Accueil

mercredi 7 octobre 2015

Arrivée...

Il est arrivé….
Enfin.
Depuis le temps qu’ils espéraient voir aboutir leurs démarches.
C’est tellement long, semé d’embuches.

Adopter un enfant.
L’amener jusqu’à sa vie d’adulte et au-delà.

La fille de nos voisins d’en face.
Celle qui fut copine d’enfance et de jeux de nos filles et qui, avec son mari, depuis de longues années, désespérait de ne pouvoir procréer, malgré les efforts de la médecine.

Je n’ai jamais vu ma voisine si heureuse d’être grand-mère, enfin…. Elle qui a parfois tendance à déprimer et dont le mari prend soin autant qu’il peut.

Grand évènement au milieu de nos petites vies….

Alors j’ai pensé à Cabrel….
chantant « Mademoiselle l’Aventure »
où il parle de la mère de sa fille, Thiu, qu’il a adoptée en 2004.



17 commentaires:

  1. C'est une chason merveilleuse ma préférée sur cet album. Je crois qu'on peut difficilement imaginer ce que c'est qu'un désir d'enfant qui n'est pas comblé quand on a soi-même eu aucune difficulté à procréer. La soeur de mon époux aurait fait une merveilleuse maman. Elle est profondément maternelle et douce. Sauf qu'elle a épousé un homme presque infertile et qu'elle-même a des problèmes. L'un sans l'autre ils auraient sans doute réussi à être parent mais ensemble ce fut impossible. Ils ont finalement tenté l'adoption et on leur a proposé un pré-ado, un de ces enfants "laissé pour compte" parce que déjà trop "grand". Eux ils ont dit "oui" parce que jouer à la poupée c'était pas leur priorité. Et l'affaire trainait encore quand mon beau-frère est mort subitement l'an dernier. A 44 ans. Une belle maman n'aura jamais d'enfant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu relates là une histoire de vie et de couple poignante....
      On ne peut élucider la question : pourquoi tant de malheur accumulé et de détresse à traverser....?
      Il n'y a pas de réponse vraiment possible et cependant il faut bien trouver le sens de sa vie pour poursuivre.
      Comme dit Nicole ci-dessous, je sais que tu tu as cette capacité de te faire proche. C'est peu et c'est beaucoup en même temps...

      Supprimer
    2. Il y a des histoires comme cela autour de nous, ma meilleure amie a ainsi accumulé des malheurs dont beaucoup ne se seraient pas relevés. Elle me disait "Je suis maudite" Et je sais que quelque part elle avait peur de le croire. Qu'est-ce qui fait qu'on soit tant éprouvés par la vie, le hasard? Je ne sais pas, mais je pense que la manière dont on se relève compte plus que l'épreuve elle-même...

      Supprimer
  2. @Désirée: quelle tristesse, ce que vous venez de livrer là. On ne peut rien ajouter devant une telle détresse, sinon une minuscule consolation; dans sa douleur, votre belle-soeur peut sans doute compter sur vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicole c'est très gentil. Mais en fait je suis plutôt une sorte de "témoin bienveillant". J'interviens très peu dans la vie des autres, y compris celle de mes propres enfants. J'estime que je n'en ai pas le droit et surtout j'ai le sentiment que bonne ou mauvaise chacun doit faire ses propres expériences. En quelque sorte c'est une question de "karma" ^^

      Supprimer
  3. Alain, je picore dans tes pensées plongeantes: très jolie couverture, très travaillée, textes itou. Je suis très touchée par ce que tu écris sur ta femme et son don du bonheur, de sa présence au monde. De l'espérance, de la tristesse, de l'humour et de la solitude. Tout cela dans le désordre, bien sûr. Et le reste, mais je prends mon temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un tel commentaire de ta part, toi qui est écrivain, me touche évidemment.
      J'ai si souvent douté de cette démarche-là de publication.
      Merci pour tes mots qui font du Bien.

      Supprimer
  4. Adopter ....Un bel acte d'amour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En l'espèce, un petit chinois de quelques semaines... né en France d'étudiants chinois qui ont préféré le laisser à d'autres bras....

      Supprimer
  5. Alain tu le sais combien je suis concernée par l'adoption
    Adopter, cet acte d'amour n'est pas si facile... les enfants adoptés (et leurs parents adoptifs), doivent faire face à une réalité douloureuse: il y a eu abandon. Et tout l'amour qui a suivi, n'efface pas cette souffrance à l'origine de cette vie. Chez nous ça s'est soldé par des cauchemars récurrents durant les 4ères années de la vie de M.A.
    Il a fallu bcp d'humilité pour doucement se sortir de cette blessure d'abandon...
    Quant à tes pensées plongeantes que j'ai lues et relues (pour la bonne cause, traquant la moindre petite faute oubliée;-) j'ai été émerveillée aussi de lire tout l'amour que tu témoignes à ta femme, texte après texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours considéré que l'adoption était une épreuve de vie pour les parents adoptifs.
      Tous ne s'en sortent pas par le haut. Mais c'est un sujet relativement "tabou" que les échecs en ce domaine.
      Et je ne parle pas de la "double peine" infligée à l'adopté(e) lorsque les adoptants divorcent... Abandon N° 2 ... Hélas !

      Cela dit, il y a des réussites, c'est évident. Mais à quel prix ?
      Notre couple n'aurait jamais eu l'abnégation nécessaire à une telle mission.

      Evidemment pour l'instant la famille dont je parle est dans la joie... C'est naturel et légitime.

      Supprimer
  6. J'imagine la joie des parents. J'en suis très heureuse pour eux. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sur la photo que nous avons reçus, ils sont dans la joie en effet....

      Supprimer
  7. Anonyme18/10/15

    bonjour Alain cela me rappelle le plus beau jour de ma vie .il y a 25 ans mon fils est arrivé le jour du 15 Aout venant de coree du sud .il avait 4 mois .Le parcours fut long (10ans ) Tout les ans le jour de son anniversaire je pense a cette femme qui m a fait le plus beau cadeau du monde . je ne la connais pas helas . Adopter un enfant c est l elever comme le sien .
    je m arrete là .car je ne suis pas tres douée pour l ecriture
    brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas douée pour l'écriture ? Il faut juste laisser parler son coeur.... Comme tu le fais là....
      Je comprends bien cette joie de "l'arrivée". Ma compagne et moi l'avons vécu "indirectement". Nous sommes parrain/marraine d'une petite haïtienne, adoptée par des amis. Nous étions à l'aéroport avec eux le jour de l'arrivée. On n'oublie pas ces instants intenses chargés d'émotion.... On a tous pleuré de joie dans le hall de l'aéroport....

      Suivirent des années mélées de bonheur et de difficultés nombreuses.... elle avait 3 ans à son arrivée, et avait vécu bien des traumatismes profonds.... À présent elle bosse dans une ONG et parcours le monde...

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.