lundi 6 août 2018

Mystère et bonheur


Probablement que je garderai de cette première partie de vacances des souvenirs intenses.
Il est vrai que chaque année a sa particularité, Mais celle-ci semble posséder une surabondance.

Cela tient sans doute à la qualité des rencontres faites, À moins qu'il s'agisse de ma propre qualité de présence à autrui durant cette période, même si cette hypothèse à un arrière goût de prétention.

Quoi qu'il en soit l'époque fut marquée par un subtil bonheur qui n'a cessé de m'habiter. Quelque chose de doux avec une absence d’effervescence et de débordements. Cela n'a pas empêché les rires fous au cœur des échanges profonds.

Certaines conversations ont illuminé mon cerveau et mon cœur. À un âge avancé il est toujours possible de s'enrichir au-delà de ce que l'on croyait possible.

On pense toujours connaître ce que l'on ignore de la personne. On se trompe souvent. Tant mieux. Cela augmente l'humilité nécessaire. En même temps on plonge non sans crainte dans le mystère et la profondeur de l'autre, ainsi que l'inaccessible et insondable énigme de celui qui ne nous ressemble pas.


Être invité à visiter les paysages intérieurs que l'autre nous propose de rencontrer, vaut largement toute la beauté  des merveilles naturelles  qui s'offrent à nos yeux, quand bien même celles-ci méritent le déplacement.

Photo AlainX

19 commentaires:

  1. Anonyme6/8/18

    Sa "propre qualité de présence à autrui"! cette expression a beaucoup de sens pour moi ! étant donné qu'à peu près les mêmes rencontres avec les mêmes personnes en une autre période pourraient se situer à un autre degré de profondeur. Oui, je suis la source ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois en avoir fait l'expérience.
      Il y a des personnes que je n'avais pas vues depuis un an. Bien sûr on ne change pas fondamentalement en si peu de temps., Mais, comme tu dis, il y a des évolutions en profondeur qui renouvelle la valeur et le plaisir de l'échange.
      Cela fait beaucoup de bien.
      Finalement, qu'on doit tous/toutes être une source. Peut-être qu'au final on fera tout un grand fleuve… !

      Supprimer
  2. «Être invité à visiter les paysages intérieurs que l'autre nous propose de rencontrer, vaut largement toute la beauté des merveilles naturelles qui s'offrent à nos yeux, quand bien même celles-ci méritent le déplacement.»
    Tu permets que je prenne cette phrase pour moi ?
    Ce billet est comme un vent de fraîcheur dans la canicule...
    Je t'embrasse fort
     •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te permets de prendre… je sais que tu en feras bon usage… :-)

      quoi qu'il en soit j'ignorais ma capacité à exhaler un vent de fraîcheur…
      chaque jour on en apprend sur soi ! !…
      ;-)

      Supprimer
  3. Tes mots résonnent en moi, et certains me raisonnent.. ils m’apaisent.
    Ta photo de couché de soleil est sublime.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce beau commentaire. Je ne peux que me réjouir que mes propos soient apaisant…
      j'espère que tu passes un bel été…

      Supprimer
  4. A n'importe quel âge, "il est toujours possible de s'enrichir au-delà de ce que l'on croyait possible". Comme il me parle ce billet, Alain. C'est vrai, à n'importe quel âge, on peut découvrir, on peut s'émerveiller, et j'ai envie de rajouter, on peut aimer. Je suis heureuse pour toi que tu aies pu connaître ce doux moment partagé. Merci pour tes mots qui me font du bien. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien d'ajouter « on peut aimer » et à mon tour je compléterai en disant que cet amour est comme le bon vin. Il bonifie en vieillissant. Et même c'est mieux que le bon vin, car on peut se délecter de cet amour-là sans modération !
      En espérant que tu vas bien.
      Je n'ai pas lu les blocs de mes amis internautes ces derniers temps.

      Je t'embrasse bien. À très bientôt de reprendre contact.

      Supprimer
  5. Tu sais quoi? Toi je t'aime!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais quoi ? C'est totalement réciproque, moi aussi je t'aime !

      Supprimer
  6. Visiter les paysages intérieurs de l'autre, une grande aventure qu'il faut préparer et apprivoiser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est tout un apprentissage. Et, tu as raison, tout un apprivoisement. Surtout lorsque l'on va de plus en plus profondément dans l'échange.

      Supprimer
  7. Toujours enrichissant d'être à l'écoute et de découvrir même si on ne connait jamais totalement l'autre !
    Mais qu'est ce qu'il pense vraiment ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que l'autre pense « vraiment »… c'est un immense sujet pour une thèse de philosophie !
      Sait-on d'ailleurs ce que soi-même on pense vraiment ? ?
      Alors les pensées de l'autre ?
      Mais il n'y a pas que le domaine de la pensée. Dans les mots prononcés il y a toutes sortes d'affects qui d'une certaine manière augmentent une forme de connaissance de l'autre.
      Quoi qu'il en soit heureusement que l'on n'a pas accès à toutes les pensées de l'autre. Ce serait je crois rendre impossible toute relation humaine.
      Je sais bien que la transparence absolue est à la mode… malheur à celui croit en sa pratique comme une panacée !

      Supprimer
  8. L'été est le temps du relâchement de soi et des rencontres. "De l'intérêt à la connaissance de l'autre " pourrait être le titre de ce court mais intense passage.

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour l'appréciation quant à l'intensité de ce texte.
    J'ai passé du temps pour l'écrire. Normal ! Mais ce que je veux dire c'est que parfois les textes courts prennent plus de temps à être élaborés que des textes longs…

    J'aime bien le titre proposé
    À Propos de ta première phrase, je me prends à rêver que l'été dure toute l'année. Enfin disons que nous puissions vivre plus souvent le relâchement de soi est la rencontre simple sans le fatras des conventions sociales qui bien souvent encombrent et compliquent.…

    RépondreSupprimer
  10. merci pour ce beau partage...OUI, il est possible de s'enrichir intérieurement au-delà de ce que l'on croyait possible, merci de nous le rappeler

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de passer par ici.
      L'enrichissement intérieur est une mine (ou une source) dont on n'a pas de cesse de mesurer l'intensité de production possible…
      qui plus est, c'est inépuisable. ! Aucun risque de pénurie, on peut consommer sans modération !…

      Supprimer


Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.