dimanche 26 août 2018

La vie des nains de jardin libérés



Certaines, certains d'entre vous, se souviennent probablement du « Front de libération des nains de jardin » (FLNJ) qui sévissait en France vers la fin des années 1990. Il exista également une fraction dissidente : « FLNJ – canal hystérique ».

Militante, et digne fille de son père, ma cadette en fut l'une des membres actifs.

Les nains de jardin ainsi libérés purent librement se disséminer et se reproduire, n'étant plus en esclavage chez leur propriétaire.

Toujours soucieux de mener pour vous des enquêtes approfondies, cet été, à l'occasion de ses vacances, votre serviteur est allé à leur rencontre, découvrant ainsi la vie de ces êtres qu'ignore le commun des mortels, trop occupé à des préoccupations socio-politiques sans intérêts..

Il est vrai qu'il est nécessaire, pour aborder les nains de jardin libérés, de posséder un matériel photographique spécial. À défaut ils demeurent actifs, mais dans l'ombre, dans une invisibilité absolument parfaite.

Nous leur avons consacré un reportage.








vendredi 24 août 2018

Reprise

Commençons par un retour en douceur, après une période estivale riche en rencontres et  enseignements divers.
Comme ne le savent pas ceux qui ne viennent pas lire ici, j'ai une prédilection pour les endroits maritimes.



Je suis passé de l'opale à l'émeraude, du composé de silice hydratée, au sous-groupe des cyclosilicates, plus communément appelé « cœur de pierre », enfin bref d'une Manche plutôt orientale, à une Manche plutôt occidentale.

 Mais trèfles de prairie, je vous laisse avec quelques photos.


Il ne faut pas se précipiter sur la reprise.


Vers le Cap Fréhel

Là on y est !



Ben oui, mais il s'envole trop vite !!


Quand le Dauphin est ... Roi.




Je l'ai quand même eu, l'envolé !





lundi 13 août 2018

la recherche du bonheur

Longtemps j'ai cru que le bonheur était une affaire solitaire. Quelque chose entre soi et soi.
Je m'en suis peut-être approché. Je crois même avoir cru l'apercevoir.
 Allait-t-il venir ?
Il n'est pas venu.

Longtemps j'ai cru que le bonheur était une affaire de couple. Il me fallait  donc l'attendre, elle.
Allait-elle venir ?
Celle qui est venue alors ne m' apporta que tourments d'un amour impossible.


Longtemps j'ai cru que le bonheur ne serait pas pour moi.

Chercher le bonheur c'est sans doute ne jamais le trouver.
Chercher à vivre l'intensité du moment qui passe c'est le faire arriver.

Mon bonheur a surgi à l'instant même où, définitivement, je ne l'attendais plus.



Photo AlainX




lundi 6 août 2018

Mystère et bonheur


Probablement que je garderai de cette première partie de vacances des souvenirs intenses.
Il est vrai que chaque année a sa particularité, Mais celle-ci semble posséder une surabondance.

Cela tient sans doute à la qualité des rencontres faites, À moins qu'il s'agisse de ma propre qualité de présence à autrui durant cette période, même si cette hypothèse à un arrière goût de prétention.

Quoi qu'il en soit l'époque fut marquée par un subtil bonheur qui n'a cessé de m'habiter. Quelque chose de doux avec une absence d’effervescence et de débordements. Cela n'a pas empêché les rires fous au cœur des échanges profonds.

Certaines conversations ont illuminé mon cerveau et mon cœur. À un âge avancé il est toujours possible de s'enrichir au-delà de ce que l'on croyait possible.

On pense toujours connaître ce que l'on ignore de la personne. On se trompe souvent. Tant mieux. Cela augmente l'humilité nécessaire. En même temps on plonge non sans crainte dans le mystère et la profondeur de l'autre, ainsi que l'inaccessible et insondable énigme de celui qui ne nous ressemble pas.


Être invité à visiter les paysages intérieurs que l'autre nous propose de rencontrer, vaut largement toute la beauté  des merveilles naturelles  qui s'offrent à nos yeux, quand bien même celles-ci méritent le déplacement.

Photo AlainX

jeudi 2 août 2018

Revenir— Repartir


Oui, ça va, je vous remercie… !

Mes vacances se déroulent dans d'excellentes conditions.
Enfin, quand je dis mes vacances, est-ce que je ne suis pas vacances toute l’année ?

Bon, je pourrais développer le concept de vacances en long et en travers, mais franchement, est-ce que cela en vaut la peine alors que vous lirez peut-être ce texte sous la canicule…

Cette escapade sur le net n’a pour objet que de vous faire un petit signe en passant, car je suis dans la situation indiquées dans le titre de ce billet.

Je me suis baladé dans divers endroits de notre beau pays. De la Nouvelle Aquitaine jusqu'aux greniers à blé du Grand Est, en passant par la Bretagne. Je ramène une flopée de photos Je vous en montrerai quelques-unes bientôt…

Je vous laisse provisoirement avec deux charmantes personnes donc j'ai surpris la conversation sur la plage de Chatelaillon (*)

Tiens, cela me rappelle une vieille histoire :
—Dis papa, c'est encore loin l'Amérique?
— Tais -toi, et nage ! 





(*) Mais non voyons, moi qui ai inventé le dialogue !