Accueil

mardi 7 octobre 2014

187.


C'est le nombre de billets de blogs non-lus qui figure dans ma liste de flux RSS. C'est dire si je m'éloigne de plus en plus de la blogosphère… C'est un constat. Ce n'est pas le résultat d'une décision.
De ce fait, j'ai été jeter un coup d'oeil du côté de mes statistiques. Sur quatre ans  la fréquentation de ce bloc est relativement stable, avec une légère érosion.  Sur les six derniers mois c'est un peu pareil. Une légère érosion.
Le taux de fidélité à ce blog est de 65 %.
Cela dit, je n'ai jamais compris grand-chose à ce qui était comptabilisé… Je me contente d'observer si je n'écris pas trop dans le vide. Mon sentiment personnel est qu'il y a de moins en moins de lecteurs.

Si j'écris tout cela c'est sans doute que ça me préoccupe. Et en fait, je n'en sais trop rien ! Pourquoi je continue à écrire sur ce bloc-ci ?
— Par plaisir ? — Oui, certainement. Mais le principe de plaisir doit-il régenter ma vie ? Il y a plus intense et plus intéressant que le plaisir. La plénitude d'être par exemple.

— Parce que j'ai des choses à dire ? — Le temps passant, l'attirance pour le silence se fait plus forte.

Voilà un billet totalement inutile, qui véhicule les états d'âme d'un blogueur au long cours. Un billet comme j'en ai lu 50 et plus par d'autres que moi, qui se tirlopotent le cervelet pour savoir si c'est la poule ou l'oeuf qui arrêtera d'écrire en premier…
Cherchant une illustration pour ce billet, j'apprends que 187 est un terme argotique américain pour signifier le meurtre !
Dois-je y voir un signe ?

54 commentaires:

  1. J'ai toujours bien aimé la maxime "quand on aime, on ne compte pas"...Les statistiques, ça ne devrait pas exister !
    Ça fait froid dans le dos ce nombre maléfique.
    Bon, je reviens de chez le Rônin, qui arrête son blog aujourd'hui, déjà Coumarine, Bernard et Soluto, Françoise Simpère et mon ami Blutchiamo, maintenant toi...Note bien que j'extrapole. Nulle part tu ne dis explicitement que tu arrêtes...
    Et je ne sais même plus si j'ai le droit de te dire que tu es quelqu'un de bien (private joke ^^)
    Je me sens bêtiote à ne plus savoir que dire... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, j'ai pas dit que j'arrêtais...
      Et même, si tu continues à dire que je suis quelqu'un de bien...
      il se pourasse que je restasse ...
      ;)

      Supprimer
    2. Tu n'as pas peur d'une certaine accoutumance? ;-)

      Supprimer
    3. Tu sais tellement varier les plaisirs.... que je ne crains rien !!
      ;)

      Supprimer
  2. Ben oui Célestisne tu extrapoles !!!!! Les stat ont s'en fout sinon y'en a plein qui aurait disparu de la circulation (et je parle pas que des bloggueurs!!!) ... Une qui te lis toujours.... C'est chelou la signification de ce chiffre !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manou, je sens ton immense envie de te culturer !
      donc voila ce que "Wistiti-pédiatre" dit de la chôôse :

      187, prononcé « one-eight-seven », est un terme argotique américain, utilisé par les gangs de la côte Ouest des États-Unis, comme synonyme de meurtre ou d'assassinat. L'expression fait référence à la section 187 du code pénal de Californie traitant le crime de meurtre.

      Supprimer
  3. les chiffres ne m'intéressent guère, je te lis régulièrement, et j'aime, comme aussi d'autres blogs.....
    Continuons à nous tirlipoter le cervelet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore le tirlipotage en groupe....

      Supprimer
    2. Hou la! ça devient intéressant là, d'un coup!
      mouarf!

      Supprimer
  4. tu écris:
    "Mais le principe de plaisir doit-il régenter ma vie ? Il y a plus intense et plus intéressant que le plaisir. La plénitude d'être par exemple."
    Pourtant le plaisir quand il s’apparente au bonheur d'être, permet d'entrer dans la plénitude d'être...
    Il me semble que tu en as parlé plus d'une fois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai employé l'expression "principe de plaisir" dans son sens ... disons : banalisé de la recherche de satisfaction d'un besoin. (et pas au sens freudien).
      Comme tu dis "s'apparente".....
      Mais ce n'est pas la même chose dans mon exéprience de vie ...
      La plénitude d'être ne me vient pas de la satisfaction de besoins....

      Le bonheur d'être est un état intérieur que je ne peux "rechercher"..... C'est un reçu.... un constat, parfois peu conscientisé d'ailleurs
      qui s'enfuit quand on cherche à le saisir....
      Cette plénitude ressentie est pour moi assez directement liée au "don de soi"

      Mais d'autres ont sans doute une expérience différente....

      Je n'oppose pas l'un à l'autre. Ni ne hiérarchise en sens d'un mieux ou d'un moins bien.
      Quoique.....
      Les plaisirs s'affadissent (ce principe d'affadissement est le moteur de l'économie mondiale.... Toujours du "nouveau" pour remplacer l'ancien devenu fade.... - Dans les rayons de tous les magasins, il n'y a que des "produits nouveaux" !!)
      La plénitude d'existence est le seul produit durable que je connaisse...

      Supprimer
    2. Tu as raison, rien ne vaut le plaisir du râble. Et pas que pour les lapins...
      Ok, je sors, j'avais juste l'humeur badine et primesautière...

      Supprimer
    3. tu sors ? En courant j'espère !

      Supprimer
    4. En volant par la porte mais je reviens par la fenêtre...

      ;-)

      Supprimer
  5. Coumarine, Le rônin, Marie-Jeanne... et bien d'autres avant eux... Eh oui, on se demande parfois ce que l'on fait encore ici... Il faut croire que l'on n'a pas encore tout dit, que l'on trouve encore du plaisir à être ici (tant mieux d'ailleurs, sinon cela n'aurait aucun sens). Je me pose souvent la question moi aussi de savoir si je continue ou non. Et puis je me dis que tant que je continuerai à faire de belles rencontres, cela vaudra le coup, car j'en ai fait de belles rencontres depuis que je blogue, alors... :-)
    Belle semaine à toi, Alain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on tient blog depuis plus de 12 ans... La question se pose et se repose plusieurs fois...

      Supprimer
  6. En te lisant une de tes questions retient mon attention : « Parce que j'ai des choses à dire ? » Oui, on a forcément des choses à dire quand on écrit. Mais peut venir le jour où on n'a plus "rien" à dire, ou plus envie de l'écrire. Je crois qu'il y a aussi autre chose, comme le dit Françoise : le plaisir à être "ici", sur ces lieux de rencontre, de conversations, de partage…

    Alors même quand on n'a pas grand chose à dire on vient encore, pour lire les autres, pour échanger quelques mots, pour sourire un peu. Et puis finalement les mots reviennent et la question de l'utilité ou non de les dire ne se pose plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il y a quelque chose de cyclique....
      Chaque fois que je me (re)pose la question, je vois bien qu'il y a une arbre qui cache la forêt....
      Mais je ne parlerai pas de la forêt ! :-)

      Supprimer
  7. Anonyme7/10/14

    Même si je ne réponds pas toujours, j'aime venir sur tes blogs, te lire et lire les commentaires des uns et des autres.
    Parfois, ça me fait sourire, ça m'interpelle, ça me fait réagir ou ça me laisse rêveuse....
    En aucun cas, cela ne m'ennuie et je prends beaucoup de plaisir à consulter ton blog et celui de la "succulente" Célestine!
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que ce blog-ci évoque tout et n'importe quoi sur tous les registres....
      L'autre, finalement, me tient peut-être plus à coeur désormais....
      enfin... je ne sais pas.... :-)

      Supprimer
    2. Je crois que ce qui te rend succulent, toi aussi, c'est ta multiplicité, ou à tout le moins ta dualité...
      Et quitter ce blog pour te consacrer à l'autre, c'est un peu laisser en chemin une partie de toi-même. La partie de toi qui frémît, qui se révolte, et qui aime la légèreté et la plaisanterie.

      @ Brigitte. Merci pour le compliment. Je ne savais pas que tu faisais partie de mes lecteurs silencieux...à moins que tu ne te fasses connaître là-bas sous un autre pseudo. En tous cas tu es la bienvenue chez moi.

      Bises a tous les deux

      Supprimer
  8. La plénitude est un plaisir ! Non ?

    Je ne sais pas quels sont tes billets non lus.. mais en ce qui me concerne... étant abonnée à ta news-letter je clique à chaque fois.. même si je ne commente pas souvent.

    Ne serait-ce pas un p'tit pb d'égo toutes ses analyses de statistiques, ces turlipinations "je ferme, je ferme pas mon blog".
    En ce qui me concerne (bis) pour mon cas personnel, ah oui mon égo est parfois bien malmené. Mais bon...

    Tout ci-dessus n'étant pas très cohérent et étant juste le fruit des mes petites réflexions impulsives à te lire.

    Bonne journée AlainX

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un problème d'ego ?
      oui, bien sûr !
      Ça se voit comme le nez rouge du clown ! non ?

      Supprimer
  9. Les stats, je ne vais jamais les voir...tout ce comptabilise dans ce monde ! on est envahi par les évaluations de toutes sortes, les sondages etc...IL me semble qu'ici dans cet espace virtuel et amical, j'écris mes billets au fil de mes impulsions sans trop me prendre la tête mais avec une grande sincérité et empathie. SI l'envie d'écrire sur le blog me quitte, si la vie ne m'en laisse plus le loisir, je fais une pause et puis je reviens. Ce que j'aime dans la blogo, ce sont les échanges, la liberté, la fidélité des aminautes, l'impression d'une empathie, d'une bienveillance des uns et des autres. Alors, se poser la question : rester ou pas rester ? c'est juste comme si on se créait une obligation là où seule la liberté d'être et d'écrire devrait se conjuguer au présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écrit ce billet dans l'état d'esprit que tu dis : "au fil de mes impulsions [mon implusion] sans trop me prendre la tête". et je constate qu'il est tout… Sauf clair… Sur ce que je voulais vraiment dire !
      Mon interrogation n'était pourtant pas bien compliquée : — est-ce que, du fait que je ne lis plus beaucoup de blogs, et donc ne commente plus beaucoup chez les autres, influe sur la fréquentation de mon propre blog ?

      Ma liberté d'être et d'écrire n'est pas directement concernée. J'ai toujours écrit ! Bien avant les blogs. J'ai entretenu beaucoup de correspondance avec des personnes. Le blog, ce fut un autre univers…
      Je n'ai jamais cherché à rencontrer « en chair et en os » d'autres blogueurs. Au contraire. J'ai dis non à certaines sollicitations.
      Cela ne m'a pas empêché des échanges très en profondeur avec des blogueurs.
      Au final, c'est plus cet aspect profond que je recherche. Pour ce qui est convenu d'appeler « la convivialité ordinaire » mon réseau hors blogosphère ne suffit amplement.

      Supprimer
  10. J'aime bien les chiffres et leur signification obscure: 187... tiens, je vais tout à l'heure à une rencontre avec un auteur de romans policiers, Joseph Incardona! Coïncidence troublante...
    Je ne sais pas quand j'arrêterai mon blog, il est surtout consacré à la littérature, celle des autres et la mienne que je sais très mal promouvoir parce que les lecteurs ne se bousculent pas au portillon.
    Suzame parle d'un problème d'ego, c'est tout à fait ça. La douleur de ne pas être lu alors qu'on trouve que ce qu'on fait n'est pas plus mauvais que le gros de la troupe.
    En attendant, j'aime lire ton blog, Alain,il me fait réfléchir, de rire, tu m'as émue aussi. Je suis arrivée en cours de route dans un groupe bien constitué qui ne m'a pas toisée de haut, je remercie tout le monde pour cette délicatesse!
    Signé: Nicole la susceptible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai Nicole que j'ai ressenti aussi cela : ce groupe constitué, c'est aussi le cas chez Célestine, qui permet à chacun de rebondir sur ce que dit l'autre avec une justesse et une familiarité des amis de longue date. Il est vrai aussi que j'ai ressenti un accueil bienveillant et attentif moi qui arrivait un peu "comme un cheveu sur la soupe". Je co-signe ton commentaire si tu veux bien, il reflète bien ce que je pense (sauf pour les chiffres : sourire!!).

      Supprimer
    2. Zut alors, pardon à tous mais je me suis trompée de blog et d'identité, j'ai écrit sous le nom de Chantal Hélène qui fait le lien avec un blog jardin qui n'a rien à voir avec mes interventions ici. Cela m'apprendra à tout compliquer (éclat de rire!!)`Sorry de polluer ton blog Alain.

      Supprimer
    3. @ Nicole

      Je comprends bien ce que tu dis de la douleur de ne pas être lue, toi qui es écrivain (faut-il dire écrivaine ? - Certains de mes dicos l'interdisent ! d'autres ont une définition curieuse : " écrivaine = femme écrivain !")
      D'autant que tes livres ( j'en ai lu deux) sont, comme tu le dis, mais je vais changer la tournure : « aussi bons que le gros de la troupe ».
      Ayant moi-même écrit un livre (sans pour autant me qualifier d'écrivain), j'aimerais qu'il soit lu au-delà des quelques centaines qui furent vendus. Au début, cela a flatté mon ego le relatif succès. Aujourd'hui je continue à le promouvoir par divers moyens et réseaux, mais c'est en raison de l'impact qu'il a sur les gens, (j'ai reçu beaucoup de courrier à ce sujet), impact d'un témoignage de vie et d'espérance. En sorte que, j'ai vécu, sans volonté qu'il en soit ainsi, une forme de désappropriation de ce livre. Il n'est plus vraiment le mien. Il est un témoignage du possible pour des gens qui ont traversé de lourdes épreuves.
      Bon… Je n'avais pas envisagé de dire ça dans le commentaire…

      Je voulais aussi réagir sur ton dernier paragraphe : arriver dans un groupe bien constitué.
      Je comprends cette impression, puisqu'il y a quelques habitués qui me lisent.
      Pour ma part j'ai toujours parlé d'un « lectorat » infiniment varié, variable, mouvant, évoluant au fil des mois et des années. lequel à mes yeux n'a jamais constitué un quelconque « groupe constitué ».
      Les gens qui me lisent depuis très longtemps se comptent sur le doigt d'une main…
      Autrement dit : ici c'est open bar !
      J'accueille chacun comme il est avec ce qu'il est.
      Que tu aies eu le sentiment d'être accueillie me fait chaud au coeur, quoi qu'il en soit…
      Donc merci de tes propos.

      Supprimer
    4. @ Chantal-Hélène (alias Malou !)
      Heureux de lire que tu t'es sentie accueillie....
      Mais "cheveu sur la soupe" ! je ne signe pas !!! Délicieuses épices supplémentaires,ajoutant tes arômes personnels, ça conviendrait mieux !

      @ Malou M
      Hé bien, cela m'a permis de découvrir une facette de toi inconnue....
      J'ai été voir ton jardin !
      MAGNIFIQUE !!

      Supprimer
  11. Charlotte8/10/14

    Tu as toujours quelque chose à dire dans tes écrits et c'est tant mieux pour nous pour moi...N'arrête pas, tu souffrirais d'un manque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme le Professeur Rollin....

      Pour comprendre il faut se souvenir des émissions cultes de notre bonne TV nationale : "Palace"

      ICI : Le Professeur Rollin a toujours quelque chose à dire

      Supprimer
  12. Te lire interpelle, fait réfléchir et ne laisse jamais indifférent...c'est de l'hygiène mentale....je ne laisse pas toujours de commentaire, car je me sens gourde quelquefois et ne sais que dire...mais j'apprécie de te lire tu es pertinent...drôle souvent.
    belle soirée cher Alainx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les appréciations !
      Je n'ai jamais trouvé que tes commentaires venaient de.... enfin du genre de récipient que tu évoques !!! :-)))
      Oa alors c'était une gourde emplie de nectar !

      Supprimer
  13. @Malou: moi aussi je suis allée voir ton jardin, et il est magnifique, en effet!

    RépondreSupprimer
  14. 187?
    moi j'ai calculé 150 pages lues par jour en moyenne depuis presque quatre ans, soit un livre tous les deux jours...
    Bravo!!

    C'est pas assez?

    Allez, un petit bar en papillotes numériques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On lit plus de pages sur le net que de bouquins... enfin "on" je sais pas... mais moi oui....

      iiiiiiiiiiii
      Merci pour le bar en papillotes numériques .... Tu me fais rire, ça me fait du bien !!

      Supprimer
    2. Un bar en papillotes numériques...c'est un cybar, non?

      Bon allez j'arrête mes délires de dimanche après-midi d'alerte rouge...

      Supprimer
  15. Le silence est parfois communication.... ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélène14/10/14

      http://oceania55.canalblog.com/archives/2007/06/15/5309263.html

      Supprimer
  16. En tout cas je dirais que ça veut dire que tu ne te sens pas engagé dans des pactes de visites avec les blogs que tu visites, ce qui est bien à mon avis! Et tu vas te promener où tu as envie, si tu as envie. Et de ce fait, je présume que tu "n'attires" aussi que ceux qui ne craignent pas que tu boudes s'ils ne viennent pas :D

    Que du positif, au fond!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, oui, en effet !
      La première fidélité, le premier pacte, est sans doute vis à vis de (et avec) soi-même.

      Supprimer
  17. J'avais lu ton entrée, mais pas les commentaires ( très pertinents au demeurant)
    Bon, je ne reviens pas sur les stats, avec les miennes rikiki je ne suis pas pro en la matière . N'empêche que j'avoue que je les regarde quand même mes stats, même si ce n'est pas eux qui influence mon envie ou non d'arrêter mon blog qui va entrer dans sa dixième année ( je ne parle pas de mon blog photo qui lui végète avec ses 2 visites par jours, Grace a toi car mes visiteurs viennent souvent de chez toi, donc n'arrête pas ton blog sinon je vais perdre 50% de mon lectorat lol)
    Zut, j'ai dit que ne parlerai pas des stats pfffff!!!!!!!
    Je voulais juste réagir à ta réponse à Nicole . Tu espères que ton livre sera lu au delà des 100 que tu as vendus. Déjà, 100 ventes c'est un joli succès pour une auto édition, crois- moi sur parole et surtout, tu peux doubler, voir tripler ce chiffre par rapport à la lecture car de mon côté je l'ai déjà prêter à 3 personnes, et ce n'est pas fini.
    Je sais que ça ne met pas de sous dans ton escarcelle mais je sais aussi que ce n'est pas le plus important . J'ai moi même vendu mon livre Haize hegoa a 2 bibliothèques municipales et c'est m'as plus grande fierté de savoir qu'il va passer de mains en mains pendant encore des années.
    Je fais sans doute partie du clan des anciennes lectrice de ton blog, et en tant que telle, j'espère avoir du poids sur ton éventuel arrêt de blog: non, n'arrête pas, je ne suis pas encore prête à ça ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée pour les fautes, mon iPad à tendance à corriger à mon insu (mal de surcroît )

      Supprimer
    2. Heu, mon livre, j'en ai vendu/distribué 350 exemplaires environ....Et il continue son petit bonhomme de chemin. Et en effet, je sais qu'il circule.... Il y a qq jours encore on m'a demandé d'écrire un article pour une revue de Zhandis.... suite à la lecture du livre lu dans un bibliothèque.... (j'ignorais que j'y étais...)
      C'est d'une autre nature qu'un roman, et je suis content que le tien continue aussi sa route....
      Non, ça ne me rapporte rien ! Si je compte les bouquins donnés, l'investissement pour la publication, mes déplacements pour des conf "gratuites" (je m'appelle pas Sarko-Bismuth !!). Mon livre tient d'un certain militantisme autant que du témoignage.

      Ah oui tu es du club restreint des "fidèles".... Qui s'amenuise d'années en années....
      Je suis sensible à cette fidélité.....
      Je n'ai pas dit que j'allais plier boutique ! Même si parfois j'ai cette impression de ne plus avoir grand chose à y écrire....

      J'aime bcp tes reportages de randonnées sur ton blog "ordinaire"... et tu sais très bien pourquoi ....

      Merci d'avoir laissé tes mots ici......

      Supprimer
  18. Mais de nouveaux "fidèles" arrivent, alors ne ferme pas la porte! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru voir que tu avais lu qq billets anciens....
      Merci de cet intérêt !

      Supprimer
  19. Tu évoques bien les doutes cycliques qui animent bien des blogueurs. Un tarissement de l'envie, puis une envie de reprise, etc.
    J'ai choisi un parti pris radical. Après environ 9 ans éparpillés sur 4 blogs successifs (pas en parallèle), deux interruptions d'environ deux ans, il m'a semblé intéressant de dynamiter l'interaction habituelle des blogs. J'ai envoyé valser toute l'architecture de mon blog, et je suis revenu à un principe de web 1.0. Une île perdue dans l'océan de l'information. Je ne sais pas forcément qui vient lire. Un espace de silence minimaliste où je m'extrais de la tyrannie des stats (même si je m'en fous), où je peux me consacrer à un rythme qui est le mien, et où je peux me concentrer en-dehors de l'effet produit (ou non). Un simple mail est le seul lien. Il faut une certaine volonté de communication, pour adresser un mail plutôt que laisser un commentaire (un peu de courage aussi ?). Je ne serai donc pas trop perturbé par le nombre de réponses à fournir :-)

    ... expérience à suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J"ai vu ton blog. Minimaliste en diable.
      Ça m'a rappelé les tout débuts !
      Un blog d'abnégation....

      Je fréquente un blog de longue date, qui a comme tu dis "dynamité l'interaction", en tout cas celle des commentaires en bas de billet.... Mais, comme lui, tu offres une adresse mail....
      Et effet, nous échangeons des mails. Rarement. De mon côté, il faut que je ressente "vraiment" qqch à dire. L'échange a une autre valeur en effet.
      Sur ce blog-ci il y a aussi des échanges de mails. Ceux au long cours permettent de nouer un certain relationnel plus personnel, pas forcément plus intime.
      Ça me rappelle parfois mes interventions en public (conférences, colloques, animations...). Il y a ceux qui réagissent en public, et les autres qui sollicitent des apartés. C'est bien différent.

      Parfois la tentation me prend de fermer les commentaires.
      Comme une expérience nouvelle en effet.

      Supprimer
    2. Abnégation... je crois que c'est le terme adéquat, tu perçois bien les choses.

      Fermer tes commentaires... Alors qu'ils sont nourris et fréquents... Ca, ça ne doit pas être une décision facile !
      Je me demande s'il n'y aurait pas une sensation de manque (et du côté des lecteurs, probablement de la frustration), car les commentaires renvoient l'écho de ses écrits. Lorsque tu n'as plus de retour, tu flottes dans un silence étrange. Et, je dirais, c'est la que tu mesures si ton envie de poursuivre se suffit dans ce qui t'anime, ou bien si tu dépends du regard (bienveillant) des lecteurs !

      Non, ce n'est pas facile... et c'est ce qui donne de la valeur à l'expérience à laquelle on se confronte.

      Supprimer
    3. Ben voila ! Tu dis TB ce qui me questionne (parfois...) à propos des commentaires.
      Ne pas écrire... pour en avoir.... Enfin, ce n'est pas mon objectif, mais je comprends que ça puisse l'être pour certains qui axent beaucoup sur la convivialité, les échanges, le relationnel. Certains blogs finissent pas ressembler à des forums.

      Souvent les commentaires (qui le plus souvent sont assez riches) m'amènent à des réponses élaborées, qui me font progresser aussi dans la pensée...

      J'ai lu chez toi. J'aurais aimé commenter... ou plutôt pouvoir le faire, même si je ne dis rien... Ecrire un mail, c'est différent... Et puis pas de flux rss.... faut aller voir s'il y a du nouveau.... Comme au temps anciens...
      en fait j'admire ta démarche !

      Bon... à suivre ! ....

      Supprimer
  20. Merci ! A suivre, en effet...

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.