J'en rêve encore… parce que je suis réaliste…
"Ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure." (Plutarque)
*

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici

, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !


vendredi 21 décembre 2018

Noël ? Quel esprit ?


C'est un commentaire que j'ai laissé sur un excellent texte de La Baladine, qui écrivait sur ce thème.


L'esprit de Noël c'est une brèche de lumière dans nos ténèbres ordinaires. Les nôtres, celles de ceux qui nous entourent, et de tous ces êtres que nous maintenons dans l'ombre quand on les croise.
L'esprit de Noël c'est la folie de croire que les ténèbres ne seront jamais vainqueurs et que la lumière du vivant traverse et pénètre tout.
L'esprit de Noël c'est de tendre la main pour emmener à la fête celles et ceux qui n'y sont jamais conviés.
L'esprit de Noël, ce sont ces soignant(e)s du centre de rééducation où je fus pendant plusieurs mois il y a quelques années, et qui sont venus « hors service » (c'est-à-dire non payés) la nuit de Noël pour ceux qui comme moi n'avaient pas la possibilité de retourner dans leur famille.
On garde à vie la trace de ce genre de fête parce qu'elles inscrivent définitivement en nous que l'Homme est largement capable du meilleur bien plus que du pire.
La fête des vivants et des espérants bien entendu, pas la fête frelatée proposée par les marchands du temple.

--------

Mais qu'en est-il pour moi aujourd'hui de cet esprit ?
J'y pensais ce matin au réveil. Qu'est-ce que cela devient face au monde chaotique que nous connaissons ?
Et bien là est peut-être la question : qu'est-ce que nous « connaissons » de ce monde, si ce n'est ce que l'on nous en présente à longueur d'année. C'est-à-dire tout ce qu'il peut y avoir de négatif dans les 197 pays officiellement reconnus par les Nations unies, plus un certain nombre d'autres possessions territoriales.

Par ailleurs, et si l'on en croit les médias qui gonflent toujours tout, la grande majorité des humains seraient, violents, violeurs, agressifs, malveillants envers les autres, destructeurs. Nous serions tous environnés d'êtres menaçants.( Surtout les étrangers d'ailleurs, selon l'algorithme : Migrants = grand danger)
La preuve : les malfaisants sont des millions sur les réseaux sociaux ! C'est donc parfaitement démontré : l'homme est mauvais ! Facebook et Twitter (les algorithmes informatiques qui pensent désormais à notre place) l'ont décidé une fois pour toutes.

*

Chaque heure de ma vie que je perds écouter les oiseaux de malheur ou lire les prédicateurs de catastrophes,  c'est du temps  de Vie que je gaspille. Alors que je pourrais le consacrer à mon voisin d'en face qui lutte contre le cancer, à cette femme de mon atelier d'écriture qui s'est faite virer d'une manière abjecte et on a pleuré lors de la dernière séance ( bon c'est vrai, je lui écris un long mail), à cet autre voisin dont la femme vient de se suicider. Bref à tenter de faire un peu de bien autour de moi, avec les quelques forces qui me restent, malgré ma situation délicate et physiquement précaire.

« Aucun acte n'est neutre », déclarait un de mes maîtres. Il nous fait avancer, ou il nous fait reculer. J'ai pesté contre cette affirmation pendant des années. Aujourd'hui j'en mesure l'extraordinaire force vitale sous-jacente ainsi que l'extraordinaire responsabilité libre de mes actes.

*

Il y a juste un truc bizarre. Ce matin au réveil, je me sentais serein et en paix profonde. Je songeais qu'il m'arrivait d'agir selon ma conscience profonde qui m'invitait à poser des actes plutôt positifs, voire généreux, (pas toujours, bien évidemment) et que cela concourait  un petit peu à quelque chose de pas trop mauvais face au monde tel qu'il est.
Je me mettais à croire que d'autres agissaient de même. Dans l'ombre. Sans en faire des tonnes sur Twitter ou Facebook.

Et puis, dans ce monde censé être totalement vérolé, irrécupérable et courant de plus en plus vite vers l'anéantissement, je lisais les écrits de certains d'entre vous et je n'ai pas foncièrement le sentiment que vous soyez agressifs, belliqueux, violents, acides, acerbes, destructeurs, et autres petites choses du genre. Mais je dois me tromper.Ne pas voir la vérité vraie ; la réalité vraiment vrai telle qu'elle est. Celle qui est sur BFMTV 24 heures sur 24
Bougez pas, je courge allumer le poste, et ouvrir le gaz …

Si je suis asphixié bientôt, un dernier message :

L'esprit de Noël c'est quand l'homme transcende l'Homme par adhésion et reliance avec sa communauté de destin.
Son destin passe par la certitude d'une Humanité en chemin, passant des ténèbres à la Lumière.

Qu'importe qu'elle soit ténue. Dans l'obscurité, la lueur de trou d'épingle dans la cloison, révèle que toute l'intensité de la Lumière est là, juste derrière.

20 commentaires:

  1. Tu sais, sur FB et l'oiseau bleu et instagram il y a aussi de chouettes gens qui partagent de chouettes idées, pensées, dessins, musiques et autres trucs souvent super sympa... J'y entends résonner des vies! J'entends le son des voix (oui oui, quand on lit bien on entend aussi), le rythme des mots, les petits rires, les grands, les silences, les hésitations... On parle de tout comme partout. Et de rien aussi. Des fous rires quotidiens et des indignations profondes, impossibles à refouler plus longtemps. Mais quand on cherche un peu et qu'on fait attention, tout comme dans la vie, on y trouve des êtres humains ouverts sur le monde, et beaucoup d'amour.
    Alors évidemment il y a aussi des pince-sans-cœur, des cyniques, des blasés, des nivellateurs mornes, des brisevie, des briserire, brisejoie, tous ces brisequelquechose qui avancent en rangs serrés pour mieux gâcher la vie des autres, maintenant qu'ils ont gâché la leur. On peut toujours les planter là.
    Le virtuel ne l'est pas tant que ça, je trouve, il ne masque pas le réel, il l'amplifie.
    Bises oxygène ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pratique le virtuel depuis bien des années, et sous les formes les plus diversifiés. Je ne suis donc pas si mal placé pour percevoir sa richesse et ses limites et aussi son effet amplificateur.
      Bien entendu qu'il y a « de chouette gens » comme tu dis sur les réseaux sociaux cités. Je n'en doute pas un seul instant.
      Ce que mon billet veut souligner c'est essentiellement la chimère, savamment entretenue par le monde des médias infiniment mercantile, qui consiste à globaliser tout ce qui ne va pas sur la planète, entre autres en présentant de manière très déformée ce qui se passe sur par les réseaux sociaux.

      La tentative délétère de formater les esprits et de rendre un maximum d'êtres humains dépendant de ces réseaux privés aux mains du capitalisme triomphant, a de quoi interroger.
      On a vu comment ces réseaux, savamment manipulés par les algorithmes, peuvent faire élire dans le monde la personne choisie par des manipulateurs aux fortunes obscènes.
      Ce serait un autre débat… celui de ces manipulations invisibles dont nous sommes à la fois les auteurs et les victimes... moi ça me laisse rêveur… enfin… rêveur… c'est plutôt cauchemardesque !

      Je reviens donc à l'aspect pernicieux que je souligne.
      D'où ma phrase : « si l'on en croit les médias qui gonflent toujours tout, la grande majorité des humains seraient, violents,(.....) » que j'aurais dû peut-être mettre en gras puisqu'elle soutient tout mon propos.

      Bref, et pour en finir avec mes bavardages, je souscris à ton commentaire.
      Et Vive la Trève des confiseurs, comme on disait dans le temps
      Bises sucrées de Noël.

      (Pour la petite histoire, j'ai eu un compte Facebook il y a quelques années. Un nombre incalculable de gens voulait être « mon ami » j'ai rapidement déserté ce lieu d'invasion…). Je préfère mon petit blog au lectorat plutôt intimiste.)

      Supprimer
  2. Certes le monde est violent, égoïste mais il existe ça et là des ilots de paix, des êtres qui ne sont pas célèbres mais qui agissent dans l'ombre pour soulager toutes les misères de la terre. Je pense à tous ces bénévoles, toutes ces associations, à tous ces penseurs qui tentent d'éclairer l'humanité.
    Chacun a un rôle à jouer dans sa sphère d'existence même si la sphère est petite. Chacun peut se rendre disponible pour l'autre à condition de ne pas passer son temps, avachi dans un fauteuil, à regarder BFMTV !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont aux personnes que tu cites que je pense également. Pour une part c'est assez normal que cela se fasse dans l'ombre, sans tapage.
      Il est cependant dommage que parfois cela soit « trop » dans l'ombre, car il me semble que l'humanité a besoin, non pas de modèles, mais de témoins, qui par leur exemple de vie en attirent d'autres à s'engager pour éclairer le chemin et permettre à des êtres de sortir vers la lumière.
      Que chacun puisse trouver son rôle positif et sa place à occuper.

      Supprimer
  3. Tu écris dense, et fort, et beau.
    Et j'ajouterai juste.
    Parce que tu dis exactement ce que je ressens depuis toujours : écouter le négatif des infos, c'est gaspiller son précieux temps de vie, et on en a si peu !
    Rayonner d'amour et de sérénité, c'est possible, et ça ne veut pas dire être béat et niais.
    Ça veut dire puiser son énergie dans le beau, pour pouvoir faire ruisseler le positif et le bonheur aux êtres autour de soi.
    L'esprit de noël c'est tout le temps, même en plein juillet.
    Chaque fois que l'on tend la main à autrui, dans l'empathie que donne la lumière.
    Et puisque tu t'associes à la Baladine, je me permets de partager mon commentaire entre elle et toi.
    Bisous cher Alain.

     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apprécie chez toi cette capacité, et ce désir de faire comme tu dis « ruisseler le positif ».
      On ne sera jamais trop à avancer dans ce sens.
      Bises solidaires et bon Noël.

      Supprimer
  4. tu écris:
    "Son destin passe par la certitude d'une Humanité en chemin, passant des ténèbres à la Lumière"
    Voilà, c'est ce que je crois profondément:nous sommes tous en chemin, parfois dans les ténèbres, parfois dans la Lumière? Et plus on entretient cette lumière, plus elle se fait présente..
    Il y a dans la blogosphère (et aussi sur FB) plein de gens qui croient profondément en la lumière.
    Et toi, cher Alain, souvent par tes billets, tu nous y conduis, tu nous permets d'y croire
    Merci pour cela!
    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots sur la lumière.
      C'est important de ne pas être seul à y croire.
      Des signes de lumière il y en a des milliers. Même si l'air du temps est à l'attirance vers la ténèbre.
      Moi aussi je t'embrasse bien fort, toi qui es une femme lumineuse.

      Supprimer
  5. Tu le sais, toi, les sorcières ne fêtent pas Noël…
    Vivement que ce soit derrière elles !

    L'esprit de Noël, je l'ai ressenti malgré tout vendredi en EHPAD, où avait lieu le repas de Noël avec animation musicale… On a dansé et chanté.
    Des yeux qui brillent, des gens qui se trémoussent, un pied qui bat la mesure au bas d'un fauteuil roulant, une main qui s'agrippe à mon bras et des sourires, tant de sourires…
    La magie de Noël, là, était présente…

    De quoi me réconcilier avec les festivités forcées de fin d'année ?
    Non, quand même pas.
    Mais chaque petit moment de joie est bon à prendre pour éclairer la vie.
    Je te souhaite plein de sourires, et d'yeux qui pétillent, Alain !
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sorcière amadouée par quelques lutins quelque peu sur le déclin… ce n'est pas pour me déplaire !…
      Je vibre avec toi de ce que tu dis d'un Noël en EHPAD, pour avoir connu ceux que j'ai vécu plusieurs années de suite avec ma belle-mère qui y séjourna avant d'aller voir ailleurs si le ciel est plus bleu. Ce sont pour moi de très beaux souvenirs, très joyeux, et où ma belle-mère rayonnait avec ses yeux qui pétillaient en chantant et pianotant, elle qui fut une artiste.

      Supprimer
  6. Merci pour votre texte...

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce beau texte... L'esprit de Noël est aussi sans doute l'envie du beau, du plaisir, de la joie, des échanges de sourires et rires, cadeaux si on veut, écoute... Ca peut être aussi la famille si c'est une famille qui a un sens, si personne ne force personne. Les amis, le souci qu'ils ne soient pas, ou soient seuls selon ce qu'il veulent, car être seul pour Noël peut aussi être un grand plaisir. Seul physiquement ne veut pas dire seul. Que l'esprit de Noël soit tel que tu le désires, il est multi-formes on le sait!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les circonstances ont faits que le 24 au soir, ma compagne de vie et moi avons vécu un tendre tête-à-tête…
      et le jour de Noël fut un repas familial et joyeux.
      J'ai bien aimé vivre ces deux aspects. Différents et complémentaires.
      J'espère que pour toi ce temps fut à la hauteur de tes espérances.

      Supprimer
  8. J'aime l'ensemble de ton texte bien sûr, mais tout particulièrement les dernières lignes, peut être parce qu'elles parlent de photo, aussi...
    J'ai partagé sur mon blog ma version toute modeste de l'esprit de Noël... Qui en fait déborde largement de cette période. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai énormément aimé ce que tu as partagé sur ton blog. D'ailleurs je te l'ai dit !
      Ce n'est pas une version modeste, c'est une version très belle et délicate. Pleine de sens aussi.
      Merci.

      Supprimer
  9. Tu as souvent le don de dire haut et fort ce que je pense tout bas, Alain, alors je t'en remercie. Mais comme tu le dis dans un commentaire, qu'est-ce que j'attends pour le dire haut et fort moi aussi ! :-)
    Bon Noël à toi et merci d'être là. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est probablement parce qu'il arrive que je ne sache pas me taire !
      « Parler à temps et à contretemps » : ce fut un peu ma devise au temps de ma jeunesse… même si à l'époque je proférai beaucoup de bêtises ! (Qui vient de dire que ça n'a pas changé ! ?…)

      J'espère que Noël fut doux et agréable pour toi et les tiens. Je t'embrasse bien affectueusement.

      Supprimer
  10. Pour les médias, je préfère les lire ou les écouter en pointillé. Comme toi je les trouve avides de sensationnel qui tire vers le noir, la violence …
    Rien que mon petit blog sur le net avec mes histoires simples sans prise de tête, uniquement de partage d'émotions, de famille et d'amour. Sans doute un peu hors du temps, hors du sensationnel et du besoin d'attirer les foules.
    J'adhère (à ma manière) à tes dernières lignes :

    "L'esprit de Noël c'est quand l'homme transcende l'Homme par adhésion et reliance avec sa communauté de destin."

    La reliance… pas toujours évident de tenter d'être le lien entre sa communauté de destin … la tâche demande de la passion, de la ténacité et beaucoup d'amour pour passer outre de nombreuses barrières.

    Mes fêtes de Noël sont toujours en famille jusqu'à aujourd'hui. Les liens perdurent grâce aux aînés, espérons en l'avenir.
    Agréable fin d'année

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Revenir à la simplicité d'être. C'est assurément une attitude de sagesse.

      Il y a toujours des barrières qui se dressent entre ceux qui appartiennent à une même communauté de destin. Il faut du temps, de la patience, et beaucoup d'amour, au moins pour les faire s'abaisser quelque peu. Certaines parfois disparaissent…. Lorsque l'on s'y attend le moins. Comme une récompense inattendue.

      « Les liens perdurent grâce aux aînés », tu as raison.
      Dans ma belle-famille, ma compagne de vie est devenue « l'aînée» (elle n'a pourtant pas 80 ans !). C'est désormais autour d'elle que ma belle-famille se rassemble.

      Supprimer

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici
, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.