J'en rêve encore… parce que je suis réaliste…
"Ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure." (Plutarque)
*

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici

, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !


mercredi 9 janvier 2019

Histoire de l'huître désespérée.

Texte écrit pour l'atelier d'écriture ci-dessous, à partir de la photo de la semaine :


----------



Histoire de l'huître désespérée.

*
* *


Autant que vous le sachiez : je ne m'aime pas !
Je me trouve visqueuse, je m'étale n'importe comment, et certains trouvent que je sens mauvais. Pourtant, je n'arrête pas de me laver, je filtre, je filtre sans arrêt de l'eau de mer, mais rien n'y fait.
Aussi je ne me montre guère. Je préfère me réfugier dans une coquille dont j'ai  réaménagé l'intérieur à mon goût. Je me suis fabriquée un écrin chatoyant et nacré. C'est ma consolation.

Sinon, vu de l'extérieur, je ressemble à je ne sais quel déchet, une espèce de coque fripée qui me fait passer pour une vieille fille !
J'aurais voulu connaître l'amour ! Seulement voilà je suis tombée amoureux d'une moule, répondant au doux nom de Mytilida. Quand je l'ai vue dans sa robe noire et élégante, manifestement conçue par un grand designer, mes valves et valvules ont frétillé d'un désir intense. Je rêvais de me délecter de son jus.
Hélas, la moule ne brille pas par son intelligence. Elle n'a rien vu, rien compris. C'est comme cela que je suis tombée en déprime.

Profitant de la faiblesse de ma coquille un bigorneau perceur a littéralement tenté de m'assassiner ! J'ai immédiatement voulu porter plainte auprès de la police ostréicole, mais on m'a fait comprendre que le bigorneau perceur est une véritable mafia très organisée que l'on n'arrive pas à éradiquer !

Vous voyez comme ma vie est catastrophique. Je devrais faire pleurer dans les assiettes, mais tout le monde s'en fout. Les bigorneaux veulent me tuer, les humains veulent m'avaler tout cru.

Fort heureusement, une gentille perle, fort bien de sa personne et compatissante, est venu eme consoler de tous mes malheurs.
Elle porte bien son nom : une véritable perle, en effet !
De mon côté je l'ai aidée à grandir et à devenir de plus en plus belle, désirable, enviée de tous. Alors nous sommes devenues des amies inséparables, et ma vie s'en est trouvée transformée.

Je peux vous dire que si vous êtes dans la difficulté ou le malheur, il ne faut jamais désespérer. Une perle vous attend quelque part.
À vous de la trouver.


-o0o-

24 commentaires:

  1. gazou9/1/19

    Je suis heureuse: avoir la certitude qu'une perle nous attend, c'est vraiment merveilleux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si les choses bonnes que l'on attend fortement pour soi, ne finissent pas toujours par arriver, d'une manière ou d'une autre.

      Supprimer
  2. "Je peux vous dire que si vous êtes dans la difficulté ou le malheur, il ne faut jamais désespérer. Une perle vous attend quelque part.
    À vous de la trouver."

    C'est une bien belle morale qui termine ton texte, à la façon des fables!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'espérance est parfois folle, mais elle ne renonce jamais.

      Supprimer
  3. Oh que c'est joli, le texte, l'humour, la conclusion, l'union de deux solitudes, j'adore... ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'union de deux solitudes…
      c'est bien difficile d'être fort tout seul…

      Supprimer
  4. Voilà une huître qui n'a pas le Q.I d'une moule !
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
  5. La conchyliculture est un monde sans pitié.

    RépondreSupprimer
  6. Ah je l'aime, ce récit de la joaillière visqueuse... C'est bien vrai qu'elle pourrait être le symbole de ce qu'on aime tant décrire comme... beauté intérieure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être est-ce une « leçon de choses » (comme il était écrit dans ma jeunesse sur les livres de science…) qu'une beauté nacrée intérieure, sous des apparences banales et passe muraille…
      elles sont sans doute nombreuses les perles qu'on ne voit pas…

      Supprimer
  7. C'est une belle histoire. Je ne savais pas que l'huitre avait une telle sensibilité !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dit que quand on ouvre une huître pour la déguster : elle crie !

      Supprimer
  8. Comme elle est belle cette histoire. J'imagine ta délectation en l'écrivant. Difficile d'écrire plus savoureusement l'histoire d'une huitre avec une pinte d'humour, et un zeste de morale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bien, An, pour ce commentaire, que j'apprécie.
      Lorsque je commence ce genre de petite histoire, je ne sais jamais où elle va m'emmener… il y a donc à la fois la délectation de l'écrire est celle de la découvrir en l'écrivant…

      Supprimer
  9. Un texte qui fait sourire... et pleurer à la fois ;) Une bonne idée que celle de voyager entre les mollusques et les humains. Mais dites-moi, au fait, cette huître a certainement eu une mère narcissique, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être…
      une mère qui n'a pas su lui faire découvrir toute sa beauté intérieure !
      À moins que ce ne soit ... la mer… qui soit responsable.

      Supprimer
  10. Joli conte à plusieurs lectures…
    Car si la perle est si belle n'est-ce pas grâce aux beautés que renferme l'huitre ! Sans cette beauté qui se trouve sur la face cachée de l'huitre, la perle après tout ne serait qu'un vulgaire grain de sable…
    La nacre de l'huitre tente d'adoucir ce grain de sable en venant l'enrober, le cajoler et finalement l'aimer … c'est cet amour qui se transformera en une merveilleuse perle.
    J'ai toujours su que l'amour pouvait créer des miracles !!
    Vive les huîtres, si rugueuses, torturées, coupantes, sans beauté vu de l'extérieur… mais si belles pour qui sait la découvrir.
    J'avais mis un commentaire sur ton billet d'adieu à 2018, mais je ne le vois pas …… mauvaise manipulation peut-être mais avec toutes ces demandes à chaque fois pour les voitures, puis les feux, puis les passages…… j'ai dû rater justement un feu vert et je suis restée bloquée au stop.
    Très bonne année donc beaucoup plus simplement que prévu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis absolument convaincu — et par de nombreux constats effectifs, tant personnels que chez d'autres — que l'amour est créateur de miracles et qu'il embellit les personnes qui en vivent. Et ceci dans une réciprocité.
      C'est si dommage que l'on ne croit pas vraiment à cette efficacité et ce don suprême !

      Cela n'est pas automatique, ni sans effort, ni sans souffrance.
      Surtout si l'on reste dans la métaphore de l'huître et la perle. Dans la nature, c'est parce que l'huître a été blessée (par du sable par exemple) et qu'elle aimerait se débarrasser de cette souffrance, que se développe une perle… c'est parlant quelque part, comme dit l'autre !

      Désolé pour le CAPTCHA... et ses puzzles agaçants !
      La solution serait me semble-t-il de créer un compte Google qui n'engage à rien d'autre que faciliter l'accès

      lien vers Googlecompte

      Supprimer
  11. Une jolie fable pleine d'espoir!
    "Une perle vous attend quelque part."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que c'est joli !
      J'ose dire cela, étant donné que lorsque j'ai commencé à écrire ce texte… j'ignorais tout à fait ce que j'écrirais à la fin !…
      Mystère de la créativité littéraire…

      Supprimer
  12. Jolie morale : une perle nous attend quelque part…
    Quant aux huîtres ou aux moules… je ne me prononcerai pas !
    Bises Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;-))
      Bises à toi aussi.
      J'espère que tout se passe bien pour toi dans ta formation.

      Supprimer

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici
, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.