mercredi 12 juillet 2017

Pensées des taies … sous l'oreiller… (1)



Il est évident qu’il faut partir un jour…
… mais pour aller où ?


Telle est la question que l'homme se pose en regardant la carte.



16 commentaires:

  1. Partir dans les étoiles...Oh que j'aime m'y perdre l'été, sous Vega et Altaïr...
    Et puis après... les voyages imprévus sans destination pré-établie, ça peut être bien aussi...
    Bisous mon Babar
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Les voyages imprévus ! J'en éprouve une certaine nostalgie. Ce n'est plus guère possible compte tenu de mes contraintes et de mes exigences d'intendance…
      heureusement qu'il y a toujours une étoile qui m'attend.

      Supprimer
  2. Je ne savais pas que c'était toi Babar! ;-)
    Contempler les étoiles, un vaste programme. Et quand la lune est pleine, c'est encore plus beau. Et puis on peut partir très loin mais aussi très près. Quand on se perd dans les yeux de l'être aimé, c'est partir vers un très bel ailleurs. Bises alpines au Babar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui ! Je suis le Babar de Céleste… nécessairement et volontairement…
      c'est joli ce que tu dis sur le voyage dans les yeux de l'être aimé…

      Supprimer
  3. Lorsque j'étais gamine, j'adorais observer le ciel avec mon père. Il me faisait voir la Grande Ourse, la Petite Ourse, pour moi c'était magique et j'étais fière qu'il m'explique tout cela, fière et heureuse de ce moment partagé avec lui. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai des souvenirs quelque peu comparables… c'était du côté des Pyrénées…
      dans ma ville, on voyait surtout les étoiles des réverbères à gaz de l'éclairage public …
      ça scintillait aussi… mais moins poétiquement…
      encore que… avec l'allumeur de réverbère… le rêve était aussi à la porte.

      Supprimer
  4. Ah Cassiopée ! C'est la constellation que je voyais de la fenêtre de ma chambre chez mes parents. Quand je regarde le ciel étoilé, c'est elle que je cherche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me rappelle une chanson de Guy Béart
      Vers Cassiopée
      Vers Aldebaran
      Nous avons bu mille lampées
      Les soldats errants
      Les hommes en rang
      Dans l'espace vont porter l'épée

      Supprimer
    2. https://www.youtube.com/watch?v=GnDyhX9M-jk

      Supprimer
  5. Moi, c'est très clair. Je vais tout droit au paradis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison !
      Je te suis… dès que possible… !

      Supprimer
  6. Un ciel étoilé me ramène invariablement à cette histoire de Daudet, extraite des Lettres de mon moulin, Les étoiles: quand la demoiselle est bloquée par l'orage avec le berger et son troupeau, et que pour faire passer sa peur, il lui explique les constellations, il raconte les étoiles, toute la nuit, jusqu'à ce que la plus jolie, la plus brillante, la plus délicate d'entre elles se pose sur son épaule, la jolie demoiselle assise près de lui ayant fini par s'endormir, confiante, appuyée sur le berger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Les lettres de mon moulin » des souvenirs de jeunesse… parmi les premiers livres que j'ai lus en arrivant au centre de rééducation après l'attaque de polio. Et depuis… j'en ai tout oublié du contenu… ce que tu évoques me donnes le goût d'aller relire.

      Supprimer
  7. Charlotte14/7/17

    Moi je vais voler là en haut sur la droite avec les poissons...

    RépondreSupprimer
  8. Moi je partirai bien vers la lune, comme le dit Oscar Wilde, en cas de chute, on atterrit dans les étoiles !

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.