mercredi 15 juillet 2015

Impression soleil chauffant

Que dire de ma première partie de vacances ? - Qu’il a fait chaud ? Que la clim’ des lieux où on dormait fut la bienvenue ?
Que j’ai tenu bon plus que je ne croyais aux ennuis de la chaleur ? Ce qui pour moi constitue un test de résistance intéressant ! À quoi ? ne me demanderont pas les sagaces qui connaissent mon histoire… Ben au fait de devoir supporter mon arsenal de ferrailles qui me tient debout, des pantalons longs (mais clairs !!) mes chaussures ortho bien fermées et serrées, montantes, en merveilleux cuir noir qui  chauffe les pieds merveilleusement.  Le fauteuil roulant électrique au dossier synthétique qui vous trempe le T-shirt qui ne séchera pas de la journée…

Et cependant…. je supporte tout ça sans trop de peine inutile, m’amusant des gens quasi-à-poil qui se plaignent de la chaleur, car il est toujours de bon ton de se plaindre quand on est en vacances…. Trop chaud ! Trop fatiguant de marcher ! Trop épuisant le vélo ! Pas assez fraiche la boisson fraiche, trop glacée la flotte, pas assez vite le service, trop vite expédié le repas, trop fondue la crème-glacée,  pénible la belle-mère qui suit pas le rythme, trop vite la visite guidée, enfin bref : des vacances ratées quoi !
Un exception : les japonais ! Se plaint pas le japonais ! Il déborde de vitalité : petit mais costaud ! Il se photographie, et même il se prend en photo, se selfie et se reselfie, s’autocarise et se désautocarise à cadence rapide. Il a un guide japonais qui connait la France, en traduisant à haute voix le guide Michelin français.

Bon, vous pensez peut-être qu’il y avait foule là où on était ?
Non, non, Plutôt calme, pas encore les vacances « officielles », les grands départs avec « Bison bourré » c’était pas l’actu. Chacun attendait sa prime de fin de mois pour partir, ou les résultats du bac. Fin juin/début juillet place aux nantis retraités et étrangers malins.

Ah ! J’oubliais les belges !!
Ils sont partout ! des flamands surtout, qui s’identifient plus facilement : ils parlent très fort, rient très fort, boivent très fort des bières fortes, et te tutoient dès que tu leur kozes ! Oui, parce que le flamand parle pas si mal que ça le français… quand il est en France… quand tu es chez lui : pas un mot en français ! interdit !  Il fait comme si tu étais wallon ! Et peut-être que tu l’es ? Va savoir !
Et, à l’hôtel, le flamand il te parle de son biznaisse, ils naissent dans le biznaisse ! Il a un truc à te vendre, d’ailleurs il vend beaucoup aux français :
 —  « Sais-tu Monsieur, que j’ai le plus grand surface de la vente de plantes près de la Frontière ? » 
— « Ah tu es pas loin de Mouscron ? Mais on y est aussi ! Monsieur je te donne mon carte publicitaire. Tu venir de ma part, on te fera des prix : Tu dis que tu es ami de Monsieur Van Demesmacker  (un descendant de Spirou), et je te ferai des conditions que pour toi ».

Perd pas le Nord le belge, forcément il y vit ! enfin rapport à nous ! Car lui c’est son Sud !

Bon ! Fin du couplet tendance zénophobie bien franchouillarde. 
Et pour dire vrai on a eu de bonnes rigolades avec quelques belches bien sympa, mais bien commerçants aussi….

Ce sera tout pour aujourd’hui. Vous pouvez reprendre une activité ordinaire.
La prochaine fois, je vous le fais bucolique, romantique, charme des vieilles pierres, douceur du Lubéron, Gigondas et Châteauneuf-du-Pape….
Vive la France et le fromage de hollande…. !






23 commentaires:

  1. Ah quelle belle chronique (ta mère) de vacances !
    Tout y est, l'ambiance camping des flots bleus, les estivants jamais contents, les glaces qui ramollissent et les fesses qui coulent, à moins que ce ne fût le contraire, et ce fossé entre le nord et le sud, le sud du nord qui est le nord du sud. Les bridés avec leur nikon en bandoulière, les belges une fois et les flamands deux fois et les autochtones, con, qui en font des tonnes...
    Et au milieu Toi, qui t'en bats les steacks parce que tu as d'autre chatte à fouetter, que tu as des constellations à inventer et des étoiles à chevaucher...Et une dignité admirable comme d'hab, devant les travers et les revers. Oui une bien belle chronique comme on aime. Merci pour cette tranche de merveilleux à la crème. (non j'ai pas dit d'emplâtre!) ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de tes appréciations !
      La prochaine fois, je te parles des 3 frères Arnaud et des 7 portes.
      tu vois ce que je veux dire ?
      Et puis, les mexicains basanés, le sombrero sur le nez, ça nous changera de nos amis belges ! (au passage j'embrasse ces dames d'outre-Quievrain qui passent par ici parfois... et un certain monsieur que je salue au passage...)
      Une constellation de bises....

      Supprimer
    2. Avec même un "S" à parle.... C'est que je suis bavard parfois !!

      Supprimer
  2. Coucou AlainX...
    Merci pour la chronique délicieuse à souhait. Ca me rafraîchit l'esprit encore empêtré dans le boulot.
    A bientôt dans le Lubéron !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas le Lubéron (enfin juste l'avoir traversé)... J'y ai séjourné avec délices....
      Vivement la fin du boulot hein ?

      Supprimer
  3. bon!
    toi pas perdre de vue le biznaisse que je propose à toi hein! c'est une sacrée affaire, comme il n'y en a pas deux!
    je t'apprends les rudiments du flamand, et toi pouvoir voyager sans problème dans le nord du pays de la bière et des frites
    toi tu me paies en nature... et n'oublie pas, je suis chaude en biznaisse...

    (pour le reste, ravie que tu aies supporté sans peine la forte chaleur : vive la clim!) ;-)

    Pour le reste,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que je suis un amoureux de la nature (et pas que...) donc le payement en (dans la) nature je suis pas contre... Où? Quand ? Comment ? Dans qu'elle position ?
      Bien chaleur-heureuse-ment

      Supprimer
  4. oui bon, il y là une répétition inutile. (pour le reste)
    on va dire que ça fait partie du biznaisse ;-))

    RépondreSupprimer
  5. Répétition... Répétition... Je sens qu'on n'a pas pénétré la question assez profondément

    RépondreSupprimer
  6. Tu vas repartir ou t'as fini tes vacances? Parce que si tu t'ennuies, vas écrire tes rencontres estivales sur kaleido ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, je vais repartir....
      Mes vacances cette année sont à épisodes successifs jusque début septembre....
      Espérons que je trouverai le temps de "kaléidoplumer" :-)

      Supprimer
  7. Je suis bien d'accord sur un point, ahurissant d'entendre à longueur de journée les plaintes sur la chaleur !!
    Bien souvent ce sont ceux qui sont en vacances ou qui ne travaillent pas qui s'en plaignent le plus.
    Chaque année le français adore se plaindre de la chaleur l'été et du froid l'hiver !
    Pas très éloignée du Luberon, j'y suis allée la première semaine de juillet en profitant également des champs de lavandes de Valensole.
    Bon retour de vacances

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tu as raison : les mêmes.... les jamais contents de rien....
      - chouette il fait beau !
      - Mouias, ça ça pas durer..... dit le ronchon/ne de service....

      Valensole, c'est la Mecque de la lavande il me semble....
      Bon été à toi !

      Supprimer
  8. Demesmaeker c'est le gros type qui n'arrive jamais à signer les contrats dans la boite qui emploie Gaston. Lagaffe. Il est aussi dans Spirou? Tiens tu me donnes envie de relire mes vieilles BDs! :)

    J'ai écrit sur les vacanciers moi itou, je me rapelle plus si j'ai publié sur mon bloug ou pas, je vais voir.

    Bisou bonnes vacances!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui !!! C'est lui !
      Gaston est "né dans Spirou"....
      Ah ! Le Gaston, on ne s'en lasse pas..... :-)

      Il est où ton texte sur les touristes ?

      Supprimer
  9. Content de te savoir de retour :)

    M'est avis que les râleurs de vacances pourraient bien être les mêmes qui râlent tout au long de l'année. Dommage que ça ne soit pas leur métier, ça nous ferait des vacances...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retour provisoire.... Nous repartons bientôt....

      Tu m'amuses avec le métier de râleurs !
      C'est vrai en plus !
      :-)

      Supprimer
  10. Je ne sais pas ce que j'apprécie le plus de la chronique ou des échanges coquins entre certains...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux peut-être ?
      la chaleur estivale rend coquin/e.....
      :-)

      Supprimer
  11. Charlotte17/7/15

    Tu me fais bien rigoler... Ici aussi chez les flamands belches il fait chaud.Personne ne s'en plaint dans mon village.Il y a toujours des joggers qui courent comme des malades, des cyclistes qui font leur tour de Belgique et même des cavaliers qui trottent dans ma rue. Moi je reste assise avec un bon livre avec mon chat qui saute sur les mouches et qui parfois vient déposer à la porte de la maison un oiseau. Il y aussi mon chien qui vient tout le temps me mendier une caresse J'ai quand m^me fait du reppassage cet aprem: je te dis pas comme j'ai eu chaud.... Quant à toi je me dis que tu ne dois pas passé inaperçu !Je suis bien contente que tu sois revenu sur ton blog. Je n'avais plus rien à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je ne passe pas inaperçu… avec ma tête à claques, mes guiboles flageolantes, et mes roulettes, on me remarque de loin…
      Finalement, j'ai bien fait de ne pas choisir « Agent secret »…!

      Supprimer
  12. HélèneM17/7/15

    Je me suis promis de ne plus jamais me plaindre de la chaleur... Donc même dégoulinante en train de crapahuter par 36° ,avec les cigales que rien qu'on les entend, ça rajoute quelques degrés d'office, en tout cas ,c'est toujours l'effet qu'elles me font... je suis merveilleusement bien juste en pensant qu'il pourrait faire froid... que c'est même quelque chose qui pourrait revenir...

    Belle suite de vacances ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui... Tu as raison pour les cigales… quand on les entend on a l'impression d'avoir beaucoup plus chaud...
      Si je devais habiter le midi tout le temps, je crois que ça m'agacerait prodigieusement…

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.