mardi 12 juin 2018

La nature enseigne.

Ce matin, le support de ma méditation fut un arbuste.
Longuement je lai fixé, bien installé, en position relax, dans ma bécane à roulettes.

Il a été taillé il y a peu par le jardinier.
Celui-ci m'a expliqué que la taille sur les côtés favorisait la montée de la sève pour qu'ils fleurissent longuement à son sommet.
L'arbuste, qui se mit à fleurir quelques jours plus tard, me le confirme.

J'ai repensé à l’un de mes maîtres qui évoquait que pour aller dans le sens de ce pourquoi on se sent fait afin de donner toute sa mesure, il fallait élaguer parmi les actions et les engagements multiples que l'on pouvait avoir. Et il avait eu cette expression qui m'est profondément restée : « Élaguer ce n'est pas couper des branches mortes, c'est couper des branches vives ».

Ce que j'ai fait quelques années plus tard (il faut parfois du temps pour comprendre l'enseignement reçu…), et qui eut pour conséquence ce que je pense être une plus grande fécondité et un plus grand bonheur.



21 commentaires:

  1. Charlotte12/6/18

    Mon mari est un grand spécialiste de la taille.Notre petit jardin ressemble à un paradis très fleuri dans lequel il y a un seul arbre fruitier :un pommier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pommier ? C'est le jardin d'Éden ?
      ;-)

      Supprimer
  2. "Élaguer ce n'est pas couper des branches mortes, c'est couper des branches vives "
    C'est difficile au moment même et ce n'est que par après (bien après parfois) qu'on saisit le positif de ce geste fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'installe facilement dans l'existant même si on le considère comme insatisfaisant.
      Mais couper des branches vives c'est toujours un choix discerné longuement.
      En tout cas ce fut le cas pour moi.
      Le plus difficile et parfois de résister aux sirènes extérieures qui n'aiment pas le changement même chez autrui…

      Supprimer
  3. En lisant ton titre, j'ai repensé aux conférences d'Idriss Aberkane.
    Oui, la nature enseigne, c'est une bibliothèque merveilleuse qui contient tout.
    J'ai vu tes photos, elles sont superbes.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait toute extériorité enseigne. Enfin, lorsqu'on est ouvert et que l'on a dépassé la phase d'autosuffisance qui caractérise la jeunesse… !
      Merci pour l'appréciation des photos.

      Supprimer
    2. Ce fut un plaisir ! et j'ai vu que la spirée était célèbre parmi tes lecteurs... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup le commentaire de Coumarine. ton texte tombe juste bien à un moment où je me faisais cette réflexion quant à me disperser quelques fois au lieu de me canaliser. c'est drôle tout de même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore quelle décision tu vas prendre, mais moi cette petite phrase m'a beaucoup enseigné ! Renoncer à des choses où l'on trouve des satisfactions, pour en choisir d'autres qui ont plus de chance de procurer un certain bonheur, celui de l'engagement pour quelques qui tient à cœur.... Ce n'est pas de première évidence !
      J'ai animé des stages sur la résistance au changement… Et bien il fallait s'accrocher !
      il y en a même qui font des grèves longues pour que rien ne change.

      Supprimer
  5. "Couper des branches vives" : cette phrase ouvre un abîme de réflexion.
    La nature est un grand professeur de vie, à la fois généreuse et impitoyable.
    (cf. un livre très accessible et instructif sur le sujet: "La vie secrète des arbres. Ce qu'ils ressentent. Comment ils communiquent.", Peter Wohlleben, éd. Les Arènes.) Il y a des parallélismes avec nous assez surprenants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, concernant les arbres, j'ai lu un certain nombre de trucs là-dessus… étonnant !
      Depuis je parle différemment à mes deux sapins dans mon jardin… depuis que j'ai compris qu'ils formaient un couple très amoureux…
      j'aime beaucoup ta phrase sur la nature à la fois généreuse et impitoyable… c'est tellement vrai…

      Supprimer
    2. J'adore tes sapins ! C'est trop mignon ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Toujours du mal à voir mon cher mari couper ces branches vives!...
    Il paraît que c'est comme ça que l'arbre revit...Et nous si on coupait "nos branches vives" que resterait-il?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .... Celles qu'on ne couperait pas deviendraient majestueuses et plus fécondes encore…
      mais il faut sans doute apprendre au préalable à être un bon pépiniériste de soi-même…

      Supprimer
  7. Elaguons afin de magnifier nos ports et nos silhouettes, le contenu de nos vies !
    Il est vrai qu'il est plus confortable de ne rien modifier autour et dans soi, plutôt que de faire une toilette soignée, rendre la peau fine... !

    Superbes photos ! merci Alain !
    douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire positif !

      Supprimer
  8. Anonyme15/6/18

    Ton texte me ramène à la parabole du trésor caché dans le champs. Celui qui l'a vu est disposé à élaguer dans le vif pour acquérir ce champs ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Je n'avais pas pensé à ce passage…
      renoncer à tout le reste pour l'essentiel…
      ça doit être ça l'ultime sagesse !

      Supprimer
  9. Je ne suis pas forcément d'accord avec ton jardinier, du moins pour la spirée. Je t'envoie une photo.
    Pour les arbres, par contre, d'accord. Une fois élagués, on y voit plus clair, on a plus de lumière.
    Pour le reste, je ne sais pas trop. Couper des branches vives, c'est se priver d'un bout de soi je crois... Alors oui, c'est sans doute plus confortable, mais est ce mieux, je ne sais pas... Et les branches coupées, que deviennent elles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la photo que j'ai reçue !
      Il ne faut pas prendre au pied de la lettre la métaphore ! Quant à moi j'ai gardé mes 10 doigts ! Idem pour les orteils !
      Élaguer c'est faire des choix dans nos créneaux d'action entre ce qui nous est essentiel et ce qui nous est accessoire auquel parfois nous donnons bien trop de temps et d'énergie… et au final, ça s'en va en fumée… comme les branches coupées que l'on jette au feu....
      ;-)

      Supprimer
  10. Eh bien c'est quelque chose que je fais di'instinct depuis que j'ai un jardin, quand je vois que ça ploie un peu trop, que ça parait peser, je coupe, et j'avoue que jusqu'ici, mes quelques plantations s'en portent plutôt bien.
    Dans ma vie, je ne sais pas. J'imagine que oui, je déteste ce qui gêne aux entournures ;-)
    Sont rigolotes tes fleurs, toute ébouriffées :-)

    RépondreSupprimer


Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.