancer tombe à l'eau…
      Il ne reste plus qu'à retourner à l'ancien régime ! Vive le roi de droit divin ! , Dieu l'impose : pas besoin de voter !
      Il semblerait que le népotisme ( système qui a les faveurs de la famille Le Pen… Jean-Marie --> Marine --> Marion --> etc.) a désormais de beaux jours devant lui…

      Supprimer

  15. Je suis consciente des dérives du FN et de leur dangerosité, je ne pourrai jamais, je crois, me résoudre à voter FN, mais les discours donneurs de leçon à ceux qui pensent pouvoir dire aux autres qu'il faut voter et comment il faut voter, je conçois tout à fait comment ces discours-là peuvent faire basculer un citoyen lambda fatigué de se voir systématiquement décrié, renié, remis en cause, dans le chaudron lepéniste.
    Pour moi, le simple fait qu'on discute mon choix - c'est bien un choix - de m'abstenir de voter en long en large et en travers, alors que moi je ne me suis pas permis une seconde d'aller discuter la couleur du bulletin que chacun d'entre vous, d'entre eux, a glissé dans l'urne, c'est déjà une aberration. C'est juger mon attitude politique alors que je respecte la vôtre, la leur.

    Enfin, pour finir, je vais te dire la même chose que j'ai dite à tous ceux qui m'asticotent sur la lâcheté de l'abstentionniste depuis le début de la semaine: j'ai grandi dans une banlieue qui était, il y a trente ans, familiale et verdoyante. Et puis les milieux travailleurs, modestes mais bosseurs, se sont faits virer des immeubles sympas du centre ville pour y installer des populations des pires cités du département, au nom de la mixité sociale et du regroupement familial. Maintenant, quand je me promène en jupe dans le centre ville, je me fais traiter de 'sale pute blanche' et ma banlieue fait régulièrement les gros titres pour sa grande criminalité. Les milieux modestes ont des crédits lourds pour rembourser leurs petites maisons parce qu'ils n'ont bénéficié d'aucune aide sociale, la taxe d'habitation a triplé en quinze ans, et je passe trois campements de Roms quand je prends le RER pour aller à Paris. Lesquels Roms sont branchés sur la borne à incendie des pompiers et ont piraté les circuits électriques municipaux. Ils sont également coupables de 7 cambriolages dans la commune mais sont aussitôt relâchés parce que, dixit les flics, "dès qu'on les approche, on a toutes les associations du coin et le gouvernement de gauche sur le dos, pendant que la droite profite de toute cette agitation pour s'en ficher plein les poches au Conseil Régional!"
    Je ne parle pas là de caricatures ni d'exagération, mais de faits réels, vécus. Dans ce contexte, dans ma commune, quand on est dégoûté, ulcéré, bafoué, il n'y a qu'un seul vote possible. Et quand on se refuse à faire ce vote-là, la seule voie possible, c'est l'abstention. Pas le vote blanc qui n'a aucun poids et qui légitime les partis traditionnels, non. L'abstention.
    Alors, si, Alain, l'abstention est un choix, et dans certains endroits géographiques de notre pays, et dans certaines catégories sociales, c'est même un choix autrement plus courageux que de glisser un bulletin blanc conformiste ou vert écolo dans une urne des beaux quartiers. Parce que refuser de céder à l'extrémisme quand on est confronté à un énorme problème social au quotidien que tout le monde refuse de voir demande bien plus de volonté, et d'attachement aux valeurs humanistes et citoyennes que n'en montrent ceux qui se retranchent derrière des discours creux "c'est pas beau le FN, c'est pas beau l'abstention!" avant de rentrer dans leurs beaux quartiers.
    Tu me pardonneras ce discours un peu dur, il n'est pas particulièrement dirigé contre toi, il est juste l'expression d'un immense ras-le-bol des discours tous faits entendus depuis cinq jours et sans réelle réflexion politique ou sociale derrière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Admettons que l'abstention soit un choix…
      En tout état de cause, c'est le plus mauvais que l'on puisse faire…

      Et cela me désole de voir que si peu de gens en mesurent les énormes dangers qui sont à notre porte.

      ¨Plus besoin de voter, il faut s'en tenir aux sondages d'opinion… Qui sont censés le désormais être le mode d'expression du peuple…
      Sauf que, on oublie un peu vite, que tous les sondages d'opinion sont truqués et au service de ceux qui les commandent.
      J'ai appris ça sur les bancs de la faculté ! : Comment obtenir des réponses à un sondage qui vont dans le sens de des idées que l'on veut imposer aux gens…
      Tous les jours je vois que mon vénéré professeur de l'époque avait raison…
      Ne t'inquiète pas :
      nous allons vers le pire !
      Bon courage à toi.

      Supprimer
  16. Candice dit quelque chose à mon sens d'important, et que peu acceptent d'envisager sans pourtant être à la place de ceux qui souffrent d'un quotidien vécu comme insupportable. Je suis de plus en plus convaincu qu'une part de la population se résout à se tourner vers le FN parce qu'elle est traitée comme une pestiférée, alors que sa situation mériterait d'être prise en compte, au lieu de récolter un jugement culpabilisant à l'emporte-pièce.

    J'aurais tendance à penser que fustiger les abstentionnistes, suit le même cheminement : on tape sur un bouc-émissaire qui paye pour le manquement d'autres parties. A mon sens, certains hommes politiques sont les fossoyeurs de l'envie de voter. Un simple exemple, Monsieur Sarkozy (pour ne citer que lui), a démontré qu'un référendum ne servait à rien, et s'y déplacer pour donner son opinion, n'avait aucune valeur. Pourquoi faire un référendum si adhérer au traité de Maastricht était obligatoire ? C'était juste pour la galerie, j'imagine pour montrer au reste (aux restes ?) de l'Europe, combien nous étions tous unis. Opération marketing, quoi.

    Lutter contre le FN, commencera par le désamorçage des poudrières sociales, que je vois devenir, décennie après décennie, encore plus explosives. Mais là, on dirait qu'il n'y a aucune solution, si j'en crois l'impuissance des gouvernements alternants depuis tous ce temps. Pire : se sentent-ils concernés ? (je ne parle pas des élus locaux, souvent investis sur le terrain, mais ceux nationaux, semblant vivre dans l'abstraction de la vie de la population).

    Jusque-là, j'ai toujours voté. Au début, c'était pour un candidat, mais ça n'a pas duré longtemps. Après, je n'ai plus voté que contre l'autre candidat, indifféremment d'un bord à l'autre. C'est un non-choix, une résignation. A chaque fois que je vais voter, j'ai l'impression d'aller aux obsèques de la démocratie : un pur devoir avec zéro conviction. Ce n'est pas de l'atermoiement ou de la démission par facilité : après plus de trente ans à observer le jeu de ping-pong gauche-droite, il n'en ressort pas grand'chose de constructif. Pire : le résultat devient prévisible pour le mandat à venir. La gauche n'a de socialiste que le nom : elle ploiera à la demande impérieuse de basculer dans un monde où la finance a déjà pris le pouvoir. La droite est prête à s'acoquiner avec ce pouvoir au-dessus de lui. Il me semble discerner qu'une partie de la population française est contre ce monde promis... ça promet de riches heures pour la suite.

    Alors, oui, je me déplace quoi qu'il arrive, essentiellement pour honorer la mémoire de la démocratie, même si ça va se terminer par du blanc pour les présidentielles, chose à laquelle j'ai, jusque-là, résisté. Quant aux abstentionnistes, je ne peux que regretter qu'on leur ait donné envie de ne plus avoir envie. A ce titre, ce n'est pas sur eux qu'on devrait taper le plus, même si je ne me réjouis vraiment pas de la montée du FN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erratum
      Quand je parle du traité de Maastricht avec approximation et je m'en excuse, je pensais au traité constitutionnel de 2005 qui a été rejeté par un peu plus que 50% de la population, que le traité de Lisbonne signé fin 2007 a transformé en oui.
      La démonstration faite d'un vote démocratique de la population met plutôt mal à l'aise...

      Supprimer
    2. Jacques Prévert disait : « j'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en partant »
      je parodie :
      « j'ai reconnu la démocratie aux bruits de bottes qui sont apparues comme nous l'avons laissé mourir »

      Supprimer
  17. personne12/6/14

    Je pense que nous avons tous une part de responsabilité dans ce qu'il se passe, que l'on vote ou pas, chacun à notre niveau, politiques comme citoyens. Dans le cas des abstentionnistes, les insulter ne changera rien, bien au contraire. Quand je dis "insulter", je ne parle pas pour toi, je fais référence aux excités qui de-ci de-là sur internet, confondent passer leurs nerfs et faire un acte civique. Au point où on en est rendus en France (avec en fond la montée des extrémismes dans l'Europe entière), c'est déjà beau que les abstentionnistes ne votent pas FN :-/

    La question pragmatique est, pour sortir de l'accusation stérile : comment redonner envie à un abstentionniste de s'engager ? C'est-à-dire, de croire à nouveau dans la société dans laquelle il existe.
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que tu ne parles pas pour moi à propos des abstentionnistes ! :-)
      Non seulement je n'ai insulté personne, mais mon billet ne traite pas du tout des abstentionnistes…
      C'est venu chez les commentateurs.
      Le sens de mon billet et que vivre un engagement citoyen, c'est se tourner vers ceux qui agissent sur le terrain, et tentent de donner un peu de soi-même envers autrui.
      Localement, lorsqu'on prend des engagements disons « caritatifs », on côtoie alors des bonnes volontés engagées ayant le sens du bien commun et le plus souvent en lien avec les organismes publics ou privés, qui privilégient la représentation par l'élection, ainsi que des élus locaux.
      Il faut faire l'expérience de la démocratie locale pour retrouver sens.
      Derrière le désabusé ou le râleur il y a des dynamismes positifs enfouis, qui, faute de pouvoir s'investir, se polluent et polluent l'entourage.
      Il faut parfois peu de choses pour transformer le râleur en enthousiaste pour un projet.

      C'est pour ça, par exemple, que j'ai dans mes liens « reporters d'espoirs »
      ça change de tous les médias nauséabonds qui adorent touiller dans la merde, parce qu'au final, ça permet d'augmenter le prix du spot publicitaire…

      Supprimer
  18. personne12/6/14

    "Non seulement je n'ai insulté personne"

    Sur les sujets qui peuvent être ressentis comme un peu chauds, je préfère prendre quelques précautions oratoires, afin de désarmer une éventuelle incompréhension (mauvais choix de mots dans le commentaire, ou bien mauvaise interprétation du lecteur, etc.). Bien sûr, que tu n'as insulté personne ;-)

    J'ai rebondi sur l'abstentionnisme qui a été développé dans les commentaires, parce que je trouve que ce phénomène fait remonter plusieurs niveaux de relations avec la montée du FN. C'est un sujet complexe plutôt intéressant.

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.