J'en rêve encore… parce que je suis réaliste…
"Ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure." (Plutarque)
*

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici

, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !


lundi 17 septembre 2018

La marchande de pommes







Chez Lakevio, cette semaine nous recevons la visite d'une belle dame.


Peinture en émotions - Maintenant, les mots pour les dire...
 Portrait de la Nouvelle Eve, lundi ! ...



... nous commande  la patronne.

---------------


Au marché de Brive-la-Gaillarde, où je me rends régulièrement, en mémoire de Georges, un nouvel étal s'est ouvert. Une marchande de pommes.

Je m'approche, pensant trouver quelques goldens, des granny Smith, et pourquoi pas des Reinette de Caux arrivées en droite ligne de Normandie.
Quelle n'est pas ma surprise de découvrir des Ahanes du Japon, des Colapuy de Crimée, des Fameuses du Canada, des Gala de Nouvelle-Zélande des Red-Topaz de Tchéquie des Spartan, et même des Venda arrivées directement de Strizovice. Et bien d'autres encore.

La vendeuse, le regard bleu des mers du Sud, la courte chevelure brune aux allures de bataille de chiffonniers et aux ongles manucurés qui dénotent avec la fonction vendeuse de pommes, me laisse à penser qu'il s'agit probablement d'une sorte de flash mob, et que je ne vais pas tarder à voir débouler quelques douzaine de gaillardes qui vont se crêper le chignon mais nous faire bien rigoler, comme le faisait si bien l'ami Georges

Près de l'étal je balbutie un bonjour ému,  car la belle vendeuse me fait de l'effet. Je manque d'en avaler ma pomme d'Adam, quand elle me répond avec une voix rauque qui me fait m'interroger sur son genre. Devant un tel spectacle, le brave Georges en aurait avalé son bulletin de naissance, si ce n'était déjà fait.

Elle me déclare s'appeler Eve, et avoir l'Adam, parce qu'il est bientôt 13 heures et qu'elle ne n'a rien mangé depuis Le Paradis, sa résidence, tout là-haut sur la Colline.

En même temps qu'elle prononce ces paroles, elle laisse tomber le grand peignoir rouge dans lequel  elle s'enveloppait jusque-là. Celui-ci glisse lentement sur le sol et chacun peut admirer   combien elle a la beauté des pommes de son étal en étalant ses charmes.

Je pense que le maréchal des logis de la chanson de Georges n'aurait pas subi un massacre à grands coups de mamelles vu que Eve, a des petits seins tout  ronds, et la douceur légendaire  des «Héla decio »

À la vue de ce spectacle, j'entends  dans mon oreille la voix de Georges crier hip hip hip hourra. Et je ne peux m'empêcher de m'esbaudir à mon tour.

Surprise par mon éclat,  la divine vendeuse a un mouvement brusque et renverse son étal de pommes.

Elles tombent, tombent, tombent, tombent, 
Et, s'lon les avis compétents, 
Il paraît que cette hécatombe 
Fut la plus belle de tous les temps. 

*


Ainsi je fis la connaissance d'Ève.
Plus tard elle m'expliqua ses déboires avec un homme, une sorte de serpent à sornettes qui la laissa complètement paumée.

J'en ai pleuré des bottes d'oignons.




Première version d'Hécatombe . Georges n'arrête pas de se tromper !! (1953)

10 commentaires:

  1. Bonjour Alain, je constate que tu n'as pu rester insensible au bleu de ses yeux ni même au rouge de son pull.... quitte à tout faire pour le voir de plus près ;-)
    Joli exercice en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les marchandes de pommes ne m'ont jamais laissé indifférent…

      Supprimer
  2. J'adore ton billet autant que j'aime Georges.
    D'abord parce que la première fois que j'ai vu des pommes venues tout droit de Nouvelle-Zélande, j'ai failli m'en asseoir par terre (et je ne suis pas Normande)
    Ensuite parce que la belle Eve qui a l'Adam et ne rêve que de retourner au Paradis, j'apprécie grandement.
    Puis, la Vérité se révélant sur les pommes et les poires m'a réjouie.
    Enfin, mon ami Georges me ravit.
    Merci, Alain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Lakevio pour tes appréciations.
      J'ai essayé de faire quelque peu original. Je suis content que cela te plaise…

      Supprimer
  3. j'adore aussi ton billet!
    franchement, parler d'Eve sur base d'une chanson de Georges... il fallait d'abord y penser, et puis le faire!!
    Et moi aussi j'ai adoré cette phrase(mais où vas-tu chercher ça?)
    "Elle me déclare s'appeler Eve, et avoir l'Adam, parce qu'il est bientôt 13 heures et qu'elle ne n'a rien mangé depuis Le Paradis, sa résidence, tout là-haut sur la Colline."
    c'est génial, je me suis délectée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire venant d'une spécialiste de l'animation des ateliers d'écriture et qui a également une plume originale, ne peut qu'être apprécié !
      Et toi ? Quand est-ce que tu t'y mets ?
      La phrase que tu soulignes, je me dis que si je la lisais écrite par quelqu'un d'autre… elle me plairait !
      ;-)

      Supprimer
  4. Ah je biche, comme dit le grand Georges.
    Tu connais ma brassensophilie chronique...
    Tout y est, quel talent !
    Encore encore !!!
    Et en plus tu nous fais un catalogue des meilleures pommes du monde et des environs...
    J’adore 😍
    Je devrais être plus attentive aux défis de Lakevio celui-là m’aurait bien plu.
    Bisous célestes

    •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais bien que mon texte ne t'aurait pas déplu !
      Lorsqu'on est atteint de brassensophilie aucune guérison n'est possible et pas même une quelconque amélioration n'est envisageable…
      ;-)

      Et quant aux défis, tu ne peux pas être partout à la fois…

      Supprimer
  5. un délice de mots, un régal de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content d'avoir régalé la mère Castor !
      ;-)

      Supprimer

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici
, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.