Accueil

mercredi 10 août 2016

Qui a dit nostalgie ?




Peut-être une sorte de déception qui n'ose pas s'avouer. Quelque chose qui surgit quand on ne l'attend pas.
C’est arrivé en consultant le répertoire des photos du vieux Mac portable que j'emporte ici à la mer. Des photos d'il y a 10 − 12 ans. Vacances. Fêtes de famille. Scans de photos anciennes. Évocation de moments du passé heureux.
Alors bien sûr il y a toujours un peu de nostalgie dans ces cas-là. Mais si cela s'accompagne d'une sorte de « c’était mieux en ce temps-là », alors cela m'inquiète…
Car ce n’était pas mieux, c’était autre….
C’est juste le signe qu’ « aujourd’hui » n’est pas à la hauteur de mes attentes. Je parle de ce 10 août pas plus, pas moins.

J'ai appris à me méfier de mes attentes, du genre : — ce sera bien demain, dans 8 jours, dans 2 ans, dans 10 ans,  il y aura ceci, cela, on fera ci et ça…
Et puis le réel se passe forcément toujours autrement.
J’ai trop vécu à une certaine époque de ma vie dans la projection sur un avenir qui allait nécessairement être meilleur que le jour qui passe.
Puisque « demain on rase gratis » attendons donc demain. C'est ainsi que l'on finit avec une barbe jusqu'au nombril… Alors que l'on rêve d'être imberbe.

Malheureusement, le piège de l'attente est toujours prêt à se réouvrir.
J'avais projeté ce séjour estival en bord de mer comme un temps heureux, chaud et ensoleillé, goûtant à la fois les joies de la lumière, la douceur de la bise marine, la contemplation de l'immensité, la méditation nourrissante. Ce serait faire des provisions pour les journées plus courtes et l'automne qui viendra.
Or, globalement le temps est pourri ! Et même si le ciel est bleu depuis 48 heures, le vent du Nord est quasiment glacial. On se croirait en novembre, hormis la durée du jour…
Je ne suis pas dupe des aléas du climat en bord de la Manche. Cela fait quand même 30 ans que je le connais. J'ai donc toujours des solutions de secours en intérieur, avec des amis, etc. seulement, le hasard du calendrier de chacun fait qu'il n'y a guère de monde à voir en ce moment. 

Donc voila — ce constat fait, il est temps de revenir à une attitude proactive ! 

J’ai quand même quelques projets d’écriture sur le grill !
Et en attendant le retour d’un temps plus clément ( — soit dit au passage j’envie un peu les « valides » qui peuvent marcher et courir et sur la plage, comme le fait ma compagne d’ailleurs, sans être gelés comme on l’est dans un fauteuil roulant, même bien couvert !! — ) je n’ai plus qu’à ressortir mon projet de 4ème bouquin !! Sans attendre l’automne propice aux écritures en chambre….

Quant au 3ème bouquin, il est en phase de relecture finale avant édition ….

Allez zou !!
Foin de nostalgie dégoulinante ! 
Au turbin !!

————————


(en attendant, une tite photo de 2008, au temps où certaines prenaient leur pied !!)

Photo AlainX

13 commentaires:

  1. J'aime ton texte tout dégoulinant de vérité et de sagesse. Sagesse dans le sens, où il faut voir les choses comme elles sont et non comme elles devraient être ou on aimerait qu'elles soient. Oui le regard vers l'arrière est toujours nostalgique quand on a le présent devant soi qui nous blesse et qu'on se prenne alors à rêver du passé, comme si le passé était tout beau tout rose. Mais il est vrai, que chaque être humain est un cas particulier. Le comble, c'est de voir des gens pétant la santé et roulant sur du fric et se trouvant malheureux quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est souvent une erreur commune ce : "c'était mieux avant". Peut-être une erreur nécessaire ? Faisant oublier nos épreuves passées ? Or, ce qui est en notre pouvoir (relatif) c'est la bonne (voire la saine) gestion du présent, du réel existant maintenant.
      Quant aux personnes que tu cites à la fin, elles sont la démonstration que posséder n'apporte aucun bonheur durable. Juste la piètre satisfaction "d'avoir" ....insatiable dévoreuse du vrai Désir.
      Le bonheur est dans le don.... autrement dit dans la dépossession.

      Dans mon métier d'aidant, les personnes les plus "malheureuses psychologiquement" étaient souvent les plus fortunées, celles dont on dit "qu'elles ont tout pour être heureuses" .... Cela en dit long sur notre course effrénée et délirante vers la Sainte Croissance et le "toujours plus" comme critère de réussite d'une Société et tromperie permanente quant à la plénitude d'existence.....

      Supprimer
  2. gazou10/8/16

    Non, ce n'était pas mieux avant, c'était simplement autrement, je suis bien d'accord
    Et moi aussi je me méfie de mes attentes : la réalité est si rarement comme on la rêve, comme on l'attend...mais dans cet imprévu qui nous vient, qui nous tombe dessus...si nous l'acceptons, nous pouvons constater qu'il recèle parfois des trésors inattendus et qu'il serait bien dommage de ne pas savoir les voir...parce que nous sommes figés dans nos attentes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça !
      Passer coté de sa vie à cause de nos attentes....
      Comme Vladimir et Estragon dans "En attendant Godot", qui ne font RIEN, attendent et attendront toujours celui qui doit apporter LE Changement : Godot !! Qui ne viendra jamais...

      Supprimer
  3. "revenir à une attitude proactive !"
    C'est ce que j'admire en toi, ton attitude résolument positive
    Quant à ton 3ème manuscrit, moi qui l'ai lu et reludeux fos déjà, je peux dévoiler qu'il est passionnant!
    Je le relis une fois encore (la 3ème!!!). C'est fou comme quelques fautes sont restées. C'est donc une relecture très très méticuleuse que je fais, pour mon plaisir, rassure-toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'essaye d'adopter cette manière de faire et d'être, c'est que c'est simplement plus satisfactoire que se lamenter sans cesse que "rien ne va"....
      je suis plutôt un adepte de "la vie bonne" comme disent certains philosophe.... Et plutôt que philosopher sur le concept.... je choisis de le vivre.... Surtout pour les années qui ne restent à vivre... je vais pas me faire ch.... avec "tout ce qui va pas dans le monde", ailleurs et dans les autres Univers !!
      :-)
      ------
      Et bien sûr je te renouvelle un Grand MERCI pour tes relectures attentives.....
      Tu n'as peut être plus qu'un oeil... mais c'est le bon !!!

      Supprimer
  4. Oui, c'est peut-être ce qu'il y a de mieux à faire, dans cet océan aussi mouvementé que la mer du Nord... Ou la Manche (de quelque côté des Caps que l'on se trouve o;) c'est d'écrire... Pour notre bonheur et pour le tien.

    Tiens, je me suis fait la réflexion qu'un petit marathon d'écriture me plairait... (Position très égoïste). En attendant, si tu es encore en vacances, les meilleures vacances possibles (en pull à col roulé o;))) (Hier matin, à Bruxelles, il y avait 11°, on retourne vers deux ou trois jours chauds, mais après le 15 août, en général, ça redescend). Enfin, bon, c'est plutôt le toboggan, depuis début juillet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Pivoine, tu sais que j'anime régulièrement un "marathon d'écriture" sur internet ! Le prochain sera sans doute à l'automne ! Ce serait un honneur de t'y voir !!

      Oui, je suis encore en vacances, face ce matin à une mer grise et un ciel bas... Mais le gros avantage c'est qu'il y a quand même un petit vent froid délicieusement piquant !!
      On va aller se consoler avec une amie au resto !!

      Supprimer
  5. Oui, on se connaît depuis longtemps. J'ai atterri sur canalblog à peu près à cette période, en août - septembre 2006... Eh bien voilà, cela fait dix ans ! Et j'allais souvent en Côte d'Opale, grâce aux bons Flair l'Hebdo (o; un journal que je trouve pourtant nul de chez nul...)

    RépondreSupprimer
  6. Charlotte11/8/16

    Je suis à Audresselles . Tu connais?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un bon ch'ti qui ne connaitrait pas Audresselles, c'est comme un Bruxellois qui connaitrait pas l'Atomium !!
      :-)

      Supprimer
  7. J'aurais bien aimé lire ton manuscrit pour corriger les fautes moi aussi...
    mais ce serait pour le plaisir, et je ne dirai pas que c'était mieux avant, quand j'étais le stylo rouge à la main à longueur de temps, j'en ai trop bavé des copies à corriger.
    J'aime ton billet, surtout quand tu parles de gestion du présent...et de dépossession (j'ai lu aussi les commentaires)
    Mon bonheur présent: te lire et me dire que j'aime ça quand tu te secoues les puces.
    Et la photo...wouaou ! quand j'arriverai à faire ça...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même un travail fastidieux de relire !!
      Je ne peux qu'admirer celle qui le fait ! (qui témoigne plus haut !!)
      -------
      Et si je peux concourir à un peu de ton bonheur.... cela fait le mien !

      Quant au présent, il contient tout : notre histoire passée et nos désirs d'être encore demain.
      Percevoir cela c'est se déposséder de ce qui ne nous appartient pas.
      Passager provisoire, trajectoire éphémère, étoile filante dans la nuit sidérale, nous somme bien peu....
      Et cependant nous sommes tellement.....

      ---------
      La photo ? Faut juste appuyer au bon moment !!

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.