J'en rêve encore… parce que je suis réaliste…
"Ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure." (Plutarque)
*

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici

, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !


lundi 4 mars 2019

Une partie de......





Doublez le texte (au moins !) grâce à l'ajout d'adjectifs, adverbes, conjonctions, propositions conjonctives, relatives, etc...
Bref, noyez le poisson !

Une partie de pêche.
Un jeudi, de bon matin, debout sur une roche, je laissai flotter ma ligne dans le tourbillon des belles eaux claires. Ah, quel bonheur, quand au bout de quinze à vingt minutes, en allongeant et retirant lentement l'amorce sur l'eau agitée, tout à coup une secousse répétée m'avertit que le poisson avait mordu et qu'ensuite le bouchon descendit comme une flèche habilement lancée.
C'était un gros ! Je le laissai filer, et puis, relevant la gaule à la force du poignet, une truite colorée fila dans les airs et se mit à sauter au milieu des ronces coupées et des herbes pleines de rosée.
(d'après Erckmann-Chatrian)

-----------

Comme indiqué, j'ai largement noyé le poisson… si je puis dire…

Ce que j'ai ajouté au texte d'origine est en gras
-------------

Une partie de pêche à la ligne du corps

Un jeudi, où nous nous étions à l'hôtel depuis la veille, de bon matin,  car elle aimait beaucoup que nous entreprenions nos ébats de bon matin, debout sur une roche de son mont de Vénus, je laissai flotter ma ligne dans le tourbillon des belles eaux claires de ses humidités matinales. 
— Ah, quel bonheur, soupira-t-elle
 au bord de l'extase, quand au bout de quinze à vingt minutes, de mouvements lascifs d'ondulation de ses hanches, en allongeant et retirant lentement l'amorce de mon explosion sur l'eau agitée des sueurs chaudes de sa peau, tout à coup une secousse répétée de son corps convulsif,  m'avertit que le petit poisson du désir sublime  avait mordu et qu'ensuite le bouchon (elle appelait ainsi ma virilité)descendit comme une flèche habilement lancée, jusqu'au plus profond d'elle-même. 
— C'était un gros ! S'exclama-t-elle presque étonnée de cette puissance orgasmique qui s'échappait de nos ébats.

 Je le laissai filer, cet orgasme magiquetrop heureux de contempler ce corps alangui qui revenait lentement à une respiration normale, et que les soubresauts de son corps s'apaisaient. 

Et puis, relevant la gaule à la force du poignet,  tant celle-ci s'était enfouie jusqu'à l'extrémité, je vis ses jambes s'agiter, et l'une d'elles, telle une truite colorée fila dans les airs et  cela m'étonna intensément.
C'est alors qu'elle se mit à sauter du lit avec une vivacité extrême. On aurait pu croire qu'elle se trouvait au milieu des ronces coupées et des herbes pleines de rosée.

Elle se précipita vers le cabinet de toilette, et  quelques minutes plus tard en ressortit habillée et maquillée, plus belle que jamais. 

Ensuite on s'est quitté jusqu'à la semaine prochaine. Elle rentra chez son mari, et moi je rejoignis le domicile conjugal. 

41 commentaires:

  1. c'est mieux de pécher que pêcher, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les deux cas miséricorde sera accordée…

      Supprimer
  2. Ah, le coquin ! Une pêche sur les monts de Vénus... Je préfère de loin cette pêche à l'autre !
    Merci Alain de ce texte revigorant.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. La vie est superbe du sommet des mont de Vénus !
      Merci pour l'appréciation.

      Supprimer
  3. Et son mari... n'est il pas à la pêche ? Amusant. Les inspirations se rencontrent mais tu y es allé franco ! Super.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton texte à toi a en effet piqué dans la même veine amoureuse…

      Supprimer
  4. une sorte de service d'entraide à domicile, quoi ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Rhoooo ! mais ça ne m'étonne pas de toi, je dirai même que je m'y attendais ;-)
    Ça m'a donné chaud, tiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, je n'allais pas passer à côté…
      chaud ? Cela fait du bien alors…

      Supprimer
  6. Attention, texte classé X, à ne pas mettre entre toutes les mains.. y'a qu'un homme pour penser à ce genre de pêche...ha, ha….

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça, pas qu'un homme ?
      Si tu vas lire chez Pivoine, tu verras que non… hé hé !
      ;-)

      Supprimer
  7. Peut-être que le mari était déjà parti à la pêche à la truite ? Comme le dit presque l'adage "qui va à la pêche perd sa fraîche"
    Joliment érotique, un brin coquin, tu as fait fort !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois avouer que j'aime sortir des chemins qui mènent trop vite à la rivière…
      et j'ai bien aimé ton adage !

      Supprimer
  8. Charlotte4/3/19

    Si à partir d'un texte bien sage et bien gentil , vous avez recu comme consigne d'en faire un, pas sage du tout, faites appel à Alain : C'est un spécialiste des X .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà !
      C'est tout à fait ça…
      une spécialité…

      Supprimer
  9. Ah mais.... il y a du savoir faire derrière le savoir dire!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On parle toujours quelque peu d'expérience…

      Supprimer
  10. :-)) C'est X chez AlainX. Bravo pour cette pêche miraculeuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens oui ! C'était peut-être un hôtel à côté du Jourdain…

      Supprimer
  11. Je ne sais pas pourquoi mais je ne suis pas surprise.

    RépondreSupprimer
  12. Eh bien, voilà qui est un habile "détournement", bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le bord de la rivière, il y avait une barque pour Cythère…
      il suffisait de s'embarquer…

      Supprimer
  13. A moi la médaille du MLT mais pour toi celle du savoir écrire un texte coquin et séduisant sur un thème qui n'en laissait rien présager. Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton appréciation.
      Et l'allusion !…

      Supprimer
  14. Alors là !!! un détournement de maître !!
    Colette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup
      je me suis surtout bien amusé à l'écrire…

      Supprimer
  15. Après un train peut en cacher un autre...
    Un texte peut en cacher un autre !

    Je dire Wouah, voire même plus WOUAH !!!!!!!!!!!!!!!!

    Un travail de Maestro !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire prendre un chemin de traverse à une consigne, sans vraiment la transgresser… c'est un de mes petits plaisirs affectionné !
      si en plus cela plaît au lecteur… !
      Alors c'est presque parfait…

      Supprimer
  16. Génial et jouissif, mais bon, cette « gaule relevée à la force du poignet » ne pouvait que te mettre sur la voie...
    J'arrive de chez Le Goût, et je trouvais étrange qu'il n'y eût pas pensé, et hop, tu l'as fait.
    Magie magie !
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui évidemment, dès qu'il est question de gaule… je ne pense pas forcément à notre général sauveur de la France !

      Supprimer
  17. Ah là... on peut dire que tu as en effet noyé le poisson, en a fait une sirène, avec les sirènes du plaisir alertant le voisinage... Et puis la dame qui s'en retourne à l'époux et toi à l'épouse, frissons accomplis....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Frisson accompli »… j'adore !
      Un grand merci pour ce commentaire.

      Supprimer
  18. Ah! qu'en termes galants, ces choses là sont dites!

    RépondreSupprimer
  19. Ha ha, c'est génial d'en arriver là en partant du premier texte, j'adore...
    Chapeau bas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pastelle.
      Petit chalenge qui m'a bien amusé !

      Supprimer
  20. La pêche est beaucoup plus drôle ainsi racontée. Cette description nous laisse imaginer visuellement la scène, et pas que, et la journée s'annonce beaucoup plus "excitante" ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nettement plus frétillante, en effet !
      ;-)

      Supprimer
  21. Ah! Alain! J’adore!
    L’audace!
    C’est drôle. Mais pas que...
    Le « pêcher » c’est très très bon. Astucieux!

    Je m’incline. Vraiment!

    RépondreSupprimer

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici
, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.