vendredi 16 mai 2014

Les chiens


Les chiens !
Ils avaient lâché les chiens !

Des molosses qui mordaient tout ce qui bouge.
C'était un temps déraisonnable
disait le poète 
un temps où chacun avait perdu, alors que tous espéraient gagner.
Ah comme il était loin le changement annoncé.
Le changement espéré
le changement proclamé.

Il a fini par arriver
Mais ce fut le temps des chiens.
Le temps de l'homme dénaturé.

Il ne fallait s'en prendre qu'à soi-même.
Chacun aurait pu faire autrement que de suivre la Hurleuse.
Mais c'est plus facile de glisser dans le courant
quand tout le monde pousse dans la mauvaise direction

On avait mis les morts à table
poursuivait le poète
On ne se met pas toujours à table pour manger.
On se met parfois à table pour cracher le morceau
ils les avaient tout fait cracher.

Désormais c'est comme ça gueulait la Hurleuse
qu'est-ce que vous espériez ?
Ils étaient aveugles sans même qu'on ait besoin de leur percer les yeux.

On prenait les loups pour des chiens
complétait le poète

Les chiens !
Ils avaient lâché les chiens !

Est-ce ainsi que les hommes vivent
gémit le poète

*



(Écrit pour un atelier d'écriture)

24 commentaires:

  1. Excellent !
    Un texte "ouvert" à bien des interprétations...
    J'y vois un thème sur la politique, la décadence de la société, de l'être et sa vision intrinsèque...
    Je suis sûrement assis à cette table...
    Bonne journée sous le soleil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton appréciation
      Et ce qu'on n'est pas tous à table.... ?
      Oui, allons au soleil, on y respire mieux...

      Supprimer
  2. Je trouve qu'actuellement les hommes suivent des meutes de chiens hurlant, beaucoup trop aveuglément et deviennent dénaturés. La société perd de plus en plus ses repères essentiels car la hurleuse qui nous dirige et qui veut mettre son grain de sel partout a décidé que ce serait "comme ça" et notre liberté fou le camp de plus en plus, jusqu'au jour où ........on aura que ce qu'on mérite et il ne faudra s'en prendre qu'à soi-même. Malheureusement, beaucoup comme moi subissent les meutes qui vont dans la mauvaise direction (c'est ce que je pense) car elles ont perdu tout bon sens. Au nom d'une certaine humanité, il faudrait laisser tout faire, et bien je dis NON. Pour vivre en société il y a des règles à appliquées et actuellement c'est loin d'être le cas, c'est de plus en plus la débandade ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liberté est sans cesse un acquis provisoire.
      L'éducation à la liberté c'est une éducation à la conscience personnelle éclairée
      il faut donc quelques phares. DES phares.... Pas un unique projecteur aveuglant ....
      "Tout laisser faire" ? Je pense que nous avançons plutôt vers une civilisation du contrôle maximum.... hélas... librement consenti....
      Les médias (et quelques politiques pervertis - généralement de droite) sont là pour faire écran de fumée en instillant dans les esprits une société du chaos. Mais c'est pour mieux installer dans l'ombre le contrôle total que permet la révolution '"dite numérique". Ne pas oublier que tous les média sont aux mains du capitalisme financier.... dont le paradigme est l'asservissement de l'homme.

      Supprimer
  3. pour moi c'est un texte sombre, tragique
    on peut le prendre comme on veut: du point de vue social, politique,
    mais aussi le sombre personnel, que nous avons tous qqpart au fond de nous
    "Ils étaient aveugles sans même qu'on ait besoin de leur percer les yeux"
    Terrible cette phrase!.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les ténèbres sont parfois plus attirantes que la lumière...
      S'y installer rend définitivement aveugle.
      C'est le grand danger...
      Après, il devient impossible de supporter la lumière....
      (c'est le sens de ma phrase que tu cites...)

      Supprimer
  4. Heureusement dans ce temps déraisonnable fleurissaient les seins de Lola...;-)

    Très bel écrit, Alain, tu excelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement ? ...
      va savoir.....
      Lola n'est-elle pas ersatz trompeur de l'amour ?
      (mais j'ai compris que c'était clin-d'oeil.....)

      Merci pour ton jugement de connaisseuse....

      Supprimer
  5. Mais oui c'est ainsi que les hommes vivent ! Terrible constat.
    Ton texte est magnifique.

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme18/5/14

    Un très joli texte qui colle bien à la réalité. Quel talent !

    Bonne journée!
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !

      Va falloir ringardiser cette réalité-là !
      :-)

      Supprimer
  7. Beau texte qui nous laisse toute liberté d'interprétation, même si je pense qu'il a trait surtout à la politique. Mais à chacun de se laisser envahir par la force qui se dégage de ces mots......
    Beau dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A quelques temps d'élections européennes dont tout le monde se fout.... alors que ça me semble plus important que nos petites élections locales et/ou franco-françaises... il y a peut-être en effet un petit trait politique....

      Supprimer
  8. Charlotte18/5/14

    Ton texte me fait vraiment peur... C'est comme un film d'horreur .Je n'aime pas le lire . Cela me fait froid dans le dos. J'y vois la description apocalyptique de la fin d'une humanité, d'un retour au barbarisme ,au cannibalisme. C'est trop trop sombre et effrayant... avec ces molosses :" au secours" ils courent derrière moi !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand des gens sont endormis dans leur confort, il arrive qu'un cri leur fasse peur et les réveillent....
      Reste à savoir ceux qui se mettront à bouger, changer, et ceux qui se rendormiront...
      "Le bonheur est à portée de coeur" écrivais-je il y a peu....
      L'horreur n'est jamais loin, elle non plus...

      Supprimer
  9. Grrrrrrrrr pourquoi ça passe pasq,,,,,,,,,,,,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne supprime pas.... parce que j'en profite pour donner une explication sur les commentaires !

      il arrive que lorsqu'on clique sur « publier » on a l'impression qu'il ne se passe rien…
      En fait parfois, Blogger à des lenteurs d'escargot pour publier les commentaires…
      Il faut juste patienter un peu et ça finit par passer…

      Supprimer
  10. Désolée alainx, j.avais écrit un long com avec mon iPad qui est pas passe, puis un second qui vient de passer, peux tu le supprimer ? Je répète pas ce que j'ai dit, c'est la meme chose que ce que je t'avais dit par MP.
    Contente que tu aies suivi mon conseil pour la répétition :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Cassy, tes remarques sont toujours les bienvenues d'autant plus lorsqu'elles sont particulièrement pertinentes… j'ai donc en effet modifié une phrase suite à ce que tu m'avais dit en MP

      ( quoi qu'il en soit je suis content de voir qu'il y a une petite amélioration face à ta difficulté de poster des commentaires chez moi… Il paraît que cela tient parfois au navigateur par lequel on passe…)

      Supprimer
  11. Très beau texte, en effet. Bouleversant. Un texte de poète.
    Mais on n'a plus besoin de lâcher les chiens! La surveillance informatique, la loi passée en toute discrétion sur la surveillance à grande échelle, le matraquage et la désinformation sur les réseaux sociaux et à la télévision suffisent.
    Quelques petits clics.
    Plus besoin de nourrir les chiens, tant de journalistes mangent dans la main.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton appréciation. Venant de toi, j'y suis particulièrement sensible...

      Ta dernière phrase est terrible....
      Et tellement exacte.....

      Supprimer
    2. j'ajoute : mais c'est autre chose
      Je viens de commander ton livre !
      Vu le thème abordé ça m'intéresse forcément....

      Supprimer
    3. Merci!
      Je me réjouis d'avance de tes commentaires...

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.