Accueil

samedi 8 novembre 2014

Nouvelles saisons...


« Tout est changement, 
non pour ne plus être 
mais pour devenir ce qui n'est pas encore.  »
( Epictète)





21 commentaires:

  1. hébé... en voilà une bannière qu'elle est belle! ;-))
    une porte ouverte vers l'inconnu, vers "ce qui n'est pas encore"...
    (mais... ce monde nouveau semble à première vue assez inquiétant...)
    Bonne chance pour ces nouvelles saisons!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles seront bien différentes....
      Inquiétantes pour les lectrices/teurs peut-être....

      Supprimer
  2. Michèle F.8/11/14

    Je reprends les mots de Coumarine : "un monde nouveau" comporte toujours un peu d'inquiétude... Cependant, je préfère la porte ouverte à la porte fermée....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur est inquiet lui-même !

      Supprimer
  3. "J'aime changer d'air. J'aime changer tout court.
    J'adore depuis toujours déplacer les meubles, faire bouger les lignes, me renouveler quoi..."
    J'écrivais ça dans mon avant-dernier billet. Je faisais de l'Epictète sans le savoir, alors ? ;-)
    En tous cas, j'aime ton changement de cap.
    Bisous célestes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epictète ben qu'oui, finalement !
      On le sait tous trop, hélas, tout a déjà été dit.....

      Mais toi tu renouvelles tout !

      Supprimer
    2. Pfioouu ça c'est du compliment ! ( enfin c'est comme ça que je le prends...)

      Supprimer
    3. Et tu as raison !

      Supprimer
  4. Et pour paraphraser Célestine avec son dernier billet sur la Vie, il faut vivre une multitude de vies dans la Vie! Faire sa mue pour devenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque mue est difficile
      "Pendant la mue, le serpent est aveugle"
      Mais c'est une nécessité du devenir.... en effet....

      Supprimer
  5. Alors juste un mot: youpieee!

    RépondreSupprimer
  6. Charlotte9/11/14

    une porte est ouverte pour permettre au voyageur ( Je pensais à Ulysse) de rentrer au bercail après un long voyage ou est ouverte pour permettre à l'emprisonné dans sa cage à routines, habitudes d'aller voir ailleurs.. Dans les deux cas il s'agit de changement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une porte pour aller batifoler dans les conneries extérieures. Ce serait plutôt loin du bercail...
      Ce sera "autre" ça c'est clair....

      Supprimer
  7. Anonyme9/11/14

    Une porte ouverte c'est invitant...
    Et il faut oser franchir le seuil malgré l'inconnu.
    Ne pas oser c'est perdre l'opportunité de belles et grandes découvertes! Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je franchirai le seuil....
      les lectrices/teurs suivront-ils ? ...

      Supprimer
  8. Tant que nous laisserons la porte ouverte nous saurons que nous sommes toujours vivants.
    Possibilité d'aller voir ailleurs, de se renouveler ou de rester mais en ayant son regard vers l'extérieur, vers les autres, vers le monde qui bouge.
    Une fenêtre ouverte, une porte entrouverte voilà un beau programme. Un courant d'air peut parfois nous soulever et nous entraîner vers d'autres horizons......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est clair ! « Le changement c'est maintenant » ! ( Je me demande si quelqu'un n'avait pas dit ça à une certaine époque…)

      Et puis moi qui fus un adepte de « la révolution dans la révolution » façon Zapata (mais non pas Zavata !), je vais pas me renier sur mes vieux jours… Même si je me demande si rien ne change quand tout change…

      Supprimer
  9. Il vaut mieux en effet accepter le changement car la vie est un voyage et le paysage défile encore et encore...
    Bon, c'est ma vision :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, faut rester "dans le train" ("dans le coup ! comme on disait dans les années 60 !!)
      Pas marrant de vivre sur un quai de gare en regardant la vie des autres passer....

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.