Accueil

lundi 14 septembre 2015

Fragile…


La nuit ne fut pas très bonne, sans être catastrophique. 
Parfois, les soucis du jour qui nous semblent largement supportables et gérables, prennent, la nuit, des proportions inconsidérées. L'ombre au tableau s'étend sur toute la toile. Elle prend des formes fantasmagoriques comme dans mes cauchemars de l'enfance lorsque les reflets du lampadaire de la rue dans les rideaux faisaient naître dans ma chambre des personnages maléfiques qui, certainement, n'allaient pas tarder à m'engloutir. Je ressentais alors l'angoisse de l’enfant fragile m'envahir jusqu'à l’âme.

Cette nuit s’en venait cette terrible fragilité-là. Ce sentiment qu'il en faut bien peu pour que tout s'écroule dans notre tête, pour que la force que l'on croit détenir soit anéantie. Arrivent alors dans un galop effrayant ces hordes de chevaux sauvages enfourchés par des indiens bariolés, hurlant leur cri de combat et tournoyant autour du carré des braves, qui seront bientôt massacrés.

Puis, je me suis tourné vers elle, mon apaisante, dormant calmement à mes côtés. J'ai posé la main sur sa peau nue, avec l'espérance d’ondes subtiles émanant d’elle et m’apportant le repos.
Elle s'est tournée vers moi dans son sommeil et a pris ma main. J'entendais cette respiration caractéristique de la personne endormie. Son corps paisible a rejoint mon corps agité, parce que le corps en sait plus sur nous que nous-mêmes quant aux mystères des gens qui s’aiment.


Alors, la transmission s'accomplit. Je me suis apaisé. Mon corps s'est détendu et le sommeil est revenu dans les instants qui suivirent.

35 commentaires:

  1. Je suis touchée par ton billet, très
    heureuse pour toi que, tant dans ta vie que dans ton lit, tu puisses te tourner vers ton "apaisante", et retrouver la paix et le sommeil...Tu as cette chance, j'ose le dire
    Tous, nous vivons ce genre de fragilité, parfois extrême, et on le sait... il faut faire avec...
    Mais avoir à ses côtés quelqu'un qui te permet de retourver ta sérénité, même si c'est seulement pour la fin d'une nuit, c'est ... oui!... une chance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je continue
      une chance... nous savons tous ici les difficultés physiques que tu vis depuis si longtemps. Le savoir n'exclut pas que nous réalisons mal ce qu'il en est auqotidien pour toi, tu es à ce propos très discret. Même dans ton livre tu as seulement "effleuré" le sujet
      Mais tu as été ga^té au moins dans cette relation fondamentale qui t'aide en profondeur à porter tes douleurs et sans doute la peur du futur
      Je t'embrasse, Alain

      Supprimer
    2. Est-ce que chacun de nous n'a pas des apaisant(e)s dans son existence ?
      Toutes ces personnes qui un jour, une an, une vie, nous ont secouru aux heures difficiles et de désespérance ? ou de petit chagrin ?
      Sans compter les "veilleurs de l'ombre" aux subtiles interventions à peine perceptibles que l'on finit pas ne pas (ne plus) s'en rendre compte.

      Supprimer
    3. Sur ton 2ème commentaire :
      J'ai appris que les "petites et grandes misères" n'intéressent pas les gens en général.... Enfin, disons pas plus d'1/4 d'heure !
      C'est pourquoi j'a appris à "choisir" les personnes auprès desquelles je peux recevoir un réel secours.
      Alors "ici" (je parle de ce blog public), j'en dis 5 % ..... les bonnes années ! ... et c'est déjà beaucoup ....

      (je ne parle pas de mes billets sur "la cause du handicap" ... Ça c'est autre chose....)

      Supprimer
    4. bonsoir Alain,

      Coumarine dit juste, vous parlez peu de vos difficultés... elles transparaissent si peu... et pourtant combien d'hommes et de femmes éclairez vous depuis plus de dix ans... je vous en suis reconnaissante. je ne vous le dis pas assez souvent, mes mots sont très maladroits pour le dire.
      en tout cas, vous m'accompagnez depuis tout ce temps... J'ai même repensé la dernière fois à votre petit caillou blanc... d'ailleurs je vous en dépose un dans votre main, un parmi les nombreux que ma fille ramasse comme des petits trésors...

      oui, l'amour en couple, c'est aussi pouvoir se reposer sur l'autre... l'amour est fait aussi de ça.





      Supprimer
    5. Cette reconnaissance, vous l'exprimez très bien, El Linda. Et c'est une belle chose de l'exprimer. C'est important pour moi de l'accueillir, parce qu'elle "me traverse" et s'en va rejoindre celle que j'ai moi-même pour ceux/celles a qui je dois tant dans ma propre existence. J'ai abordé longuement ce thème il y a qq années ici. C'est elle d'ailleurs, la gratitude, qui m'a fait écrire mon premier livre.
      Comment favoriser un monde où chacun aurait et manifesterait de la reconnaissance envers l'autre et où ce mode de partage et d'expression changerait la face de la terre....

      Supprimer
    6. El Linda, j'ai oublié de remercier pour le caillou blanc.... Merci de ne pas l'avoir oublié...
      Je le reçois comme un signe précieux.

      Supprimer
  2. Ton texte AlainX m'a beaucoup ému en pensant à mon enfance quand au milieu de la nuit je me réveillais en sursaut parce que j'aurais juré avoir vu des fantômes. Des fantômes! mais réels ceux-la. Je lançais alors des cris où seule ma mère accourait pour me câliner et me manifester son amour maternel et cela me réchauffait toujours et m'aidait à m'endormir. J'aurais jamais le dire un jour! voilà c'est fait..et je n'étais pas finalement seul. Bonne soirée AlainX

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage de ta réalité d'enfant. Je comprends bien, évidemment.
      Merci à ta maman qui venait et prodiguait son affection. Ça me fait du bien de le lire. Moi, je demeurais en silence terrifié. Surtout que cette mère ne vienne pas m'engueuler de l'avoir réveillée pour des bêtises.... C'eut été encore pire que les ombres maléfiques....

      Supprimer
  3. Comment ne pas être bouleversée de lire ton billet ? Toi, mon phare dans la nuit, devenu fragile et tremblant dans le noir comme une flamme qui vacille, laissant apparaître en toute transparence la beauté de ton âme vibrante et ténue tel un papier de soie prêt à se déchirer. Et comment ne pas être émue par l'apaisement trouvé auprès d'Elle, qui a "senti" dans son sommeil que tu avais besoin d'elle. Si m terreurs enfantines revenaient, elles me jetteraient dans les bras de mon nounours.On a besoin de se rassurer, toujours. C'est rassurant de pouvoir le dire.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est un besoin central dans l'être humain : le besoin de sécurité intérieure. On ne le satisfait qu'en trouvant ses forces vitales et points d'appui solides, tel le phare arrimé à son socle rocheux et qui résiste aux tempêtes de la vie.
      C'est lorsque le marin se met à douter de la solidité et de la fiabilité de son navire qu'il se met alors vraiment en péril.
      C'est aussi quand il se croit "plus fort que tout" qu'il se fragilise.
      Et sans doute aussi apprend-on de l'existence que nos faiblesses sont des forces, des portances, parce qu'elles ne nous déshumanisent pas....
      Malheur aux "surhommes" que l'on nous promet pour bientôt....

      Supprimer
    2. Je n'ai pas dit que tu étais un surhomme, hein...
      Juste un phare.

      Supprimer
    3. J'avais bien compris ainsi chère Céleste !

      Supprimer
  4. C'est très beau AlainX. Que ta merveilleuse soit toujours à tes côtés.

    Qu'un jour je retrouve le bonheur d'un merveilleux apaisant à mes côtés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est là... quelque part....
      Ce ne sont pas des paroles "en l'air".... Il est des rencontres destinées à se faire.
      Faut juste pas passer à côté....

      Supprimer
  5. T'es tu remis de ce qui t'est arrivé en 1959 ?
    En cherchant quelque chose sur mon blog, j'ai retrouvé un commentaire de toi qui t'es aussi retrouvé à l'hôpital en 1959...
    Je vois aussi que, quel que soit le nombre d'années passées avec quelqu'un, il nous faut encore et toujours toucher sa peau pour nous permettre de nous endormir comme les enfants.
    Enfin... Les enfants qui veulent bien s'endormir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remis ? je ne sais quel sens tu donnes à ce mot... Alors c'est : Non au plan physique, puisque les séquelles sont "à vie" et iront en s'aggravant. (je le constate) - C'est Oui au plan de ma personnalité globale. ....
      Je peux résumer ainsi en reprenant une phrase de mon prochain livre à paraitre bientôt (suis fort pour faire ma pub !!) :
      dois-je dire :
      Merci polio ?
      ou
      Salaud de virus ?

      Supprimer
  6. Comme tu as traduit la souffrance et la peur et le désarroi qui nous laissent pantelants dans l'ombre de la nuit!
    Comme tu as décrit ton "apaisante", la personne que l'on souhaite à tout le monde, celle qui accompagne et calme les désarrois de la nuit!
    Merci Alain pour ce galet de souffrance et d'amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce beau commentaire, qui résume si bien ce que j'ai exprimé.
      Le galet n'est accompli en sa beauté que par le roulement incessant et forcément éprouvant au milieu des flots.
      Le prix du bonheur ? peut-être....

      Supprimer
  7. Très beau ce mot "apaisante" quelle bonheur pour toi ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je ne peux qu'un ressentir une intense gratitude...
      Merci

      Supprimer
  8. Charlotte15/9/15

    J'ai un nouvel ordi et je fais un essai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça semble bien marcher...!

      Supprimer
  9. Charlotte15/9/15

    Voilà. trop contente de te retrouver après plus de 10 jours sans ordi. J'ai vécu le même genre de frayeur durant mon enfance. Heureusement maintenant j'ai un gentil mari à coté de moi dont la présence à coté de moi me rassure la nuit et qui chasse les démons qui me réveillaient , enfant ,durant mon sommeil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content de te revoir aussi...
      Ça ferait un bon titre de book ça : "l'amour chasseur de démons" ....

      Supprimer
  10. Quel joli mot, "apaisante". Je suppose que tu l'es pour elle aussi. Quelle chance vous avez...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour elle ? Faut que je lui demande....
      Peut-être dirait-elle : "rassurant" ....

      Supprimer
    2. Alors, as tu demandé ? :)

      Supprimer
    3. ouiiii ! Elle a dit : les deux me vont : apaisant et rassurant.....
      ... sauf quant tu es pénible....

      pppfffff : les femmes sont trop réalistes !!
      ;-)

      Supprimer
  11. Comme il m'est rassurant que toi Alainx, celui qui, à la manière d'un phare, émet son éclairage discret , puissant , délicat et personnel dans ses textes et commentaires, tu révèles des sursauts désobligeants nocturnes.. Comme il est apaisant de savoir qu'une simple et douce présence suffise à les évaporer. Quels bienfaits que l, Amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce que chacun de nous n'est pas, d'une manière ou d'une autre, un phare pour autrui ? Depuis que je je lis, j'ai reçu des lumières de toi qui n'ont éclairé.
      Et nos forces et nos faiblesses enseignent tout autant...

      Supprimer
  12. J'ai un très mauvais sommeil, je me réveille deux ou trois fois par nuit. Le plus souvent je me rendors très vite mais parfois l'ombre gagne. Je suis tellement agitée que je dors seule pour que mon mari n'ait pas lui aussi de nuit agitée. J'ai appris à gérer mes angoisses non pas en cherchant la main de l'autre mais en cherchant la lumière intérieure. Je sais que si je n'agis pas je vais être submergée comme par ces marées noires et visqueuses qui roulent de pauvres mouettes, je sais que je peux faire une crise d'angoisse qui m'enverra à l'hosto. Cela m'est déjà arrivé. Donc je gère. Je pense "blanc", je respire lentement, et la lumière apparait. Une lumière dorée de fin d'été, douce. Un truc se met à rayonner à l'intérieur de ma tête et cela m'apaise très vite. On a de formidables ressources intérieures, mentales, spirituelles.

    Mais ta manière à toi est bien plus douce quand même. Je suis très heureuse, vraiment j'en ressens de la joie, que tu aies une personne aimante auprès de toi. Chaque fois que je pense à l'avenir de ma fille j'ai une petite prière mentale "Qu'elle trouve quelqu'un qui l'aime tout simplement". Parce que j'aimerai tant qu'elle aussi trouve une main la nuit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien le "je pense blanc"... Je pratique aussi.... L'attention flottante à la respiration...
      Tu as raison on a d'extraordinaires ressources intérieures sur lesquelles on dort parfois sans le savoir.... Cela me réjouis que tu les évoques.
      Ta fille trouveras, j'en suis convaincu, avec une telle maman ça devrait le faire ! ....

      Supprimer
  13. Oui, comme dit plus haut... quel bienfait que l'Amour, cette confiance et ce voyage des forces de l'une vers l'autre ou de l'autre vers l'une, accepté humblement et sereinement... L'Amour est si simple mais tellement extraordinaire aussi...

    Félicitations également pour la sortie de ton livre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour mon livre....

      C'est peut-être la simplicité de l'amour, alchimie complète en même temps, qui fait son existence extraordinaire...

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.