Accueil

mercredi 3 mai 2017

Érections présidentielles.

En ce moment, dans les bureaux de vote, on s'apprête à commencer l'érection des isoloirs…

Alors comme ça il paraît « qu'on » ne parle pas assez sur les blogs des élections présidentielles ?
Mais pour dire quoi !
Cela fait des semaines que l'on entend globalement toujours plus de la même chose.

Pour ma part mon choix est fait depuis déjà un petit moment.
Vous voulez savoir ? Eh bien, interrogez dimanche mon isoloir et vous saurez tout.

En attendant, je vous propose de vous mettre en marche pour une petite promenade photographique et bidouille (*)

(*) comme en politique...


Photo AlainX
Il est une mouette calme et rieuse sur le lac aux miroirs (aux alouettes ?)

Photo/bidouille AlainX

Elle pourrait se retrouver dans une mer bleu marine glauque et tempétueuse.


Photo AlainX

Elles sont golfeuses sur le green verdoyant 

Photo/bidouille AlainX

Ça pourrait finir en plein marécage...






21 commentaires:

  1. Comme quoi, la réalité peut être facilement déformée. Les politiques le savent bien... :-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qu'est ce que la réalité ?
      :-)

      Supprimer
  2. Pour ma part, sur des sujets de société j'apprécie de lire des opinions personnelles, dans laquelle je trouve la coloration de la subjectivité individuelle, et finalement quelque chose d'intime. C'est pourquoi je cherche les traces de cet "autre chose", qui change du « toujours plus de la même chose ».
    J'avoue être un peu frustré :)

    D'un autre côté je comprends tout à fait l'envie de se tenir loin de tout ça. Cela m'arrive aussi, selon les périodes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon envie est de me tenir éloigné des débats stériles.
      L'intime de moi je l'exprime souvent ici "en direct", en essayant d'être authentique, ce qui ne veut pas dire monolithique.

      Supprimer
  3. Eh bien moi aussi, je sais comment je vais voter ...ce n'est pas le débat qui a changé mon point de vue.
    Et mon isoloir en aura des choses à raconter !
    Sinon, je voulais te dire que j'adore tes mouettes. Oui, je sais, je manque totalement d'objectivité. <3
    ¸¸.•*¨*• ⭐️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas regardé ce débat. Je m'en félicite en entendant les commentaires des radios et autres sur cette escroquerie intellectuelle et politique mise en scène pas la malfaisante Le Pen.
      Nous avons choisi de louer une vidéo sur la TV : "Julieta" d'Almodovar. Film prenant sur les ravages de la culpabilité qui risque de vaincre l'amour véritable et aboutissent à la désunion, source de malheurs. Un petit chef-d'œuvre.
      On n'est pas si éloigné du débat politique finalement, de la déstructuration d'une nation comme objectif politique pour favoriser le clan familial despotique des Le Pen, en roulant les plus faibles dans la farine, en les trompant délibérément....
      Le miroir aux alouettes des mensonges les plus honteux et la haine affichée (si j'ai bien compris les commentaires du débat et les propos de la gorgone blonde), tout cela en espérant que ça porte au pouvoir.
      Avec dans l'inconscient une comportement de perdante, signe des défaillances psychiques sous-jascentes.
      Mais, ayant déjà globalement décelé tout cela, je n'allais pas me polluer l'âme à côtoyer, même télévisuellement, un personne malsaine et néfaste. Faut pas se laisser salir à ce point.
      Madame le Pen a mis le débat politique au niveau le plus bas jamais atteint. Pour avoir ce comportement il faut largement être nulle soi-même ...
      C'es infiniment triste au final. Indigne de la belle nation que nous sommes dans la réalité.

      Supprimer
  4. L'art de détourner les images, les mots et les idées...
    Bravo, tu maîtrises les rouages de la communication !
    Tu te présentes quand ?! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me présente à ton suffrage.....
      ;-)

      Supprimer
  5. Je te le confirme, tu as tout saisi du débat. Qui a eu le mérite de me donner une vision plus précise des "gentils" gens que je connais qui soutiennent la virago.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mon entourage, j'en connais qui vont voter Le Pen. Des gens qui… comment dire… « objectivement » me semblaient loin de ses idées… ( je ne parle même pas d'un quelconque programme, il y en a aucun…) mais, à me souvenir de certains échanges,… ce racisme larvaire toujours prêt à resurgir… des choses du genre : " on sait bien ce qu'il en est de 'ces gens là'… ».
      Et puis il y a aussi les abstentionnistes et les votes blancs que je mets dans le même sac. Ceux qui ne veulent pas se mouiller, ceux qui attendent que les autres votent Macron pour eux, comme ça ils croient s'acheter une conscience par procuration. En réalité ils ont une conscience de petit épicier calculateur. Ceux-là vont peut-être déchanter dimanche soir… se disant : merde ! Si on avait su !… On ne se serait peut-être pas comportés comme des lâches calculateurs…
      Ça ne plaît pas quand je je dis ça, en termes de comportement démocratique et électoral. Forcément. Reste que les antonymes de ce mot sont : cœur, courage, générosité, dignité et noblesse d'âme.
      Où sont ces valeurs quand on retire son épingle du jeu, en laissant aux autres le soin de faire en sorte que Marine Le Pen soit battue.
      Heureusement, des personnalités respectables et que j'admire appellent clairement à voter Macron.

      Lors de l'élection Chirac/Le Pen, le peuple avait été clair rejetant le xénophobe à 82%.
      Sa fille risque de faire pas loin de 50 %, atteignant ce score par l'abstention, le vote blanc et la "lepénisation des esprits" (manière ligth de dire une forme de triomphe du racisme et de la haine de l'autre en général).
      Lamentable ! Pauvre France....
      Alors on me dit : ben oui, mais c'est ça la démocratie !!! . NON la démocratie ce N'est PAS ça !!
      Ça c'est le populisme exécrable, qui a toujours amené le pire, déguisé en démocratie, alors qu'il a le visage de la démagogie.
      Et quand il est au pouvoir... c'est pour longtemps....
      mais bon... si tout le monde s'en fout ! ....

      Supprimer
    2. Tu n'imagines pas à quel point tu me fais du bien! Je me bagarre depuis des semaines pour ça, pour essayer de faire comprendre que même si elle perd, avec un score fort, en fait elle aura gagné, et à ce titre je me fais vilipender à tout va!
      J'ai relu "Les mains sales"... J'admire le génie littéraire de Sartre, à défaut d'aimer le bonhomme. Je lui préfère Raymond Aron. Je tournicote sur un billet depuis 10 jours à ce sujet. Ce sentiment que beaucoup trop attendent un messie, qui n'existe pas. Cet oubli, ce déni de ce qu'est une république représentative, et ce doux rêve candide d'une démocratie directe qui résoudrait tous les maux, comme ça, d'un claquement de doigt. Ces abstentionnistes qui refusent de salir leurs mains dans l'isoloir pour rester fidèles à leurs convictions, et tant pis pour les conséquences. "Dans une avalanche, aucun flocon ne se sent responsable".
      Bises du fond du cœur

      Supprimer
    3. Il me semble que l'on se rejoint clairement. Le déni d'une république représentative a de quoi affoler, effectivement. Bien entendu ce mode a ses limites, comme tous les autres, Mais il est certainement le moins mauvais, si ce n'est le meilleur des possibles. J'ai connu — et oui j'ai eu moi aussi mon rêve candide — un groupement relativement important qui a tenté la démocratie directe, Avec des gens dits de bonne volonté, ça aurait dû certainement fonctionner… trois fois hélas ! Cela devient très rapidement totalement ingérable. Soit on en vient à la foire d'empoigne permanente ( Avec bien sûr les meilleures intentions du monde), soit on finit par s'en remettre à une sorte « d'élément charismatique » qui installe sa domination plus ou moins light. Bref. L'échec.
      Mais actuellement, on est au bord du pire que ça. Le populisme démagogique avance à grands pas. C'est probablement la pire chose qui puisse arriver à nos enfants et petits-enfants. Une sorte de malheur collectif qu'ils auront peut-être décidé eux-mêmes… faute d'une suffisante conscience éclairée.

      Supprimer
  6. Charlotte4/5/17

    Allons enfants de la patrie tous en marche contre la haine...
    J'ai écouté un peu le débat d'hier soir. La marine m'a complètement écoeurée...J'ai préféré reprendre la lecture de mon livre: le vieil orphelin de Serge Moati...

    RépondreSupprimer
  7. Je crois que dans la malfaisance l'un comme l'autre se valent. L'un paraît certes plus "acceptable" que l'autre mais regarde l'état du monde et tu comprendras que l'un est un poison rapide et l'autre seulement plus lent. La Terre est en train de vivre une sixième extinction et c'est pas du flan, le désastre écologique nous sommes en plein dedans et tout le monde s'en fout. A commencer par nos riches élites qui sont probablement persuadées qu'avec le pognon ils s'en sortiront toujours, alors ils demeurent droits dans leurs bottes de fer aux revers de satin et poursuivent une prédation d'une violence inouïe contre les peuples. Peuples qui partout les adulent alors que nous devrions les haïr et les combattre. Mais que veux-tu, donne de l'argent à un traîne-patin, accueille-le même de façon fictive dans ton sérail et il se muera lui aussi en fauve. Des spécialistes le disent, on entend à peine leur voix, notre civilisation serait en cours d'effondrement.Que vont devenir nos enfants, nos pauvres enfants...alors oui, certes suivant l'injonction des "gentils" je vais voter pour un homme que je vomis, qui représente tout ce que je pourrai haïr férocement -mais que je ne hais pas parce que ce serait lui faire trop d'honneur que de me salir l'âme- oui à contre-coeur sachant que par ce geste je condamne sans doute l'avenir de mes enfants, je vais voter pour ce fantoche, ce pantin des grands prédateurs de ce monde. Mais j'ai mal. J'ai mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsqu'un peuple, par volonté délibérée, ou par passivité coupable, remet son sort entre les mains de populistes et de démagogues, alors, il y a véritablement de quoi s'inquiéter pour l'avenir…
      Emmanuel Macron n'est ni populiste, ni démagogue. Mais je comprends qu'il puisse donner envie de vomir. C'est peut-être la chance que ce ne soit pas mon cas, même s'il ne me met pas de baume sur le cœur…
      L'avenir n'est pas dans un seul homme, quel qu'il soit. L'avenir est entre les mains de chaque personne qui mobilise son potentiel personnel pour concourir à le rendre si ce n'est meilleur au moins plus vivable.

      Supprimer
    2. Anonyme7/5/17

      J'ai parfois l'impression que plusieurs s'imaginent que ça peut continuer comme ça indéfiniment ! Pourtant nous avons déjà deux conflits mondiaux à notre actif et je ne vois pas pourquoi un troisième serait impensable d'autant plus qu'on peut en ressentir l'imminence si on a le moindrement de flair ! Qu'un clown maléfique ou l'autre soit élu ça ne change rien, ils ont le même maître en fin ce compte !
      Voici une vidéo claire et percutante (y'a aussi des gens héroïques de nos jours) : https://www.youtube.com/watch?v=nZU8fr4k2ok&t=9s kéa

      Supprimer
  8. Ils exagèrent quand même. C'était une grande très freudienne. L'un a épousé sa mère et l'autre a tué son père !!
    J'ai tenu 45 minutes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'admire ton courage.... !
      On peut aussi se demander aussi si elle n'a pas quelques symptômes de la maladie de Gilles de la Tourette, (ce tic du langage qui consiste à dire de façon sans cesse des mots grossiers ou vulgaires).
      Sa dernière saillie étant d'avoir dit à un journaliste italien que Fillon "était une merde". (l Corriere della Sera)
      C'est quant même d'une grande élégance....
      Elle qui espère des votes des partisans de Fillon, c'est une merveilleuse stratégie....

      Supprimer
  9. C'est une grande stratège. La preuve , après son passage à la télé, elle a perdu pas mal de voix !!

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme8/5/17

    Je trouve qu’il faudrait en ce beau jour retrouvé rendre à César ce qui lui appartient.

    Normalito a eu son heure de gloire avec ses anaphores, alors qu’au fond, ce sont ses antiphrases congénitales remises à l’endroit qui le racontent le mieux. Souvenez-vous :
    "Mon véritable ami, il a un nom, un visage (poupin), pas de parti antique, il présentera sa candidature, il sera élu et il gouvernera. Cet ami, c'est le monde de la finance",
    Ainsi soit Mac Ron…
    Anagramme : « Me nomme Canular »

    Jour de fumée

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.