Accueil

jeudi 16 octobre 2014

Born to be …. exploited


Il fut un temps où c'était du jour au lendemain qu'on retrouvait ses énergies. Même par temps de courte nuit.
Au début, on ne repère pas l'accumulation des toxines. Et puis, le corps est fabriqué pour suivre fidèlement. On le croit invincible, malgré les signaux d'alerte qu'il envoie. Une tasse de café fort, puis deux, puis trois. Un petit verre de whisky, puis deux, puis trois, puis la bouteille. Quelques cachetons, quelques compléments zalimentaires, quelques conseils d'ami(e)s en matière de détox, intox, flytox, et hop !!
Et puis quoi, on n'a qu'une vie après tout ! Mieux vaut brûler à fond que se consumer lentement.
Puis les autres nous soutiennent : 
— Allez  ! Donne-toi à fond pour La Boite !  Le Boss sait se montrer généreux avec ceux qui en veulent vraiment !

Et donc : un rail, un seul. On sniffe seulement le week-end, pour oublier la fatigue de la semaine en faisant la teuf dans la carré VIP jusqu'au bout de la nuit. Faut dire que maintenant on est libre. C'est vrai que le juge a pas mal chargé pour la pension alimentaire, mais au moins les gosses ne font plus chier. Et puis de toute façon on est bien blindé coté tunes. No soussailles !
On fait partie des meilleurs. Ceux qui atteignent leurs objectifs ! 

Mais le bruit court que le N+2 aurait remonté les bretelles du N+1, le vénéré chef direct. 
 — Dis donc, t'as vu tes résultats ? Tu ne vas quand même pas devenir mou du genou ?

Parait qu'on serait pas assez au-delà des objectifs fixés. Pourtant, on les a atteints les objectifs. Oui mais, désormais, le bon collaborateur dépasse les objectifs. C'est la règle. Question de se donner un chalenge  personnel et le respecter. Un peu d'ambition que diable ! 

— Ressaisis-toi, merde ! dit le N+1,  c'est moi qui prends l'engueulade. Tu crois que ça m'amuse de me faire engueuler à ta place ? Putain, t'as plus les couilles ou quoi ? Tu me déçois tu sais ! Beaucoup ! Je te croyais meilleur que ça !

On croyait que c'était un vrai pote le N+1. On aurait fait n'importe quoi pour lui. Il savait tellement motiver et promettre. Et là, c'est comme si votre meilleur ami vous plantait un couteau dans la poitrine. Mais bon, on comprend. On est tellement con qu'on comprend qu'il faut redoubler les efforts. On va y arriver. Il n'est pas question de perdre l'estime de ses chefs. C'est capital. Vital. Et puis quoi, il nous l'a toujours dit, on fait partie des meilleurs…

*

On n'a rien vu venir.
C'est arrivé un dimanche matin, au réveil, vers 13 heures.
Impossible de se lever. Trop bu ! C'est ça, on a trop bu, trop fumé, trop sniffé.
Ça va passer.
Ça passe pas. Tétanisé. Quasi paralysé !

*

Il y a plus d'un an maintenant qu'on est en "arrêt pour longue maladie".
Le psychiatrie est sympa et compréhensif. 
On n'a jamais revu le N+1, encore moins le N+2.
Tout est passé par les avocats. Le chèque fut conséquent.
Retrouvera-t-on du travail ?
Il faudra être patient dit-on. Encore quelques mois de traitement.
Mais, c'est sûr, le marché du travail est très encombré en ce moment.
Faudra être patient.
Ça va surement finir par s'arranger.

*

Inspiré de faits réels dans mon entourage.



28 commentaires:

  1. merci pour ce texte avec stress AlainX ! Et gronde la N ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te voir ici, fidèle parmi les fidèles discrets, c'est un véritable anti-stress !!

      Supprimer
  2. Ce texte me fait tirer la lippe Alain. C'est tellement vrai. Il me fait irrésistiblement penser à un article que j'ai lu récemment dans la presse dite "féminine". Une jeune femme racontait comment elle était parvenue au sommet dans son job de trader, pour tomber dans celui de sdf après être passée par la case junkie. Et cela en une seule année. La coke pour "tenir". De plus en plus. L'argent à foison qui repartait illico dans les poches des dealers et la chute. Elle disait que ses parents l'avait mise deux fois au monde et que sans eux elle serait morte. C'était un témoignage bouleversant. Tout comme ton texte qui montre bien ce qu'est devenue l'entreprise: une machine à broyer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un autre tabou... donc chuttt..... ce sont les cachetons, l'alcool, et autres excitants pour tenir dans le milieu médical hospitalier.... Chuttt j'ai dit !
      Il y a juste UN CAS UNIQUE EN FRANCE, l'anesthésiste alcoolique à donf, bourrée à la vodka lors de son intervention à la maternité. Elle est donc la meurtrière de la mère qui accouchait. Juste une petite erreur.....
      Chez les flics elle n'avait plus que 2,4 g/l dans le sang.... quasi rien en quelque sorte.... (je rappelle qu'avec un tel taux, une personne "normale" est en coma éthylique.....)
      Et ça TOUT LE MONDE SAVAIT depuis des mois.....

      Un cas UNIQUE ? oui oui oui bien sûr !!
      Sauf quand on a des amis dans le milieu médical..... qui racontent autre chose....
      Comment vous croyez qu'un type ou une nana tient 3 jours sans dormir plus de 2 H et en bossant dans l'urgence sans arrêt ?
      la faute à qui ?
      Bonne question. Merci de l'avoir posée.....

      Supprimer
  3. une de mes filles, travaillant dans le "catho", est exploitée comme pas deux...
    Il y a 15 jours elle a craqué... un début de burn-out
    un début seulement heureusement!
    Elle est restée trois jours au lit à ne plus pouvoir/vouloir voir personne
    Là maintenant elle est repartie à son boulot d'enfer
    Je tremble pour elle
    Elle cherche un autre boulot pour fuir ce lieu mortifère
    Mais tout le monde sait bien que chercher (et trouver) du boulot ..................

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Triste réel en effet....
      Il serait temps de revenir à des actions collectives de révolte....
      Heureusement, ça se prépare dans l'ombre....
      Gare à l'explosion !

      Supprimer
  4. Anonyme16/10/14

    Joli texte... On attaque les entreprises, mais en fait c'est le "système" qui est mis en cause...
    Notre mode de vie, de pensée, d'attitude, notre politique, notre vie "développée"...
    Nous sommes les fruits d'un arbre qu'on a laissé pourrir..
    ;-)
    Gilles, alias le rônin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. joli ? non !
      Réaliste, oui !
      Mais c'est quoi le "système" ?
      C'est comme "la crise" !
      Des concepts totalement vides.
      Je connais des entreprises aux fonctionnements "humains" et respectueux des personnes, et qui réussissent et font du profit partagé sur le marché tel qu'il est.....

      Supprimer
    2. Anonyme18/10/14

      Comme j'essaie de le dire maladroitement, le système est notre façon de vivre, de penser, d'agir... Si le "système" n'est qu'un concept, une idée complètement vide, il en est de même de la "république,"la "liberté", la "démocratie", etc...
      Chaque individu agit dans le sens qui lui semble le mieux, et si après cela l'on se laisse submerger par son choix... Qui en est le premier responsable si ce n'est l'individu ?...
      Facile de rejeter la responsabilité sur les autres...
      De se poser en victime...
      Mais les seules victimes sont celles qui sont au mauvais endroit au mauvais moment ; pas celles qui s'exposent volontairement dans une situation qu'elles ne contrôlent pas ; en l'occurrence une entreprise oppressive.
      J'en ai soupé de ces "flambeurs" qui s'écroulent ensuite et "prêchent la pitié à l'ombre de leur misère"...
      Ton texte et joli, j'insiste... réaliste, sans doute.
      Mais la victime n'en est pas vraiment une.
      Bonne fin de week-end.
      Gilles, alias le rônin

      Supprimer
  5. Charlotte16/10/14

    Et maintenant grande nouvelle! Les femmes vont pouvoir faire congeler leurs ovocytes( le temps quil faut) pour jouir sans entrave de leur ascension professionnelle ( qui serait, paraît-il, fort compromise avec des enfants dans les pattes) et une fois bien assise professionnellement et financièrement elles auront la chance de pouvoir enfin envisager une grossesse ( vers la quarantaine ) par une fécondation in vitro avec leur ovocytes de bonne qualité car prélevés quand elles étaient en pleine jeunesse et avoir un enfant ....
    C'est complètement dingue ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vivement la GPA légalisée partout !
      Qu'on puisse louer les ventres des femmes pauvres, (par solidarité), puis trouver quelques esclaves pour l'élevage des chiars des femmes ordinaires, qui pourront enfin être (quasi)égales des mâles dirigeants et prendre l'ascenseur pour le 8° ciel de la réussite sociale, à défaut de dignité humaine.....

      Ah j'oubliais, faudra aussi que les mâles congèlent leurs petites bestioles à reproduire, étant donné qu'après 30 ans, la qualité se perd à grande vitesse....

      Faudra enfin que des couples de 40/45 ans aient encore l'envie de se reproduire.... Étant donné la difficulté à cet âge là d'avoir encore un travail rémunéré.... Vu qu'après 45 ans, c'est connu, on est largement obsolète question rentabilité et obéissance aveugle au chef adulé jusque là !
      Exit ! Place aux jeunes ! ... Ah merde ! il n'y en a plus....

      J'ironise..... sinon je vais fondre en larmes.....

      Supprimer
  6. Le burn out, je l'ai frisé une ou deux fois...mais ma drogue, c'est le chocolat, je risque pas grand chose, à part un peu de constipation. Remarque, je fais la fiérote, mais une fois ou deux, c'est déjà trop, même si ce n'est que frôler...
    En tous cas, ton texte est excellent et la photo meta(phos)phorique fait froid dans le dos, enfin si l'on peut dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as de la chance, car beaucoup n'identifient pas les signes avant-courreurs...
      et puis tu maintiens l'emploi dans les chocolateries.... C'est déjà un geste citoyen !! :-)
      Merci pour ton appréciation sur le texte.

      Supprimer
  7. Mon fils est parti avant de craquer.
    Il n'a pas de charge de famille. C'est plus facile.
    Depuis il cherche.

    Je ne comprends pas ce monde de fou !
    Après quoi courrons nous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est une chance. Je lui souhaite de trouver une entreprise "à fonctionnement humain"... Ça existe encore !!
      Ta question est fondamentale !
      Mais, le plus terrible : On ne se la pose même plus .....
      Faut courrir ! C'est tout !

      Supprimer
  8. L'HUMAIN c'est quoi, c'est qui çà existe encore? hélas aujourd'hui seul le profit compte, faut être battant sinon t'es rien, paraître au lieu d'être, il faut avoir l'air d'avoir l'air... il faut donner plus à l'entreprise et bafouer les droits des travailleurs mais pas uniquement et c'est là la différence maintenant cela touche aussi ce qui se croyaient à l'abri, les techniciens les cadres...le broyeur n'a pas d'âme....toujours toujours plus de profits pour les mêmes au détriment des humbles qui sont légion mais ils ne sont que la valetaille alors qui s'en soucie...alors oui ce serait bien qu'une révolte s'engage ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La révolte ne pourra qu'advenir.... (façon Grèce, Espagne, etc....) Mais gare aux dégâts collatéraux !
      C'est pour ça qu'Hollande s'est immobilisé et qu'aucune réforme n'est possible..... : reculer pour mieux couler !
      Dernière en date l'Europe nous réclame 4 milliards d'amendes pour pas présenter un budget dans les clous....
      Du coup Macron sort 3 lapins de son chapeau ....
      On marche sur la tête !

      Supprimer
  9. Que j'avais donc de la chance d'être née libre malgré moi. Malgré moi parce que ça me coûtait parfois cher, ou me sauvait la vie, qui sait? J'ai dit à un de mes boss que l'esclavage était aboli. A une secrétaire de service que non, je ne savais pas faire suivre un appel téléphonique parce que ce n'était pas mon travail (en tapant une pile de documents sous son nez méprisant), j'ai refusé à un client de "faire l'impossible" pour quelques dollars de plus en lui disant que ma vie privée était plus importante que ses dollars de plus... Certes avec tout ça;... je ne suis pas bien riche :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as de la chance alors,
      les riches sont tristes à mourir....

      Supprimer
  10. Que de souffrances!
    Personnellement j'ai vécu cela aussi mais en tant que compagne. Une fusion, on décapite; ceux qui ne font pas partie de la charrette se retrouvent avec des temps de trajets démentiels. Mon mari a quitté son superbe bureau avec grand écran pour un bout de couloir où il devait se lever chaque fois que quelqu'un voulait passer. Son immense écran a été mis devant lui dans une resserre poubelle et remplacé par un petit qui lui a donné des grosses migraines. Je ne veux pas décrire sa souffrance, ce serait indécent. Il a eu de la chance d'avoir une compagne solide, avec un travail sûr. Nous nous en sommes sortis, de ce système monstrueux. Tant de ses collègues n'ont pas eu cette chance, je pense en particulier à celui qui a fait partie de la charrette, n'a pas retrouvé de travail et est mort d'un cancer au cerveau quelques mois après, laissant sa famille totalement désemparée. Sa femme ne travaillait pas, à quoi bon, cela aurait passé tout en impôts. La chute fut vertigineuse. Jamais je n'oserai mettre cela dans un roman, on m'accuserait de misérabilisme excessif.
    Merci pour ce texte, Alain, même s'il réactive comme en beaucoup d'entre nous je pense, une souffrance que nous aimerions mettre un peu de côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est parfois des souffrances qu'il est nécessaire de regarder en face, parce qu'elles contiennent des messages salutaires.
      Le drame est de masquer ces souffrances-là par un système compensatoire aux multiples facettes (depuis la (fausse) reconnaissance-sociale, jusqu'aux drogues diverses et variées, médicamenteuses ou prohibées, en passant par la possession du superfétatoire devenu l'indispensable.

      La souffrance devient alors messagère de la nécessite d'un changement de vie radical librement et consciemment choisi.... avant que la maladie et/ou le handicap ne l'impose avec effroi....
      Un roman qui développerait tout cela avec ton talent ... J'en serais le premier lecteur....

      Supprimer
    2. Je note!
      En attendant je vais publier des nouvelles concernant l'après-guerre, la façon dont les gens survivent avec cette souffrance-là.

      Supprimer
  11. Michèle F.18/10/14

    Voilà le monde qu'on fait miroiter aux yeux de nos gamins dès la classe de.... 4ème? 3ème? Et les gamins, quand on leur demande : tu veux faire quoi? Il répondent, la com, la banque, le commerce (ajoutant parfois "international", l'épicerie du coin, c'est foutu)... Malheureux gamins, déjà vieux, si jeunes, on leur offre un drôle de monde....
    PS : je ne signe pas du nom de mon blog mais vous le connaissez....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que c'était mieux quand ils répondaient pompier, ambulancier, médecin ou explorateur !
      Il est vrai que leurs parents n'ont qu'un idée en tête, qu'il sortent premier des meilleures écoles à fabriquer les zélites décadentes de la Croissance Éternelle....
      Ah le "Commerce international" ça en jette !!
      - tu fais du commerce international ?
      - oui, je deale du chit entre Amsterdam et Paris
      - Wahou ! la classe !

      Supprimer
  12. ton texte fait peur. Une personne qui devait participer au stage du dernier week end a déclaré forfait dernièrement à cause d'un burn out. C'est vraiment courant. En agriculture, il y a sans doute aussi des burn out, pas tout à fait pareil, à cause de la somme de travail et de si peu de considération, si peu de rémunération, ça pousse carrément au suicide de bcp d'agriculteurs, ils vont jusqu'au bout et n'ont guère de possibilité de prendre un arrêt de travail. La pression est partout. Nous avons de notre côté pris le parti de zapper le plus possible les intermédiaires, et de gérer de la mise en culture à la vente, pour ne pas trop se déculotter. C'est plus de travail mais moins de soumission. Ce sont des quantités d'heures que peu de gens voudraient faire (je parle des hommes qui m'entourent pas de moi, je suis priviliégie avec mon emploi de bureaucrate mais je vis quand même un peu à leur rythme). Après quoi courons nous ? après quoi ? tout le monde court, hélas, les bourreaux et les victimes aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est peut-être pas si mal que mon texte fasse peur, et à tout le moins pose question…
      Parce qu'on ne peut quand même pas éternellement continuer comme ça la destruction de tout un potentiel humain…

      Supprimer
  13. Un texte très intéressant qui amène à se poser les bonnes questions et ne pas pratiquer la politique de l'autruche ...
    C'est pas gai mais c'est la réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est indigne aussi d'une société dite "civilisée"
      et pourtant TOUS nos politiques sont d'accord pour les "gains de productivité", ce qui veut dire pour "exploiter les travailleurs" comme on disait autrefois....
      Les communicants, inventeurs de formules mensongères ont gagné...

      Supprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.