Accueil

lundi 13 novembre 2017

la consigne du jour de Lakevio




La consigne pour le 12 Novembre :

Il y a longtemps que je n'ai pas proposé une maison à votre imagination.

En voici une bien jolie, ce qui change des étranges masures !

Le bonheur derrière les murs ?...









Une si jolie villa.

Arnaud Larozeur, notaire de père en fils, n'avait pas la conscience aussi tranquille qu'il l’aurait voulu. Certes, il n'avait commis dans son Étude aucune malversation en plus de 34 ans de carrière, mais cela le gênait quand même d'avoir acheté en viager cette splendide villa, au pied de la colline, dans un cadre verdoyant et dont le jardin fleuri promettait des instants délicieux, d'autant qu'après son divorce, il venait de  dégoter une Jolie Blonde, qui ne crachait pas sur les bijoux qu’il lui offrait. 

La bâtisse  appartenait à une rombière sur le départ pour l'éternité. Elle frisait les 90 ans, et d'après sa petite enquête, elle n'en avait plus  pour très longtemps, quelques mois peut-être, un an pas plus. C'était donc une excellente affaire.  Il s'amusait parfois à penser, avec un sourire de carnivore, qu'il allait la payer « en monnaie de rombière ». D'ici là il avait tout le temps d'échafauder des plans d'amélioration avec  Jolie Blonde qui rêvait d'un jacuzzi et d'une piscine, dans laquelle elle lui promettait de se baigner nue, vraiment toute nue. Cela avait le mérite d'échauffer le costume trois pièces du notaire. 

Il n’empêche, une éducation religieuse dont il n'arrivait pas à se débarrasser pleinement, lui titillait la conscience. C’est tout juste s'il n’entendait pas le grand Saint-Pierre secouer les clés du paradis en faisant beaucoup de bruit, comme pour lui signifier : 
— Tu ne rentreras pas ici ! Gredin de notaire ! 

Déjà, le divorce suivi par l’arrivée de Jolie Blonde, Là-Haut, on n'avait pas beaucoup apprécié. Et maintenant, arnaquer la rombière n’allait pas améliorer son CV d'éternité. Il avait en effet largement minimiser le prix de la propriété, prétextant qu'il y avait d'énormes travaux à effectuer, et qu'en conséquence la rente viagère ne pouvait qu’être excessivement limitée, et « le bouquet » (la partie de la vente réglée au comptant) réduit à pas grand-chose. Cette vieille dame, qui n'avait plus aucune famille, fit confiance à ce notaire, si gentil, si bien de sa personne, et qui semblait tellement respirer l'honnêteté par tous les pores de sa peau.

*

Étant donné qu'il y a toujours de la chance pour la canaille,  celle-ci sourit à Arnaud Larozeur. La crédirentière décéda deux mois et demi après la signature de l'acte notarié. Arnaud n'avait pas déboursé grand-chose. Il promit à la Blonde une piscine quasi olympique.

*

Le notaire cinquantenaire à l'embonpoint florissant, et la Jolie Blonde à la poitrine épanouie, vécurent  dans la splendide villa un bonheur aussi limpide que l'eau de la piscine pendant les deux années où ils l’occupèrent ensemble. Ils la firent aménager de mains de maîtres par des architectes réputés.

C'est au cours de la troisième année que les choses changèrent progressivement. Jolie Blonde ne cessait d’exprimer de nouvelles exigences, non seulement au lit, où notre notaire commençait à avoir des défaillances, mais encore elle faisait un peu trop chauffer la carte bancaire. Arnaud Larozeur finissait par se demander s'il avait fait une si belle opération que cela. D'autant plus qu'il venait d'embaucher une jeune secrétaire, brune celle-là, avec une bouche et des lèvres dont  je préfère taire  ce à quoi elles faisaient penser. Arnaud ressentait en lui comme un désir nouveau de changement.

*


— Bien sûr, Monsieur l'inspecteur, j'ai tenté le bouche-à-bouche, mais il était trop tard. Oui, j'étais dans mon bureau personnel dont les fenêtres ne donnent pas sur le jardin, hélas. Sinon je l'aurais peut-être entendue se débattre ou appeler. Elle ne se serait pas noyée dans la piscine comme ça.  Vous savez, je suis totalement désespéré. Je l'aimais tellement. Depuis si longtemps que nous étions ensemble…. C'est un drame dont je ne pourrais pas me remettre.

33 commentaires:

  1. ma méfiance envers les notaires s'en trouve encore accrue ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, voyons, il y en a bien deux ou trois qui soient très respectables…

      Supprimer
  2. Quand même... s'appeler Larozeur et avoir des défaillances au lit... ;-)
    La petite brune n'a qu'à bien se tenir. :-))
    Bises alpines et enneigées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ! tu m'as bien fait rire…
      ;-))

      Supprimer
  3. Sacripans de notaires! Son nom me rappelle un rêve que j'ai fait il y a quelques mois: un certain abbé de La Rozoire (!), ventripotent comme un notaire, rougeaud, que nous avions à déjeuner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne sont-ils pas par ailleurs des habitués de l'hôtel des "Trois Faisans", cher à Jacques Brel ?
      ;-)

      Supprimer
  4. J'avoue que j'ai toujours été méfiante envers les notaires... voici qui va me conforter dans mon aversion. Mais peut-être Larozeur sera-t-il un jour l'arrosé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut en effet la raison du choix de ce nom ! Bien vu !

      Supprimer
  5. J'ai d'abord pensé à l'extraordinaire "Viager" avec Michel Serrault... Mais bon, une dame de 90 ans. Voilà bien du Alain X pur jus... Féroce à souhait o:))) (en littérature, s'entend!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en littérature… tu fais bien de le préciser ! ;-)
      Quoique, des fois… quand je laisse ma plume s'écraser sur le papier…
      pour ma part je me suis inspiré d'une histoire vraie dont j'ai eu à connaître… une brave dame qui s'était fait rouler, non pas par un notaire… mais par un aigrefin…

      Supprimer
  6. J'étais sûre que tu allais nous resservir l'histoire du notaire de Jeanne Calment ! Mais tu es machiavélique d'avoir fait mourir la rombière avant 122 ans !
    Ton histoire tient la route et le Jolie Blonde aura de belles obsèques et la Jolie Brune étanchera les larmes de Larozeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela a permis surtout au notaire en question de s'assurer une célébrité !
      Jolie Brune ne se contentera pas d'étancher des larmes…

      Supprimer
  7. L'histoire coule de source et m'a bien fait rire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, si tu as bien ri, c'est le principal !
      Content de te voir passer par là

      Supprimer
  8. Encore une femme-objet achetée pour la vitrine en fonction de son tour de poitrine...par un type aussi vil que le macho de Coumarine...
    C'est drôle, j'ai pas ri. C'est grave docteur ? ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, si les symptômes persistent !
      Maintenant... qui a acheté l'autre ? Telle est the question...

      Supprimer
    2. Les symptômes persistent...je suis mal !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Alors il ne reste plus que le secours de la religion.
      Tu vas à Notre-Dame de Paris (dont l'entrée sera bientôt payante) vers le cinquième pilier à gauche, tu brûles un cierge sous la statue de Saint Pthöme. Prends celui à 10 €, c'est préférable. Faut pas mégoter avec le ciel !

      Supprimer
  9. Il a toutes les perversions, celui-là :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne lui confierai pas mes intérêts…
      :-(

      Supprimer
  10. Sous ses airs de monsieur notable et respectable, celui-ci est un fiefé malhonnête... Je vais aller enquêter sur mon notaire de ce pas.

    RépondreSupprimer
  11. Elle devait le noyer dans les dettes, il fallait bien qu'il ré-équilibre les choses. Comme quoi... il n'est jamais trop tard pour libérer la crapule qui sommeille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lecteurs.trices dans leur grande majorité semblent supposer que le notaire a noyé Jolie Blonde…
      moi je ne fais que constater la noyade… et l'inspecteur n'en est que le début de son enquête…
      qui sait, c'est peut-être Jolie Brune qui espérait de l'avancement… elle a libéré la place !
      Enfin, ce n'est qu'une hypothèse, évidemment…
      ;-)

      Supprimer
  12. Le salaud ! moi je suis sûr qu'il a noyé Jolie Blonde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, mon ami, j'ai l'impression que tu n'as pas une passion pour les notaires…
      ;-))

      Supprimer
  13. J'espère que ce notaire là sera reçu au paradis comme il se doit et qu'il sera envoyé manu-militari vers les portes de l'enfer.
    ps : j'ai 2 notaires, jeunes, bien mis de leur personne, fort agréables et gentils, avec qui on peut causer sans façon, simplement. Faut croire que les notaires plus jeunes sont moins tordus que les anciens. Notre 1er notaire faisait parti de l'ancienne école. Nous osions à peine lever les yeux sur lui. C'est tout juste si on n'aurait pas marché à reculons en nous dirigeant vers la porte de sortie, avec forces courbettes cela va de soi...
    Un récit fort agréable que le votre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a en effet une grande différence dans la génération plus jeune. Ils ne sont plus comme l'archétype du notaire que j'ai choisi pour mon texte… façon « les bourgeois » de Jacques Brel…
      Il y a dans ma belle-famille un notaire absolument extra, avec qui faire la fête est un plaisir, tant il est rigolo !
      et merci pour votre appréciation…

      Supprimer
  14. Excellent texte ! et quelle chute !! à mon avis, il n'aura même plus l'occasion d'entendre les clés s'agiter, il sentira plutôt les flammes de l'enfer !!! encore que....là aussi il y a peut être foule et plus de place !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'appréciation.
      Du côté de l'enfer, il paraît qu'il y a une « sacrée » crise du logement… actuellement c'est bourré ! Il faut attendre la prochaine éternité…

      Supprimer
  15. Charlotte18/11/17

    Un bon petit polar (comme je les aime) où est peut-être gagnant le mauvais. Mais l'histoire ne raconte pas la suite de l'enquête. Chacun n'a qu'à se faire sa propre opinion.La blonde a pu aussi couler dans la piscine à cause de ses trop gros nichons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça devait être une ex à Elie Semoun ("Si tu es blonde à forte poitrine, etc....")
      ;-)

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.