mardi 22 décembre 2015

Fêter quoi?

À ce qu'il semblerait, c'est Noël dans quelques jours. Le 25 décembre : jour férié de la République.
Je me suis demandé ce que la République nous invitait à fêter ce jour-là ?
Les jours fériés sont des jours de fête civile ou religieuse, ou commémorant un événement.

Il n'y a pas si longtemps encore le 25 décembre était considéré comme une fête religieuse. On fêtait  la naissance de Jésus-Christ. Ça ne posait guère de problème globalement. La France était catholique ! Il n’est pas si loin ce temps où on chantait : « catholique et français toujours ! »
Depuis quelques années on a assisté à ce glissement vers le concept de : « Fêtes de fin d'année ». A priori la fin d'année commence le 25 décembre et dure jusqu'au 1er janvier. On devrait avoir une semaine entière fériée !

Alors le 25, on fête quoi ? Je veux dire collectivement… puisque collectivement nous subissons une journée obligatoire fériée pour tous (et même chômée-payée).
Je dis bien nous subissons, si j'en crois tous ceux, et ils sont nombreux, (suivez ma souris sur les blogs…), pour qui la Noël, cela les fait ch…. grave ! Avec cette obligation de grande fête, de repas ou on se saoule la gueule et où l'on bouffe jusqu'à en vomir… Et on s’engueulera copieusement, parce que fin bourrés, on va sortir le merdier familial, les vieilles rancunes, les querelles ancestrales, le coup du partage de l’héritage du vieux qu’on n’a pas encore digéré, vu qu’on s’est fait rouler dans la farine d’avoine. 

Donc, on fête quoi ?
Bah rien !
Ce n'est plus considéré comme une fête religieuse. Ce n'est pas considéré comme une fête laïque ou républicaine non plus, c'est considéré comme… comme une occasion de bouffer… et de se faire des cadeaux qu'on revendra le lendemain sur eBay !
C'est pas génial ?
Elle n'est pas belle la vie laïque contemporaine ?

Si nos politiques avaient des couilles, (on sait jamais, on a le droit d’espérer…), ils pourraient transformer cela en journée de la « Fête Républicaine de la Laïcité ». Ça donnerait l'occasion aux catholiques intégristes de la « manif pour tous » de défiler pendant une semaine tous les jours, entre Noël et nouvel an… ça deviendrait : « la manif de Jésus-Christ pour tous » …

*

Et moi ?
Je vais fêter quoi, qui ?

Et bien, je fêterai celui qui demeure un de mes Maîtres en Humanité. Pas celui que des religions ont et continuent de défigurer. Celui qui s’exprime à partir du coeur profond et me fait découvrir les chemins de pacification.
Celui dont il est dit ceci, en substance :

(…)Vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés car il est notre paix, lui qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié,  afin de créer en lui-même un seul homme nouveau, en établissant la paix, et en détruisant  l'inimitié. Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près.
Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens dans sa Maison et lui-même en étant la pierre angulaire. En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être  une habitation de Dieu en Esprit.(…)

Emile Gilioli - Email sur cuivre
Ce condensé d’extrait de la bible, me parle depuis des temps lointains et demeure. 
L’habitation est intérieure, mais elle n’est personnelle que par le partage avec d’autres. Elle n’est Paix que par l’assainissement des diviseurs qui sont aussi en nous, imprégnés certes, mais expulsables puisque rien n’est à espérer de bon du Diviseur. Elle n’est Paix que par pardon et réconciliation manifestée.

Ce sera donc le fête de « la Paix Universelle », dans son expression laïque, et de la « Paix spirituelle » dans son expression mystique (non religieuse).
Cette Paix promise « aux hommes de bonne volonté ».
En ce qui me concerne, promesse tenue par celui qui avait promis. À lui ma gratitude à jamais.

Alors, il n’y aura pas de grande bouffe chez moi au réveillon de Noël. Un repas festif, mais simple.

Le lendemain, invité chez d’autres, je sais qu’il faudra « sacrifier » à des traditions ordinaires, mais ce ne sera pas de mon fait.

12 commentaires:

  1. Charlotte22/12/15

    Flut mon message s'est effacé: je recommence
    Je disais donc que je ne me retrouvais pas dans la première partie de ton texte. Car pour moi la fête de Noël a été toujours très importante pour moi enfant je l'attendais avec impatience surtout pour la magie que mes parents savaient y conférer. Cela commençait par une messe de minuit durant laquelle les chants de la chorale me faisaient déjà frissonner d'émotion . Ah "Le minuit chrétien"
    me mettait en transe sans parler du curé, grand ami de mon père qui disait la messe et qui venait souvent à la maison et dans les bras duquel nous, les enfants, nous précipitions.
    Ma mère avait l'art de la décoration pour la table et le sapin. C'était vraiment la fête. C'est sans doute pour cela que nous aimons tous cette fête...
    Je préfère nettement la deuxième partie de ton texte même si maintenant je suis beaucoup moins pratiquante. Cette année je n'irai pas à la messe mais j'irai plutôt à l'hôpital faire communion avec des malades qui à chaque fois me donnent tant de bonnes paroles en partage.
    Mes enfants et petits enfants viendront chez nous et c'est ma plus grande joie. Le dîner sera bon et j'espère que tout le monde sera content de ses cadeaux.
    Bonne fête à toi et ta famille.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas du tout de bons souvenirs des Noel de mon enfance: ma mère dépressive nous gâchait systématiquement la "fête". Cette ambiance pesante m'est restée longtemps, il m'en reste quelque chose maintenant, alors que mère à mon tour, j'ai toujours veillé à ne pas reproduire cette ambiance si mortifère, où on disait ce qu'on ne faisait pas...

    Je déteste de voir tous ces pères Noel dans les vitrines des commerçants, et partout d'ailleurs. Je déplore qu'on ait pu à ce point ôter sa substance à cette fête qui veut quand même dire autre chose: la Nativité, une nouvelle naissance, si on veut se laisser habiter par elle

    Bonne fête à toi et aux tiens

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part je suis très circonspect vis à vis de cette "fête" traditionnelle largement accaparée par ses dimensions mercantiles. Enfant j'aimais beaucoup mais en grandissant j'ai trouvé ces festivités de plus en plus… anachroniques. D'un côté ces retrouvailles familiales me sont un peu pesantes par leur côté "obligatoire", de l'autre il me semblerait dommage que cette occasion n'existe plus.

    Je ne serais pas contre quelque chose de beaucoup plus sobre…

    Personnellement la dimension religieuse a totalement disparue, hormis comme motif de dérision avec frère et soeurs quand on se remémore toutes ces messes qu'on a dû se taper, quand on était gamins, plutôt que de passer la soirée à rigoler et manger des papillotes.

    La fête de la paix ça me va...

    RépondreSupprimer

  4. J'aime beaucoup le paragraphe où tu parles de la maison intérieure, et cette phrase: "Elle n’est Paix que par pardon et réconciliation manifestée", peut être parce que ces deux derniers mois, j'ai senti en moi ce que tu nommes le "Diviseur".

    Noël, depuis quelques années est devenu pour nous l'occasion de nous entourer des personnes que nous apprécions, et n'est plus, indépendamment de notre volonté consacré uniquement à la famille.

    De mon enfance, je garde un souvenir mitigé de Noël... d'être au moins un peu gâtée ce jour là, au moins ce jour là, donc j'y mettais beaucoup d'espérance...
    quelques fois déçues...


    Cette année, j'ai eu beaucoup de mal à me mettre dans l'ambiance de Noël.
    Mais pour moi Noël, c'est l'amour et c'est l'occasion plus que jamais de dire à ceux qui me sont chers que je les aime.

    Moi aussi la fête de la paix ça me va.

    Je te souhaite un joyeux Noël.

    RépondreSupprimer
  5. Retrouver son enfance me semble la seule chose signifiante de cette fête qui agite tout le monde en tous sens.
    L’odeur des vrais sapins, des mandarines, l’émerveillement de la neige, des étoiles, la messe de minuit et sa crèche vivante, les treize desserts, les « trois messes basses de Daudet », les santons de Provence, les cadeaux simples que nous trouvions dans nos pantoufles, les papillotes…tout ce que j’aimais quand j’étais petite, il me faut fermer les yeux très fort et faire un gros effort pour le retrouver dans cet amoncellement de clinquant et de dérisoire, ces excès d'agapes et surtout ces tensions que vivent presque toutes les familles, dont Noël est un énorme révélateur. Les mal-êtres des gens seuls. Les détresses, les jalousies, les "compétitions" entre grands-parents à ceux qui gâteront le plus les petits-enfants. J’ai la chance d’avoir construit un vaisseau solide, et nous nous retrouverons tous ensemble pour fêter simplement la joie d'être ensemble et l’amour qui nous relie Et surtout l’authenticité. Sans excès et dans le partage.
    Joyeux Noël mon Babar.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme24/12/15

    Pour ma part, si tant est que cela intéresse quelqu’un, mais comme j’ai vu de la lumière, je suis rentrée… la réponse est tout simplement là : « Le royaume de Dieu est en toi et autour de toi, pas dans les palais de bois et de pierre : fend le morceau de bois et je suis là, soulève la pierre et tu me trouveras ».
    Pas de gloses, d’exégèses et d’interprétations. Le Tout est présent dans cette simple phrase.

    Célébrer la Nativité, c’est essayer d’atteindre l’agapè par Philia et sans faire ripaille…

    Jourdejoie

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme24/12/15

    J'aime les cantiques de Noël qui parlent de la venue au monde d'un porteur de lumière. Je les écoute avec le cœur et une Joie monte d'elle-même du plus profond, comme une bulle du fond de l'eau.
    Merci pour la citation Alain, tellement d'actualité : "celui qui a renversé le mur de séparation". kéa

    RépondreSupprimer
  8. MERCI À CHACUNE ET CHACUN POUR VOS COMMENTAIRES !

    En espérant que Noël fut à la mesure de vos désirs et de vos attentes.....
    Que vos coeurs soient réchauffés par le soleil d'été, subrepticement revenu nous dire que la Lumière a gagné définitivement....
    Et vive les Temps Nouveaux et le Nouveau Dicton :
    - Noël au balcon, Pâques en caleçon !

    (on va faire des économies de chauffage...)

    RépondreSupprimer
  9. Un peu comme toi, je fête le même que toi sans les apparats folkloriques ni les explications alambiquées de l'Eglise. J'ai la foi, mais ne pratique rien du tout sauf quand ça me chante, ce qui est le seul moment qui vaille. J'ai fêté l'amour au grand sens du terme, et l'ai senti voleter contre mes tempes, et tout est bien ainsi!

    Bonne année également, AlainX :)

    RépondreSupprimer
  10. J'apprécie ton article... En ce qui me concerne, égoïstement, quand il y avait des brouilles familiales (ou des froids, ou des périodes down dira-t-on) noël ne se fêtait pas... Ce n'est que depuis quelques années que les choses se normalisent. On a adopté le tirage au sort du cadeau à offrir à une personne, quitte à offrir plus aux proches. Alors pour le sens de noël, à défaut de fête religieuse (si on ne croit pas ou plus ou on ne sait pas à très bien à qui), on (ou je) peut se rabattre sur le sens disons oui, de la paix, de l'amour, de la fraternité, de la bonne volonté, bref, des bons sentiments. J'ai beaucoup plus de mal avec le nouvel-an, le premier janvier étant le jour bête par excellence, que j'ai toujours beaucoup de mal à tuer. Manque de pot, il y a un dimanche qui suit... Enfin bon, lundi, la vie normale recommence, mais qu'est-ce que la vie normale ?

    Une bonne année 2016 - la meilleure possible - bien que c'est vrai, par moments, je me dis, mince, le 7 janvier, on avait déjà Charlie Hebdo qui nous tombait dessus...

    RépondreSupprimer
  11. J'ai également plus de mal à être joyeuse à Noël, et en même temps l'impression de cracher dans la soupe : mes enfants étaient avec moi, ainsi que mes parents d'un certains âge mais alertes et ensemble à nous accueillir.
    J'ai un toit, du chauffage, à manger dans mon assiette, je suis en sécurité.
    Et je suis là à me poser des questions existentielles et visiblement pas la seule, peut-être devrais-je arrêter de réfléchir et vivre l'instant, savourer pleinement.
    Qu'en pensez-vous ??? (et cela vaut pour le 31 décembre et le 1er de l'an)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que pour savourer l'instant, il faut qu'il fasse "sens" pour soi .....
      Elle est peut-être lors de la difficulté des fêtes de fin d'année... Un certain manque de sens....
      Faire la fête pour faire la fête, c'est sympa !…… Mais ça ne va pas bien loin…

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.