Accueil

mardi 14 mars 2017

Pendant la pause, l’écriture continue.

La lecture aussi.
J’ai reçu ces derniers temps plusieurs ouvrages écrits par des personnes que je connais et qui ont eu recours à l'auto édition, ou à de petits éditeurs, pour des tirages limités à un cercle restreint.
Ce sont des livres de témoignages, de cheminement spirituel, d'aventures singulières, bien loin de tout ce que le monde ambiant porte au pinacle actuellement ou voue aux gémonies. Ce qui d'une certaine manière revient quelque peu au même…

Deux de ces livres m'ont fait un bien profond. Ils me donnent à lire les réalités vraies de l'expérience humaine exposée dans sa réalité et même sa brutalité. En ce sens ils sont, à mes yeux, particulièrement personnalisant.
Ces deux ouvrages, très différents l'un de l'autre, l’un est écrit par un homme, l'autre par une femme, sont les fruits de réflexions longuement mûries et tirées d'une expérience vécue.

Ils m’ont fait un bien profond. Je me répète.
Probablement aussi parce que je connais les personnes dont il s'agit et que je sais que leur écriture n'est pas « du baratin », comme on en voit en dans ces « livres prêcheurs » des syncrétistes à la mode et à la lumière éteinte, bourrés de recettes et de bons conseils, élaborés par des personnes dont l'ordinaire de la vie n'a rien à voir avec ce qu'ils écrivent. Je sais aussi de quoi je parle vis-à-vis de certaines « célébrités »… par égard pour eux/elles, et à leur bêtise inconsciente, je ne donnerai pas de noms.
 « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », a encore un bel avenir… et pas que dans le monde vérolé des politiques actuels.

Ces deux ouvrages m’ont fait beaucoup de bien. Lequel ?
Ils me font descendre, redescendre, vers les profondeurs les plus lumineuses de ma personne ; les zones les plus denses de mon roc d'existence ; vers ma perception la plus heureuse qui puisse exister : celle du creusement du sillon fécond de l'existence humaine.
Dans leurs écrits, je me retrouve, alors que l'expérience est absolument différente de la mienne, pour ne pas dire à l’opposé, parfois.

Il ne faudrait pas penser que tout cela correspond en moi à je ne sais quelle allégresse délirante échevelée. Au cœur même de ces profondeurs, c'est un certain sentiment de gravité qui m'habite. 
. Gravité au sens d'un sérieux intense, de ce qui ne peut être considéré avec légèreté.
. Gravité mêlée aussi de l’autre sens de ce mot, c'est-à-dire de certaines caractéristiques dangereuses de nos sociétés actuelles, qui ont blessé bien des gens et laissé des séquelles invalidantes de la pensée, du corps et des comportements.

Il ne faudrait pas penser que tout cela correspond en moi a une forme de désespérance. Je demeure avec l'imprégnation viscérale dans tout mon corps et tout mon être des extraordinaires possibilités humaines, largement sous-employées, qui offrent toujours, à chaque instant, la possibilité de revenir dans la lumière et de quitter les ténèbres dans lesquelles certains/certaines prennent un intense plaisir à tenter de nous plonger.



Photo AlainX

18 commentaires:

  1. Très jolie photo, symbolique... aller vers la lumière...
    Ni désespérance, ni gravité...
    Ravie de te lire à nouveau, Alain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots.
      Tout être vivant recherche la lumière.
      les poissons et autres petites bestioles qui vivent dans les abysses des océans la créent eux-mêmes…

      Supprimer
  2. Coucou Alain. J'aime cette photo également, ces fleurs qui sortent de l'ombre pour aller vers la lumière. Un chemin qui nécessite du courage et de l'abnégation car il comporte des embûches mais pour aller vers un mieux. Contente de ton retour parmi nous. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un chemin largement aussi rempli de joie et de plénitude…
      sinon ça ne vaut pas du tout la peine de l'emprunter !

      Supprimer
  3. On aimerait connaître les livres qui t'ont fait tant de bien...
    Et aussi les noms de ces syncrétistes crétins qu'il faut éviter...
    Bref, beaucoup de lumière dans ce billet mais aussi un léger flou. (Artistique sans doute, et voulu)
    Je t'embrasse fort
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des livres à diffusion confidentielle. Il faudra se contenter de ce que j'en dis.
      Quant au syncrétistes crétins… tu as suffisamment de finesse et d'intelligence pour faire facilement le tri au rayon « développement personnel » que toute librairie se doit de disposer pour vendre.

      Il est possible en effet que je devienne un écrivant flou…
      je t'embrasse tout aussi fort.

      Supprimer
  4. Sortir de l'ombre...
    Cela doit être un déchirement, car... l'ombre est protectrice. (Je ne fais pas l'apologie de l'ombre, tu le sais bien.)
    Se mettre dans la lumière, cruelle lumière qui déchire les pupilles, est un acte d'abnégation, ou suicidaire, selon...
    Ces "célébrités" savent certainement quelque chose à ce sujet, si elles ont un tant soit peu d'honnêteté.
    Cela me réjouis de te relire dans cette dimension.
    Au plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ombre est certainement protectrice. Mais de quoi ?
      Se mettre dans la lumière suppose de s'exposer. Pas de de sur-exposer, comme c'est e cas parfois.
      Correctement dosé on évite les mélanomes… psychologiques…
      Or beaucoup d'enfants ont été surexposés dans l'enfance… au regard de problématiques aveuglantes qui ne les regardaient pas et/ou dont ils furent victimes…
      c'est aussi un plaisir de te revoir chez moi.

      Supprimer
  5. merci cher Alain, d'avoir repris ta plume pour nous donner ce billet qui touche le plus profond en moi!
    Quant à moi, je choisis mes lectures avec attention: je désire qu'elles me fassent du bien, j'en ai besoin: j'aime être touchée au coeur de mon humanité la plus profonde, par des gens qui savent ce que espérer veut dire, j'aime donc repartir avec l'Espérance au coeur, donnée par des mots vécus et pourtant parfois si simples
    Merci à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout à fait raison.
      Cultiver des relations (« concrète » ou par lecture, film ou autre…) me semble être un impératif de bonne santé psychologique, et une thérapeutique efficace…
      En stage, je disais souvent : il n'y a pas que les maladies qui sont contagieuses… les personnes en bonne santé peuvent aussi nous transmettre bien des bonnes choses. (de bonnes ondes, comme on dit aujourd'hui...)
      Il n'y a qu'une seule condition : accepter de les recevoir. Car, il peut arriver que même les bonnes ondes soient dérangeantes de nos petites habitudes et de nos petites névroses que nous avons tous…

      Comme tu dis : « l'espérance au cœur ». L'espérance n'est jamais pour plus tard. Elle est une réalité vivante dans le cœur à l'instant même. Ou alors elle n'est pas… dans ce cas elle ne s'appelle pas espérance, mais rêverie et fuite du réel tel qu'il est. Certes, on a le droit de fuir… mais il faut courir vite et c'est quand même épuisant à la longue…
      Merci de ton commentaire.

      Supprimer
  6. Depuis ma page facebook je suis du coin de l'oeil les pages de gens -et j'avoue je m'amuse et m'ébaubis un peu aussi- qui font partie de ces nouveaux gourous qui se font fort de nous apprendre à vivre "mieux" en "toute conscience" à grand renfort de chamanisme, de méditation trans-machinchose, d'hypnose quantique (je ne remets nullement en cause l'efficacité de ces méthodes mais plutôt la manière dont les praticiens les vivent et les vendent). Si certains me semblent sérieux et dénués d'intentions mercantiles, d'autres par contre sont en plein délire égotique. Parfois je me demande s'ils se relisent? Et je ne cesse de m'étonner que leurs âneries ne leur sautent pas à la figure. Il y a là une forme d'inconscience presque enfantine, et de toutes évidences beaucoup CROIENT aux énormités qu'ils pondent. J'espère que les personnes qui viennent chercher de l'aide chez ces gens en trouvent en dépit des effets de manches et qu'elles ne repartent pas plus cassées qu'avant.

    Pour le reste je me sens en résonance comme souvent avec ton ressenti, le bien-être que tu ressens après avoir lu ces ouvrages. Il y a un "truc" à l'intérieur de moi qui a juste envie de se pelotonner contre le "truc" à l'intérieur de toi, comme un vieux chien près d'un ami."Allégresse délirante" non pas, mais comme un flot de lumière/félicité d'une terrible douceur qui "remonterait", s'insinuerai partout, dans chaque atome, et vous ferait soudain rayonner? Tu vas rire quand cela m'arrive je me surprends à regarder mon entourage de peur qu'ils voient la lumière transpirer à travers ma peau, comme la lumière d'une ampoule à travers un chapeau de lampe! Oui je sais, je travaille un peu du chapeau (de lampe) ^^

    Ceci dit je suis heureuse de te lire. N'éteint pas en partant s'il te plait :)



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh désirée... c'est exactement ça!
      tu sais quoi? nous avons de la chance d'avoir "rencontré" notre ami Alainx. Je le lis avec une immense Gratitude qui dilate les zones vivantes en moi...
      Au passage, je t'embrasse

      Supprimer
    2. Je t'embrasse aussi Coumie prends soin de toi :)

      Supprimer
    3. Pour ce qui est de ces charlatans de toutes obédiences, hélas, ils sont quand même nombreux ceux qui, sous couvert d'aide, exploitent le psychisme de personnes en grande difficulté. J'ai eu malheureusement bien souvent l'occasion de constater par moi-même certains dégâts destructeurs. J'ai même été appelé à faire un signalement auprès de la justice.

      Ton deuxième paragraphe me touche beaucoup.
      Je perçois bien ce que tu exprimes de cette lumière. En ayant moi-même bénéficié par mes « maîtres », je les appelais parfois « mes allumeurs de réverbère » (allusion au Petit Prince… mais pas dans le sens que Saint-Exupéry met dans cet épisode… simplement parce que l'expression plaisait bien au pale réverbère que je suis……)

      Supprimer
  7. Cela me rappelle un commentaire assez récent que tu avais mis sous une citation que j'avais publiée sur mon blog, une citation de Paulo Coelho, et tu n'avais pas été tendre avec lui. Je comprends maintenant pourquoi, j'ai saisi le sens de tes mots, et ton billet me le souligne encore davantage (ainsi que certains commentaires).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que ce petit personnage n'est pas ma tasse de thé...
      En effet, je me souviens très bien de mon commentaire. J'avais même hésité…
      que tu comprennes mieux ce qu'il y avait « derrière » ne peut que me réjouir. D'autant que tu es une vraie personne en vraie recherche de sens… ce que j'apprécie chez toi.

      Supprimer
  8. Ah, le culte du malheur a de vilains jours devant lui, véhiculé qu'il est par des gourous qui nous serinent que nous allons mal et qu'ils ont les recettes qui vont nous soigner!
    Je préfère les pas gourous du tout qui font rayonner leur positivité, évidemment lumineuse, et qui nous disent: "voilà, j'ai tenté ces recettes-là, elles ont fonctionné pour moi, tu as les tiennes en toi, il faut juste que tu les trouves, mais pour cela, encore faut-il les chercher, et oser les appliquer... Au moins essayer!"
    C'est bon de te relire!


    ps Depuis ton début de pause, je ne reçois plus de notification...?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a toujours des gens qui prennent un malin plaisir à prédire les pires choses… une manière d'attirer l'attention sur eux, en venant nous titiller le cerveau reptilien ! ( Où vivent tapies dans l'ombre nos peurs ancestrales…).

      J'aime bien comment tu vois les choses sur l'incitation à ce que chacun trouve sa propre créativité par une sorte d'émulation plus ou moins collective. Certains groupes travaillent comme ça, où chacun vient partager aux autres son propre projet, et la dynamique des autres l'aide à avancer dans son chemin à lui.

      Pour ce qui est des notifications ?? je ne sais que te dire… je n'ai rien touché aux paramètres de mon blog.
      Peut-être t'inscrire ou te réinscrire À la liste de diffusion ? ( voir dans la marge droite)

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.