Accueil

mardi 9 décembre 2014

Saison froide et cruelle ....


Ah la cruauté du froid…. Je la connais que trop…. les jambes glacées par l’attaque sournoise de cet ennemi qui me plante ses flèches douloureuses et dévastatrices. Et puis le danger survient, l’anesthésie sournoise qui vous bleuit les sangs au risque de vous faire terminer aux urgences. Rentré chez soi on pose les pieds nus sur le carrelage et là on fait cette expérience du carrelage bien plus chaud que les pieds.
Voila ce que c’est de n’avoir pas de muscles, lesquels se sont faits bouffer par les virus.
Mais pas grave, les jambes se réchaufferont…. Comptez 6 heures environ…. Et faites pas la connerie des conneries de les mettre dans de l’eau chaude ou contre des trouillottes !! 5 mn après c’est à hurler de « brulure froide »
Et, dehors, se réchauffer en remuant le doigt sur la télécommande du fauteuil électrique … quel merveilleux exercice pour éviter de devenir bonhomme de neige figé… mais à roulettes….

J’adore le froid …. un avant gout de cadavre sur le corps…. C’est jouissif en diable ! (que je rejoindrai… le feu éternel plutôt que les froids cantiques soporifiques du paradis !!)
----------------
C'est la reprise d'un commentaire laissé chez une chère blogueuse....

16 commentaires:

  1. oui je comprends un peu.
    La maladie et les médicaments m'ont rendue très frileuse, donc pas toujours simple à vivre, surtout que le mari a tendance à vouloir faire des économies de chauffage ;-))
    Il ne comprend pas bien mon problème, c'est un chaud lapin (lol!!!)
    Bien sûr mon problème de froid n'est pas à comparer avec ce que tu racontes: six heures pour réchauffer tes jambes glacées... pas facile à vivre ça...

    RépondreSupprimer
  2. La "brûlure froide", je connais ça aussi sous une autre forme. Pieds glacés, parce qu'il fait froid, mais brûlure intérieure, on ne supporte pas des chaussures. C'est une maladie rare, ça porte un nom, mais j'ai de la chance : pour moi, ça s'arrête aux chevilles. C'est peut-être le diable qui me tire moi aussi par les pieds.... Je résiiiiiiiiiste.

    RépondreSupprimer
  3. Charlotte10/12/14

    Ce que tu racontes me fait froid dans le dos.Vivement le printemps et l'été...Je te souhaite un chaud Noël près d'un beau feu de bois.

    RépondreSupprimer
  4. Quand la réalité glaçante du corps se fait trop présente pour que l'on ne puisse manier autre chose que l'humour noir, il n'y a que la présence attentive et inquiète de ceux qui nous aiment, je crois. Même si elle peut irriter (la mauvaise foi aide, n'est-ce pas)... Que te souhaiter devant ce contre quoi on peut si difficilement lutter? Je peux te dire seulement que tu as toute mon empathie, et si cela t'irrite aussi tant pis. Fais comme X: résiiiiiiiste!

    RépondreSupprimer
  5. Je connais également la souffrance du froid sur mes jambes ou plus exactement sur mes cuisses, ce n'est surement pas aussi douloureux que toi ! Et quand j'en parle, peu de gens comprennent ce que je ressens ... les muscles tu dis ?

    RépondreSupprimer
  6. C'est drôle, la chère blogueuse m'a inspirée aussi...bon en même temps, le froid, ce n'est pas un scoop en ce moment...
    Mais vraiment, je compatis, moi qui déteste me cailler, je peux quand même bouger pour me réchauffer. Tandis que toi, tu n'as pas le choix.
    Je t'envoie toute ma chaleur mon Babar. Humaine et empathique.
    Gros kiss céleste

    RépondreSupprimer
  7. Cher Alain, je te souhaite de passer de belles et douces -et chaleureuses- Fêtes de fin d'année. Je ne repasserai probablement plus par les blogs d'ici l'an neuf bien trop occupée que je suis à coudre des robes à paillettes et tricoter des bonnets de lutin!

    Je me permets moi aussi de t'embrasser très amicalement :*

    RépondreSupprimer
  8. Voilà un point de vue que j'aimerai reprendre sur mon blog avec ton accord...
    Non pas par voyeurisme "insane" (en anglais) mais parce qu'on a tendance, lorsqu'on est sain de corps, d'oublier ceux qui sont victimes des aléas de la vie. On ne fait pas preuve d'empathie, sans doute parce qu'on ignore cet état différent ; ou alors parce qu'on s'est précipité à "oublier" la douleur" la "réduction de santé" lors d'une maladie ou d'un malaise... Vraiment, ta news est touchante. Je réévalue encore et encore la morsure du froid après la lecture de tes mots.

    RépondreSupprimer
  9. j'espère que tu vas mieux.
    Je pense à toi
    Bisous célestissimes

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme26/12/14

    comme le dit Célestine, j'espère que vous vous portez bien.
    bonne fin d'année.
    je pense bien à vous.

    Ellinda.

    RépondreSupprimer
  11. Charlotte29/12/14

    Où t'es? Alain où t'es?Tu me manques.

    RépondreSupprimer
  12. Alainhoutai ? Alainhoutai ? ...

    RépondreSupprimer
  13. Allez alainx, fini l'hibernation, on a besoin de toi dans quelques jours . Va falloir que tu viennes réchauffer la maison marathonienne, on arrive en force et ça caille la-bas!!!!! Tu vas être en forme, parce que t'as pas le choix ;-)
    On s'en fou des vœux non? Si? Alors:
    MERDE pour 2015 !!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  14. Je vois bien que tu n'es pas loin puisque tu lis les blogs que tu t'es choisi.... mais même blogueste c'est fou le besoin de l'autre choisi par ce qu'il traduit dans ses écrits! Allez, ça y est on a changé de calendrier, le printemps ne devrait pas trop tarder. Et si tu choisissais un pays chaud pendant les frimats climatiques français? A+

    RépondreSupprimer
  15. on ne se fréquente que de loin en loin, mais je découvre (ou re-découvre) que nous avons des points communs : les roulettes, les muscles en moins et le froid aux jambes... les massages de pieds c'est bon pour réchauffer :-)

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.