Accueil

samedi 22 juillet 2017

Pensées des taies … sous l'oreiller… (11)


Assez fréquemment il sautait du coq à l’âne
à cause de ses papillons sous l’abat-jour, prétendait-on,
de sa cervelle de moineau, affirmaient d’autres.

En réalité il avait des fourmis dans les jambes
c’est ce que déclara une taupe qui l’espionnait
et avait su lui tirer les vers du nez.


Mais quel animal quand même !




11 commentaires:

  1. En résumé, c'est un digressif hyperactif en interrogatoire? Sauf que dit par toi, c'est beaucoup plus rigolo!

    RépondreSupprimer
  2. Moi ça me plait ces papillons sous l'abat-jour face à la nuit: j'ai les mêmes. Petits et dorés sur tranche, un peu non-chalands, paresseux diraient certains, sensuels et jouisseurs dirait Je. Parce que oui j'aime jouir de la Lumière, c'est mon kif pour parler djeunz ^^ Va bien le curieux animal? Bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est aussi que la lumière est en toi !

      Supprimer
  3. Ah! si les coqs savaient et les ânes...Pardon : Ah! si les ânes savaient qu'on leur montait par dessus leurs oreilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. heu.... j'ai pas tout compris ..... !?

      Supprimer
    2. C'est normal, c'est du coq à l’âne!

      Supprimer
  4. Charlotte24/7/17

    Je préfère les hommes qui sautent du coq à l'âne que ceux qui sautent de poule à poulette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les homosexuels en seront rassurés..... !

      Supprimer
  5. Ah la vache ! Joli bestiaire ! ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un chouette commentaire !

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.