J'en rêve encore… parce que je suis réaliste…
"Ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure." (Plutarque)
*

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici

, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !


vendredi 4 janvier 2019

Deux allers simple pour ailleurs.


Vous souvenez-vous de cette bonne vieille règle des trois unités dans le théâtre classique ? De temps, de lieu, d'action ?
Eh bien Nicole Versailles (alias la célèbre blogueuse Coumarine) respecte cette règle dans une petite nouvelle passionnante qui se déroule dans le Thalys entre Paris et Bruxelles. L'histoire de Sophie commence Gare du Nord à Paris et se termine sur le quai de Bruxelles-Midi, 90 minutes plus tard.

Quoi de plus banal qu'un voyage en train !
Et cependant, lorsque vous aurez commencé à lire cette nouvelle, vous serez tenus en haleine jusqu'à la fin. Rassurez-vous, ce n'est pas l'Orient-Express, pas de crime, pas de suspense particulier, rien qu'un simple voyage en train.

Vous allez voyager dans la même voiture qu'elle, avec elle. Peut-être serez-vous cet homme qui l'aide à mettre sa valise dans le porte-bagage, ou cette femme indifférente (enfin en apparence) qui regarde par la vitre le paysage qui défile, et cependant…
Notre amie Coumarine à l'art de rendre passionnante une histoire simple, un ordinaire de la vie, où l'on croise des personnages avec une épaisseur très intéressante.

On fait parfois dans un train une rencontre qui peut tout changer… ou rien du tout… c'est selon…

Nicole Versailles – Coumarine à l'art de la mise en scène, de vous faire vivre l'action qui se déroule, de vous projeter dans un passé qui éclaire le présent.

Une histoire simple, qui fait du bien, et qui laisse le lecteur devant tous les possibles.
À lire, d'urgence !



« Deux allers simples pour ailleurs »
Nicole Versailles. 
ÉditionLamiroy - 10 x14 cm - 33 p.  4 €

  

13 commentaires:

  1. un grand merci cher Alain pour ce billet!
    Tu dis sans rien dire, tout en disant...
    C'est du grand art!
    Tu le sais, j'aime écrire des nouvelles: elles respectent le plus souvent les trois unités, c'est un défi que j'aime relever!
    Les premiers retours que j'en ai sont très positifs: cela me fait un grand bien, à moi qui suis restée sans véritable projet d'écriture pendant toutes ces années!
    Je t'embrasse avec toute mon amitié pour toi, qui est grande!

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Mais de rien !
      Il y a tant de bêtises qui s'écrivent, qu'un joli texte comme le tien mérite d'être valorisé.

      Supprimer
  2. «On fait parfois dans un train une rencontre qui peut tout changer… »
    C'est drôle comme le sujet de cette nouvelle me rappelle quelque chose...
    On dirait ma vie !
    Je vais m'empresser de la lire car tu donnes grande envie de s'y plonger.
    Merci pour ce bel article et merci à Coumarine d'avoir repris la plume.
    Bisous cher Alain. Et vive ta nouvelle bannière qui est très chouette.
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Évidemment, lorsque j'ai lu la nouvelle, j'ai quelque peu pensé à toi…
      ce petit texte devrait te plaire.

      Supprimer
  3. J'aime bien les histoires qui se passent dans les trains, et je suis sûre que ça me plaira... :)

    PS : C'est vraiment l'enfer pour commenter chez Blogspot !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À propos de l'enfer :
      on m'a déjà signalé la difficulté à commenter sur blogspot.
      Tu peux peut-être essayer deux choses. :
      — t'abonner à ce blog (devenir membre — colonne de droite)
      — avoir un compte Google qui n'engage à rien du tout…

      Quoi qu'il en soit merci de traverser l'enfer pour me rejoindre ! ;-)

      Supprimer
    2. A propos de Blogspot, je n'ai qu'un souci... Les mails me prévenant des nouveaux articles vont directement dans ma corbeille. J'ai tout essayé, y compris de mettre l'adresse d'origine dans mes contacts, peine perdue. :-/

      Supprimer
    3. @ La Baladine
      cela a un petit côté désespérant l'accès à blogspot !
      :-(

      Supprimer
  4. Alléchant! Tu sais mettre en appétit de lecture ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que j'ai raté ma vocation.
      J'aurais dû être responsable d'édition chez Gallimard…

      (Oui, ben, tout le monde a encore droit de rêver ! Non ?…)

      Supprimer
  5. Et je vais le commander "de ce doigt" :)

    RépondreSupprimer
  6. Revenue ici à présent que je l'ai lu, et je savoure du coup tout particulièrement ton article.
    Après avoir savouré la nouvelle bien sûr !
    vivement mon prochain voyage en train...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me fait bien plaisir que tu reviennes dire quelques mots ici.
      J'espère que Coumarine passera par là.
      La dernière phrase montre que tu as le goût du risque…:-)))

      Supprimer

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici
, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.