vendredi 1 août 2014

Lente promenade...



Sur la Manche, une petite station balnéaire, avec ses contrastes de grandes maisons anciennes, reflets de splendeurs industrielles passées, de petites maisons des années 50 en béton et au toit à une seule pente (qui me font toujours penser aux BDs de Spirou de cette époque là), et quelques immeubles contemporains donnant sur la mer et/ou les Dunes…

Et justement à propos du cordon de dunes local, celui-ci doit être protégé. Il existe un sentier sur pilotis, très accessible pour les mal-foutus de mon genre, qui permet de dominer la dune (la zone est "protégée" et inaccessible autrement que sur ce parcours). Nous l'avons fait. environ 1 km 1/2, pour observer la nature, la beauté des dunes, les diverses espèces de plantes :
 argousiers, aubépines, oyats, panicaut maritime, les pelouses à mousses, et autres plantes dont j'ignore le nom…., les dunes en voie de "reconstruction" parce que la végétation y revient, les "pannes" (petites mares dans les dunes montrant le retour des zones humides), les "dunes paraboliques" (appelées comme ça parce qu'elles prennent la forme d'une parabole), issues du vent qui les modèle  quand un entaille dans le cordon dunaire apparait, formant "pourrière" (sable très mou dans lequel on s'enfonce).
Enfin bref, plein de choses à découvrir, admirer, méditer, dans le calme de ces vastes étendues protégées… Respirer, écouter, sentir ….

Sauf que… On n'est pas seul sur le chemin… Et même si on a croisé peu de monde en ce 1° aout du "chassé-croisé", nous étions quand même surpris de la précipitation des gens… qui, au final, ne regardent quasi rien….quand ils ne conversent pas à voix forte. Dans le calme la voix porte loin… et on est quasi obligé d'entendre les conversations… : les uns "sur la Japon !!?? — D'autres : sur le fait que la belle-soeur dépense à tort et à travers pour des futilités… — D'autres encore : … qui parlent peu… mais avancent à grandes enjambées comme s'ils étaient dans un exercice de marche forcée…

Je pensais à un truc entendu le matin : — Les gens qui se précipitent et freinent ainsi leur déploiement de vie — les gens qui prennent le temps, est donc en gagnent beaucoup…. (enfin qqch comme ça….)

Le comble fut cette femme solitaire, plutôt jeune, la tête penchée sur son smartphone, pianotant des pouces, pour faire sans doute connaitre le merveilleux parcours qu'elle faisait dans la nature…sans rien regarder….  on pour demander "ça va toi ? té où ? T'arrive quand ?" et qui, tête baissée, a failli finir dans mes bras  ou sur mes genoux,  sur mon engin électrique qui ne fait aucun bruit en roulant…. 
— Oh pardon ! 
Elle a surement loupé deux mots qu'elle tapait frénétiquement…

Je n'ai vu PERSONNE prendre le temps de s'arrêter pour REGARDER !

On en a plaisanté avec ma compagne, nous qui avons passé 2 H à faire ce petit parcours…. On a évoqué cet épisode du temps de notre "voyage de noces" : Une famille surgissant comme des fusées de leur voiture. — Vite les enfants, on est en retard ! Pas le temps de visiter ! On va acheter des cartes postales….!

Plus tard, sur le chemin du retour…. je m'interrogeais sur le décalage croissant que je ressens entre les autres… et moi… enfin certains autres : toutes ces personnes sans cesse pressées de tout (et/où pressées de partout)… qui courent vers…. vers quoi au fond ?
Aller vite ! … plus vite… encore plus vite… gagner du temps… de la productivité… 
Même en vacances : vite un jogging, vite à la plage, vite au bain,  vite rentrer, vite bouffer, vite se coucher, car demain on ira vite pour être les premiers au Super U !

Vite mourir aussi ?
Ben oui ; quand ce sera l'heure : — Pourvu que ça aille vite ! ….


24 commentaires:

  1. Bonjour dit le petit Prince.
    - Bonjour dit le marchand
    C'était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif. On en avale une par semaine et l'on n'éprouve plus le besoin de boire.
    - Pourquoi vends-tu ça? dit le petit prince.
    - C'est une grosse économie de temps, dit le marchand. Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine.
    - Et que fait-on de ces cinquante-trois minutes?
    - On en fait ce que l'on veut...
    -Moi, se dit le petit Prince, si j'avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais doucement vers une fontaine...

    gros kiss♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as mis dans le mille... Émilie.... !
      Ce passage à "disserter" en classe de 1ère (enfin je crois... que c'était en 1ère ou en 2de ...) me valut une excellente note, dont je suis longtemps resté très fier !! D'autant que la prof (une femme décidément !!) en avait lu un passage devant toute la classe....
      Hélas, je ne sais plus quelles bêtises de jeune mec j'avais raconté. La copie a disparu depuis.... Les grandes plumes sont toujours méconnues !!
      :-))

      Supprimer
  2. J'ai apprécié votre réflexion; cela m'a donné à réfléchir, moi qui suis toujours pressée Pressée car boulimique d'activité mais dans tout ce que je fais, je prends largement le temps de regarder, observer, sentir, m'imprégner de sensations et réfléchir. Je concilie les deux, aussi étonnant que cela paraisse. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut aussi être boulimique d'observer, s'imprégner, réfléchir....
      Prendre le temps d'être ... pressée ...d'Être !

      bonne semaine !

      Supprimer
  3. C'est vrai que l'on se sent presque "anormal" de flâner, de prendre le temps, de regarder, et tout cela en silence en plus ! En juillet, lors de mon séjour en Bretagne, je n'ai envoyé aucune carte postale, cela faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé, peut-être même jamais, mais cette fois j'ai osé ! Quel souci en moins ! et quel temps en plus pour flâner !... :-)
    Les gens pressés me fatiguent, moi aussi, Alain. Je suis une femme qui prend son temps, qui énerve parfois par sa lenteur, mais je m'en fiche, je vis à mon rythme. A quoi bon courir si l'on ne profite pas de chaque instant qui nous est offert ?
    Beau week-end à toi, Alain. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'imagine bien prenant le temps de vivre....
      Bravo pour transgresser la tradition des cartes postales.... ! Pour ma part, je n'en envoie jamais... (ou presque). Il me faut une raison précise pour le faire = genre lieu-souvenir à évoquer vis à vis d'un(e) ami(e) ou chose du genre.... en revanche prendre le temps d'écrire des lettres.... Ça oui.... On y dit des choses différentes....


      Supprimer
  4. Charlotte2/8/14

    Prendre le temps pour te lire et te relire et prendre son pied !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Bonheur en quelque sorte !!!
      :-))

      Supprimer
  5. Merci Alain pour cette réflexion et les belles photos qui les accompagnent.
    Le handicap dont sont frappés tant de gens lorsqu'ils doivent simplement voir et entendre, intérioriser les beautés devant lesquelles ils sont venus à la rencontre mais qu'ils ne peuvent pas apprivoiser, cela ne reflète-t-il pas la fragilité actuelle de la personnalité? Il devient de plus en plus difficile, apparemment, de simplement s'arrêter et prendre le temps de s'imprégner de la beauté ambiante, comme si cela allait bousculer le fragile édifice de la construction personnelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rejoins....
      Il me semble que "la société" actuelle ne veut pas des gens qui cherchent leur "construction personnelle"... L'homme qui se met à se penser par lui-même, c'est trop subversif pour tous les types de pouvoir en place.
      On ne cesse de nous dire ce qu'il faut penser.... depuis les politiques jusqu'aux "éducateurs de tous poils", en passant par les médias et la TRÈS sournoise publicité.... dont chaque message est destiné à nous.... prendre pour des cons... en nous vendant un maximum de produits dont nous pourrions TRÈS bien nous passer pour être heureux..... !
      Mais voila.... La Croissance vous dis-je ! La Croissance !!
      Ce Dieu du Bonheur garanti pas Axa, Groupama, MACIF Allianz et autres.... !

      Donc, tout faire, pour que personne ne prenne le temps de réfléchir et encore moins de s'imprégner....
      Vite ! Vite ! Vi!te ! de peur qu'ils réalisent qu'en ralentissant ils cesseront d'être boulimiques de besoins fabriqués et vendus par nous....

      Plutôt que contempler la nature qui comporte tant d'enseignements.... Vite ! contemplons notre Smartphone qui nous offre tant d'Applis asservissantes !

      Je force le trait ? Pas tant que ça .... À peine même...

      Supprimer
  6. Hello ! Alain ! cette réflexion sur la lenteur me parle vraiment moi qui essaie de l'inculquer à mes petits-enfants le temps des vacances...mais en fait ils sont tellement réceptifs à cette notion que c'est un véritable plaisir à partager...cela commence à se gâter à l'adolescence et complètement oublié à l'âge adulte où la frénésie d'activité bat son plein. Heureusement, la maturité ou un autre style de vie parfois imposé nous le ré-apprend et nous fait prendre conscience que deux mondes co-habitent : les frénétiques et les apaisés....quant à la mort, puisse-t-elle ne pas m'être volée, j'aimerais bien la déguster doucettement et lentement celle-là ! ainsi me laissera-t-elle quelques instants de vie, de méditation supplémentaire et je l'espère d'échanges, de transmissions ultimes... Heureuse d'être revenue en tes mots, Alain. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux de te revoir ici ! Tu nous manquais !
      La frénésie d'activités.... on la paye un jour au l'autre... Le corps nous le fait comprendre, à condition d'écouter ses premiers signes de Sagesse quand il nous dit "pitié ! pense à moi !...." (maux de dos, migraines persistantes, sur-fatigue, coups de déprime, perte d'acuité visuelle, etc... bref toute les somatisations bien connues...)
      Bienheureux celui qui écoutera ces signaux d'alerte.... avant que "l'accident" ne survienne.... forçant parfois à tout reconsidérer....
      J'aime cette idée (un peu manichéenne, mais si juste au fond) des frénétiques et des apaisés !
      Je t'espère apaisée !

      Supprimer
  7. Anonyme3/8/14

    Ton texte inspire la méditation sur la notion de temps.
    Donner du temps au temps, c'est un moyen d'apprendre la vie, d'apaiser la soif de découverte de soi et des autres.
    Prendre le temps -ce temps de vacances en particulier- de rompre avec le rythme effréné de la vie au quotidien pour retrouver le vrai sens de la vie qui nous est offerte.
    Pourquoi en effet courir pour échapper à ce qui nous rejoindra un jour ou l'autre ou ... en son temps sûrement ?
    Le plus sûr habite le fond de notre coeur appelé à l'émerveillement et à la communion de ce qui nous entoure. Pas à pas, jour après jour, affiner son regard, son ouïe, retrouver tous ses sens pour être et naître à ce monde plus riche que ce que nous pouvons en penser. Pour chacun vient ce temps ... s'il veut bien prendre le temps de lâcher prise!
    J'aime prendre le temps de marcher, de regarder, de penser, de partager , de rencontrer....
    Les aiguilles de l'horloge égrènent le temps qui passe, la roue tourne sans fin.... Le Grand Horloger de la vie nous entraîne de passage en passage pour nous aider à mieux nous connaître, naître à nous-mêmes sans compter le temps qu'on peut y passer....
    Comme le nuage qui passe et nous cache le soleil, comme l'ombre joue avec la lumière de tout ce temps qui nous est donné, trouvons notre tempo , un temps pour soi, pour se découvrir et partir vers la plus belle des aventures, celle qui donne à "être" davantage qu'à "faire".
    Que le ciel soit gris ou bleu, prends le temps de peindre tes rêves en laissant ton esprit vibrer au diapason de ton âme.
    Le décalage que tu ressens s'inscrit dans la démarche personnelle que tu as entrepris, de "marcher" vers le plus que toi en toi et je souhaite que chacun un jour puisse faire ce pas de découvrir que l'essentiel ne se conjugue pas à tous les temps!
    J'aime beaucoup la plume de Célestine ... chacun devrait prendre le temps de se diriger vers la fontaine.
    Merci pour cet échange et bon dimanche !
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a guère a ajouter à ta méditation personnelle déposée ici.
      J'ai toujours été frappé par les personnes qui ont "un agenda surchargé" et lorsqu'elle ont "un temps pour nous", leur qualité de présence fait qu'on a ce sentiment qu'elles ont... "tout leur temps..."
      Ces personnes qui ont une densité de présence, si bien que la rencontre de 5 mn.... prend alors sa dimension d'éternité.

      Supprimer
    2. Brigitte, je suis très touchée, mais ma plume, en l'occurrence, est celle de Saint Exupery.
      :-)

      Supprimer
  8. marcher lentement, dans un endroit où la nature nous est donnée en cadeau, pouvoir s'arrêter et regarder... écouter ce que toutes ces beautés offertes gratuitement ont à nous dire... oui, j'aime beaucoup aussi!
    Mais j'aime aussi, ou plutôt cela m'est nécessaire, marcher d'un bon pas... d'un pas qui permet la circulation de la vie jusqu'au bout des pieds...
    Ce sont deux marches différentes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont en effet deux marches différentes.... Dans mon exemple, il s'agir d'un "parcours-découverte et observation". Que peut on découvrir et observer au pas de charge.... ??

      Quant à la 2° forme de marche ("d'un bon pas") c'est une expérience qui m'est inconnue... Je ne peux en connaitre les effets que par ceux qui en témoignent....
      Mon corps (et moi donc), depuis plus de 50 ans a tout oublié de la "marche normale"... et je ne parle même pas de courir.... Qui pour moi relève d'une possible expérience identique à arpenter la planète Mars...

      Supprimer
  9. Comme je te rejoins !
    Je n'aime rien tant que ma campagne et mes balades (tranquille)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belles balades alors.... !

      Supprimer
  10. Il y a longtemps que je me suis fait cette réflexion... Jadis, je disais : "Vous avez vu les étoiles ?" et les gens d'hésiter, interloqués, avant de répondre...
    Au delà du réverbère, ils ne voient rien.
    J'ai cessé de poser la question...
    Notre société est une société où l'on attend plus, où l'on ne regarde plus, où on ne prend pas la peine d'écouter, de s'informer... Les exemples foisonnent : cette affiche informant que l'endroit est fermé, et ces gens qui demandent si c'est fermé... Cette annonce qui demande d'évacuer et où les gens ne savent pas quoi faire... Ces files d'attente où les gens rusent pour se faufiler...
    A croire que leurs organes ne remplissent plus leur fonction : les yeux pour voir, les oreilles pour entendre, le cerveau pour analyser...
    Mutants dégénérés gravitant autour de leur nombril...
    Bonne semaine à toi, toi qui écoute le Temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhalala ! Le Pire est que tu as raison !....
      Drôle de société finalement....
      :-)
      Merci de ta visite.... et d'avoir.... pris le temps de me lire... ! :-)

      Supprimer
  11. Un petit bonjour en passant :-).

    Je reconnais ces paysages qui sont ceux de mon enfance, des pique-niques avec mes parents le dimanche, les baignades dans les bâches, la chasse au crabe...
    Si tu me permets, il manque un mot à la description que tu fais de cet endroit : LUMIERE.
    Pour avoir arpenté beaucoup de rivages, je suis toujours saisi par la luminosité de l'endroit lorsque j'y reviens, de cette côte en général.
    Pour le reste, juste envie de dire que celui qui sait perdre son temps en gagne beaucoup...
    Il faut parfois de nombreuses années, de très nombreux km, pour ralentir le pas et se mettre à respirer...
    C'est ton cas, et c'est aussi un cheminement...
    (Dis-moi comment tu marches, et je saurais qui tu es)

    Nat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Nat, : LA LUMIÈRE !
      Il y a qq heures j'en étais imprégné au bord du rivage, à presque en avoir les yeux trop envahis....

      Pour les nombreuses années : oui !
      J'ai vécu des années à 100 à l'heure.... Métier oblige ! (parait-il !!!...)
      A présent j'ai le gout des lenteurs retrouvées.... mon enfance fut sous le sceau de la lenteur.... qu'on appela ...
      paresse !
      les cons quand même !!

      Supprimer
  12. Je ne crois pas que l'on puisse etre boulimique et prendre le temps d'observer, de contempler....ce sont deux fonctions en antithèse....Micji

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.