J'en rêve encore… parce que je suis réaliste…
"Ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure." (Plutarque)
*

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici

, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !


lundi 16 septembre 2019

Un nouvel entrepreneur.




Cet homme est-il désolé par la vision de cette usine vidée de son âme ?
À moins qu’il ne se demande déjà comment il va aménager le lieu pour lui redonner vie …
D’après vous ?
Racontez-nous ce que vous dit cette image.





Un nouvel entrepreneur.

— Exactement ! C'est bien ici que travaillaient mon grand-père, puis mon père, dans cette usine spécialisée dans l'étude, la conception et la fabrication d'équipements industriels. C'était une entreprise innovante — enfin, pour l'époque. Mais concevoir et réaliser des machines capables de fabriquer des produits qui n'ont plus cours actuellement... ce n'est pas à porter au crédit de ces capitalistes aveugles quant à l'avenir. 
Il est clair que les dirigeants de l'époque se sont montrés incapables d'une reconversion dans le domaine des technologies nouvelles. Vous comprendrez dès lors que la faillite était à la clé. Elle n'a pas tardée d'ailleurs. L'usine est à l'abandon depuis plus de 20 ans.

— Tout à fait exact également ! Je suis un fils de cette lignée d'ouvriers. J'ai travaillé d'arrache-pied dans des conditions que vous ne pouvez imaginer pour être admis dans les meilleures écoles de commerce international. Mon objectif est de venger ma lignée.

— Mais non, voyons, je ne suis pas pire que ces messieurs de la haute finance ! Ce ne sont ni le gain ni la notoriété qui me motivent. Uniquement la réhabilitation de tous ceux qui furent exploités. voilà pourquoi j'ai racheté l'ensemble des bâtiments industriels de l'usine.

— Un Rastignac ? Votre comparaison est presque une insulte ! Certes, j'ai su m'introduire dans les milieux de la finance, convaincre des investisseurs en capital – risque. J'ai au préalable courtisé leurs épouses ou leurs premières maîtresses. Par l'entremise des femmes, on obtient beaucoup, et même je devrais dire énormément.
J'ai levé des millions d'euros. Il suffit parfois d'avoir au poignet une fausse Rolex, et de louer une voiture haut-de-gamme allemande avec chauffeur, et de proposer un bon plan de financement prévisionnel garantissant un retour sur investissement particulièrement juteux.

— Mais non ! Je n'ai pas couché avec les femmes de ces gens-là ! C'est bien plus subtil que cela. Il faut savoir se faire désirer afin de s'introduire, convaincre sans exaltation, les prendre au piège avec leurs propres arguments. Mais sans doute, et surtout, une sorte « d'aura personnelle » dont je ne saurais vous dire d'où elle me vient, mais qui est bien présente, comme un don du ciel. Et en l'espèce le ciel semble argenté.

Je leur ai présenté un projet de mise en bouteilles à gaz comprimé, de l'air que l'on trouve dans des endroits encore respirables et non pollués (ou très peu) et que l'on pourra vendre à prix d'or, lorsque l'atmosphère ordinaire deviendra irrespirable et pestilentielle. Ce qui ne manquera pas d'arriver dans quelques années. Des gens fortunés donneront des sommes considérables pour pouvoir continuer à respirer « normalement » un air ordinaire et garanti bio.
J'ai vu certains investisseurs transpirer à grosses gouttes face à la perspective de multiplier leur investissement d'origine par 50 ou 100, voire plus.
L'affaire était mise en bouteilles… si je puis dire…

— Est-ce que c'est une réussite ? Évidemment ! Tout du moins pour l'instant. Mais je dois vous quitter. Je prends l'avion tout à l'heure. Les 400 millions d'euros qui viennent de m'être débloqués pour le lancement des opérations, ont été transférés il y a quelques minutes dans un paradis fiscal dont je ne vous dirai rien, bien évidemment.
J'ai été très heureux de bavarder avec vous.



27 commentaires:

  1. Beau panégyrique du cynisme !
    Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je contribue à l'apologie du capitalisme obscène.

      Supprimer
  2. Et la réforme des retraites dans tout ça?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'est plus nécessaire.
      Les retraites sont abolies en leur principe.
      Et comme le travail c'est la santé, il en sera de même pour la Sécu : suppression.

      Supprimer
  3. Ce devoir prouve que nous n'avons pas une grande confiance dans l'humanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, je n'ai pas confiance EN QUELQUES-UNS de l'humanité.

      Supprimer
  4. Je pense à certains là…

    RépondreSupprimer
  5. bonne idée de prendre l'avion, ça rendra encore plus vite l'air irrespirable ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a beau avoir des millions, c'est pas une raison pour gaspiller l'argent : l'avion est moins cher que le train :-)

      Supprimer
    2. Comme quoi, Adrienne, tu as toujours les bonnes idées pour concourir à la réussite des projets les plus merveilleux !
      😊

      Supprimer
  6. Serais-tu devin ? Ca fait froid dans le sos, mais cela peut arriver !

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas fait ce devoir et je savais que je lirai des textes atteignant mon psychisme ! Je viens de chez Delia et je confirme, et j'ai un peu honte, si c'était à refaire je me demande si je ferais des enfants, pourtant je les adore mais plus je grandis... euh vieillis ! et plus je me fais du souci pour eux, pour mes petits-enfants surtout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai sept petits-enfants, et je ne me fais aucun souci à propos de leur avenir.
      Non pas parce qu'ils sont « brillants dans leurs études » (ce qui est le cas), mais parce que les humains ont toujours trouvé des solutions à tous les problèmes qu'ils rencontrent depuis des milliers et des milliers d'années…
      Je n'ai pas oublié dans les années 1950 l'ambiance mondiale de catastrophes dans laquelle on attendait la guerre atomique qui allait enfin détruire toute la planète. Les fabricants d'abri atomique de l'époque sont devenus milliardaires.

      Ce que l'on appelle désormais « la névrose écologique » n'a pas de prise sur moi, même si je m'amuse à des textes « catastrophistes ». J'ai tellement traversé d'épreuves dans ma vie, que je ne crains plus grand-chose.

      Ce ne sont que des fictions, pas de la divination. D'ailleurs je ne crois pas à celle-ci. Cela fait tellement longtemps qu'on nous promet la fin du monde pour demain matin.
      J'attends toujours ! Mais qu'est-ce qu'ils font ! Encore des fausses promesses !

      Supprimer
  8. Le problème est que les "quelques uns de l'humanité" en lesquels on n'a pas confiance, peuvent faire beaucoup de dégâts quant au quotidien de tant d'autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Heureusement qu'en contrepartie il existe des minorités qui font beaucoup de bien à tant d'autres

      Supprimer
  9. Le début ressemble étrangement à ce qui est arrivé dans mon ancienne entreprise… qui fabriquait … des machines à sacs plastique (de ceux que l'on donnait dans les magasins jusqu'aux années 90). J'a eu donc un petit pincement quand tu as évoqué le manque de reconversion etc...
    Et ensuite, cette idée d'air… une superbe idée. Caustique, aigre. Parfaite, quoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours compliqué une reconversion d'entreprise. Parfois impossible.
      En revanche, un plan de reconversion pour les salariés, là c'est une possibilité. Parfois, pour certains, une véritable opportunité (j'en connais…)

      Supprimer
  10. Oui, c'est clair qu'il y en a qui ne manquent pas d'air !

    Bon, je vais encore m'y prendre à 2 ou 3 fois pour prouver que je ne suis pas un robot ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. J'aime bien la remarque ne pas manquer d'air !
      Tu n'es pas un robot mais tu es une femme persévérante…
      as-tu essayé le compte Google ?

      Supprimer
  11. Mettre l'air pur en bouteille... à air comprimé!!! Juteuse idée effectivement! Il y a matière à déprimer le plus fervent des collapsologues :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Les collapsologues !
      J'étais déjà effondré dans ma jeunesse rien qu'en lisant Tintin « l'étoile mystérieuse » :
      — « C'est le châtiment ! Faites pénitence ! La fin des temps est venue !… »

      Supprimer
  12. Exact, le capitalisme obscène, mais avec ce chemin qui part d'en-bas, tout benoitement, bordé de projets qui font du bien au coeur et une fois arrivé en haut... on se retourne et on se dit "que j'étais naïf, quand même, hein, alors qu'au fonc ces gens n'attendent que de se faire plumer...."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien souvent l'exploité d'aujourd'hui caresse le rêve secret et inconscient de prendre sa revanche en étant l'exploiteur de demain.

      Supprimer
  13. Très acide, et hélas, très probable.
    L'air, l'eau... L'égocentrisme imbécile et l'appât du gain n'ont aucune limite en termes d'inventivité... certains jours, je ne me languis pas le futur.

    RépondreSupprimer
  14. Il y aura toujours des gens peu fréquentables.
    Mais j'espère qu'ils demeureront une minorité que l'on peut combattre. Mais malheureusement qu'il est impossible d'éradiquer.
    L'homme capable du meilleur comme du pire : c'est bien connu !

    RépondreSupprimer

Pour éviter les difficultés à commenter : créez un compte Google gratuit en cliquant ici
, facile et cela n'engage à rien. Vous n'aurez plus à prouver que vous n'êtes pas un robot !

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil).
Merci.
Je le publierai en votre nom.