dimanche 31 août 2014

Lettre à ma tante


Ma chère tante, vous qui êtes partie pour des contrées lointaines, je viens vous entretenir de la situation du Royaume de France.
Gouda 1er règne toujours et se montre régulièrement aux fenêtres cathodiques dans des positions avantageuses, montrant l'exemple d'un ventre arrondi, afin de convaincre le bon peuple qu'il est possible d'engraisser encore dans le Royaume. Il arbore ce sourire de totale satisfaction qu'on lui connaît de longue date. Il porte toujours à gauche, je parle de sa cravate, signe manifeste que les mauvaises langues qui le traitent  d'homme de droite se trompent. Il a toutefois modifié de manière significative l'élément essentiel de sa politique : Il a changé de lunettes, sur le conseil du chambellan Communicatus, qui trouve que cela lui confère un avantageuse allure se rapprochant de celle d'un régnant antérieur, savoir Jakou Le Chichi, qui malheureusement dépérit dans sa demeure, victime de la bière dans laquelle on finira par l'enfermer définitivement.

Ma chère tante, sachez que notre bon maître Gouda 1er à tout récemment limogé le Grand conseil du Roi, suite à une philippique navrante entre le premier Chambellan et sa seigneurie Montejetebourre, qui fut renvoyé en sa province, mais dont il n'est pas impossible de penser qu'il ourdit sa vengeance avec quelques marquis et barons locaux, fidèles à son panache tricolore et pétris de désirs vengeurs.

Gouda 1er a renouvelé sa confiance à Manolo de Vallsus, descendant d'un Grand d'Espagne, pour conduire une fois de plus le royaume vers le Graal de la Croissance, toujours rêvée, jamais réalisée… Pour tenter une ultime saillie fécondante aux fins de rajeunir la France et son avenir. Or donc et pour se faire, Manolo de Vallsus s'en est allé quérir un Grand Argentier, Manu Macrocon, aussitôt anobli et nommé  Prince du Trésor et protecteur des Riches Seigneurs qui tiennent le pays en asservissement librement consenti grâce à la passivité des bons sujets de Sa Majesté Gouda. Sujets éternellement franchouillards,  toujours râleurs pour la forme, mais amorphes et  résignés à la Décadence de notre Bon Royaume de France, où, ma chère tante, vous connûtes des jours heureux.

Il reste bien au Peuple un vague espoir du côté de la marine royale. La Maréchale Lapinne espère un coup d'urnes favorable pour rétablir en nos Provinces un Culte nouveau, et une épuration des souches malades qui gangrènent LA France de Toujours. Mais Napo de Sarko, - dit le bismuth agile - espère reconquérir l'Empire. Il veille dans l'ombre, préparant son retour de l'Ile au Trésor, où ses pirates et pilleurs en tout genre ont planqué les butins du Bigmac Lion et autres espèces sonnantes et trébuchantes. A moins qu'un Tribunal du prévôt royal ne l'envoie d'ici là au Bagne de Cayenne, spécialement réouvert pour lui. Car si on ne l'expédie pas très loin, il est capable de s'évader avec la complicité de son affidé le Duc de Copécolé.

Sachez enfin, ma chère tante, que lors d'un grand tournoi royal tenu en province ce week-end, Manolo de Vallsus a dû affronter en combat singulier des chevaliers félons décidés à organiser la Fronde, ou, pour employer un langage plus châtié, décidés à foutre le bordel partout, prêts à mourir au combat, ce qui, il faut bien le dire, débarrasserait le Royaume d'une bande d'incapables…

Vous voyez, ma chère tante, tout va bien. Enfin tout est comme il se doit d'être dans un Royaume où chacun attend avec impatience la visite du cousin d'amérique, Paul Emploi, venu des anciennes Contrées Glorieuses,  disposant encore  pour quelques mois de quelques piécettes qu'il laisse négligemment tomber de la table et chacun de se précipiter pour attraper ce qu'il peut, en espérant des jours pire encore. Car il n'est jamais interdit d'espérer….

27 commentaires:

  1. "Qu'en termes élégants , ces choses-là sont dites"...

    RépondreSupprimer
  2. Oh que j'ai aimé lire cela !!! quelle verve.
    Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, merci !
      bonne journée

      Supprimer
  3. Normal que Gouda Ier ait une bonne "boule". Mais si ça a suffi à le faire élire, ça ne suffit pas à en faire une lumière...
    Tout ça vu d'ici, bien sûr, où nous avons nos propres comiques talentueux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que serait la Belgique sans ses comiques !
      Ce cher Walrus en tête, à l'humour fin dans ses billets
      (que je vous recommande chers lecteurs et /trices....

      Supprimer
  4. Charlotte1/9/14

    Tu es doué.. A envoyer au journal Libé... Tu auras un succès fou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'appréciation !
      Mais Libé..... Faudrait qu'ils nous rendent Serge July...
      Et merci d'être si fidèle à ce blog....

      Supprimer
  5. Ah voilà un morceau de bravoure comme je les aime. Une grande épopée lyrique toute pleine de personnages hauts en couleuvres. Celles qu'ils nous font avaler â longueur de temps...et quelques trouvailles qui m'ont beaucoup fait rire, comme Copecollé et Paul emploi...
    Bien vu mon Babar.
    ;-)))
    Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'amuse comme on peut.... sinon faudrait pleurer :(

      "Paul Emploi" c'est de Plantu que je le tiens.....

      Et merci pour la bravoure du preux Chevalier Babar, qui dépose à tes pieds ses hommages
      ;-)

      Supprimer
  6. Un régal de te lire dans ce registre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te connaissant un peu, je me suis pas étonné que cela te plaise… !

      Supprimer
  7. Alain,
    Ta façon de conter est un exquis de tournures...
    J'ai tenté en vain d'égaler en qualité la lettre à ta tante...
    J'ai juste oublié que j'en avais point...
    A quand tu deviens chroniqueur dans un journal national ?...
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le journal j'hésite encore entre Paris-Match, histoire de me faire une ex du Gouda, qui fait tout un fromage de sa rupture d'avec le Roi, qu'elle suça pourtant avec délectations du temps où il n'était que manant.
      et : Minute qui n'en laisse pas passer une seule sans dégoiser sur les belles femmes de la Raie-Publique.

      Supprimer
  8. Ainsi tout finit par être lavé salement en famille et en public! Le Goudat a pris un coup de vieux avant sa fermentation, le quinqon-nat est trop court pour semer le mistral...et puis l'Otan Nato-n ...pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais rire !!
      Il reste cependant une saine occupation pour la trêve du Seigneur : le pamphlet de Dame Valoche de Trieur Vilaine, laquelle sera entendue en confession par sa Sainteté à Rome, c'est un minimum pour qu'elle eût une pénitence à la mesure de l'infamie....

      Supprimer
  9. Or donc, mon neveu, vous vivez en dangereuse contrée: oncques ne vis pareil pataquès!
    Votre tante, jadis honorée par moult seigneurs bien montés, ne connut jamais votre maître Gouda et ne s'en émeut point. Par ouï-dires j'ai appris que certains le nomment Maître Goujat", "Maître Lambda" connaît un certain succès, mais Maître Judas" emporte les suffrages.
    Quant à ses Chevaliers de la triste faconde, dans les contrées lointaines où il me sied de contempler le spectacle affligeant de leurs stériles rodomontades, je me demande quand les manants fomenteront une jacquerie contre leur navrant spectacle et leur incapacité notoire.

    RépondreSupprimer
  10. :-)))

    Je m'esbaudis et rigolboche au bal des faux-derches.... et attendant la chouannerie des ducs de Vendée....

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Et on leur pèlera le jonc
      Comme au baillis du Limousin
      Qu'on a pendu un bon matin
      Qu'on a pendu… avec ses tripes!

      Supprimer
    2. Ah, chère Célestine, le grand retour de Godefroy Amaury De Malfète, comte de Montmirail, d’Apromont et de Papimcourt, fils d’Aldebert de Malfète et de Thibaude de Montfaucon...

      Ça sonne mieux que Gouda 1er je te l'accorde...

      Supprimer
    3. Ah ben carrément alors! ;-)

      Supprimer
  11. Le Royaume de France n'est donc plus que proie convoitée et tiraillée entre faquins, butors et autre aigrefins. Diantre ! A la lecture de votre pamphlet empli de tous ces bons mots truculents, il fallut que je lolasse sur l'heure.

    Heureusement, la très vertueuse Christine de Saint-Boutinette semble mise en déroute par sa dernière croisade aux confins de l'Empire d'Europe. Le coup d'estoc fatal porté à ses finances, sauve momentanément notre civilisation de l'invasion de la crainte du saigneur matérialisée sous forme de néo-inquisition morale. Tombée face contre terre de son cheval de bataille bien trop frêle face à la réalité de sa popularité, peut-être serons-nous débarrassés, au moins, de la peste au tableau de chasse que vous dressâtes avec maestria. Nous nous contenterons de survivre avec la seule compagnie du choléra social ambiant, ce qui déjà suffira bien.

    Mes amitiés à votre tante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Cher Sieur Personne, la très vertueuse Christine de Saint-Boutinette, ira pieds nus (par le reste fort heureusement....) quérir à Rome auprès de la Sainteté Franco 1er quelques droits à faire commerce des indulgences pour renflouer les caisses de sa Saigneurie, auprès de ses adeptes de "la cavolata per tutti".

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.