Accueil

mardi 23 août 2016

Portrait - Valériane






Il y a longtemps que je n’avais pas déposé ici un des « portraits-souvenirs » que j’écris parfois….






Valériane

Je l'ai revue il y a peu encore, mais à chaque fois c'est comme hier. Valériane a toujours cette voix de cristal qui vous pénètre lorsqu'elle parle et vient vous rafraîchir l'âme comme une eau pure et glacée descendant en cascade des montagnes enneigées.

Lorsqu'elle est entrée dans le salon, elle a évoqué les temps anciens, mais le canapé où l'on s'affalait n'est plus là. Cela m'a étonné que ce soient ses premières paroles, car j'avais la pensée identique à la sienne en cet instant. Ainsi donc elle n'avait pas oublié. N'allez pas imaginer quoi que ce soit de passionnel ou de sulfureux, même si ce fut le canapé de l'intimité, des échanges les plus denses, des paroles qui vous envahissent comme une caresse infiniment tendre. Valériane, ce fut l'amie du coeur de jeunesse. Valériane, ce fut l'amour chaste, celui dont on sait qu'il ne faut pas y toucher, au risque de le perdre.

Elle est femme de pure transparence. Elle s'émerveille d'un rien, d'un ordinaire comme si c'était la chose la plus rarissime au monde. Avec elle tout prend la densité de la légèreté importante. Elle sait rendre précieux l'insignifiant, magnifier le banal.Son visage est né de la douceur d'un sourire, il ne peut en être autrement. Je voyais ce sourire transparaître dans les longues lettres qu'elle m'écrivait, me confiant avec des mots simples le coeur limpide qui illuminait ses yeux et me tirait de douces larmes d'émotion artistique à contempler en pensée l'intense beauté de toute sa personne.

Je fus le confident de ses intimes secrets, de ses pensées intègres, de l'opalescence de ses réflexions à la fois simples et denses. Valériane est une femme ordinaire, profonde, au coeur d'un monde aux allures factices de l'hypocrisie accoutumée. Elle est comme un paradoxe de naturel dans l'univers surfait qui est son quotidien.

C'est cela sans doute qui fait mon admiration profonde. Cette capacité qu'elle a de demeurer vertueuse dans un monde désordonné.

10 commentaires:

  1. Un merveilleux portrait. Tu en parles si bien que les larmes me sont montées aux yeux.
    Et dans certaines phrases, si je ne craignais de paraître insupportablement présomptueuse, j'oserais dire que je me reconnais quelques points communs avec elle. ;-)
    Notamment Elle s'émerveille d'un rien, d'un ordinaire comme si c'était la chose la plus rarissime au monde. Avec elle tout prend la densité de la légèreté importante. Elle sait rendre précieux l'insignifiant, magnifier le banal.
    Merci pour cette page de pure transparence
    Kisses
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends bien que tu puisses te projeter dans cette phrase !
      Présomptueux à mon tour, je dirais que j'aime ce portrait qui m'est venue "comme ça", et rend hommage à cette femme "ordinaire".
      Sans doute que tout est question de regard porté....
      Bises... ordinaires...!

      Supprimer

  2. c'est un beau portrait, du quel se dégage beaucoup de douceur, et que tu peins d'ailleurs de tes mots avec beaucoup de douceur... cette femme que tu décris avec grâce me fait penser à une personne importante de mon entourage que je connais depuis que je suis toute petite.
    C'est un bel hommage que tu lui fais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Peut-être que cela rejoint un de ces aspects universels dans l'être humain...
      Les gens gais et qui s'émerveillent sans ostentation, sans artifice, avec un "naturel originel" nous font du bien.
      Comment ne pas rendre hommage....

      Supprimer
  3. Charlotte25/8/16

    Tu as vraiment de bons ami(e)s. Envoie lui ce que tu as écrit sur elle. Elle sera touchée et heureuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila une bonne idée, en effet.....

      Supprimer
  4. Nous ne connaissons pas cette Valériane-l'heureuse mais tu nous la rends si fraiche qu'on sait que tu as de la chance de la connaître et de ne pas avoir succombé à l'illusion de l'amour alors que c'était amour bel et bien mais d'une autre nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est que mon regard…
      quelqu'un d'autre la verrait peut-être totalement autrement…

      Supprimer
  5. Un beau portait. J'aurais aimé connaître Valériane.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle fut pour moi de celles que l'on n'oublie pas…

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.