samedi 2 mai 2015

Campagne





Elles sont assez rares les campagnes de pub que j'apprécie.
Celle de l’Association Aurore qui lutte contre l'exclusion depuis 1871, me semble fort intéressante.
Le détournement du luxe au profit de la pauvreté n'est-il pas particulièrement significatif des dérives de notre époque.
Une France remarquable par ses extrémités.
— Le grand luxe à la française dont on s'enorgueillit, parce qu'il fait rentrer de l'argent dans nos caisses à l'exportation, et que le touriste chinois engraisse les multinationales ex-françaises, tout en exploitant des travailleurs pauvres dans les ateliers.

—La grande pauvreté française dont on ne s’indigne plus guère. Qui n'a pas détourné le regard lorsqu'il voit ces mendiants pouilleux affalés dans les rues et qui font tâche devant les boutiques de luxe des Champs-Élysées, d'où  ils sont  d'ailleurs chassés à coups de matraque par notre belle police nationale…

France terre du luxe, France terre d'accueil, France terre des misères,

France terres des Lumières… bientôt éteintes…

Heureusement Jeanne-Marine d'Arc  va mettre de l'ordre dans notre beau pays.

Bouter hors de France les anglois, les étrangeois  et les pauvrois  !

10 commentaires:

  1. Charlotte2/5/15

    Je vois et puis quoi?Je me pose bcp de questions, je m'indigne,et puis quoi? Les riches vérouillent leurs portes, construisent des murs, mettent des sentinelles,les pauvres ,les migrants passeront au dessus des murs entreront par les fenêtres....A quand la journée, l'année, portes ouvertes... Et moi je fais quoi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis posé la même question et j'ai fait ce que ma conscience me proposait compte tenu de ma petite sphère et de mes petites forces....

      Supprimer
  2. Le monde ne tourne pas si mal qu'on veut bien nous le montrer. Il faut une demi-heure au jt pour donner toutes les mauvaises nouvelles du monde, mais il faudrait la journée entière pour énoncer tout ce qui va bien, les bonnes actions, les gens qui vivent sans tuer personne, sans armes à la main, sans drogue, sans violence, ceux qui s'occupent des ONG, les mères Thérésa, les soeurs Emmanuelle, les abbés Pierre, ils sont légion, les dévoués, les obscurs, qui donnent de leur temps, de leur énergie, de leur courage, pour éclairer d'un sourire les visages des malheureux, des malades, des sans abris, des sous développés, des sans espoirs, des oubliés, ils ne font pas de bruit mais ils répandent le bien autour d'eux, pierre après pierre ils reconstruisent, ils pansent, ils réparent, ils sauvent, ils soignent, ils s'activent même s'ils n'ont pas les honneurs du jt.Combien de médecins sans frontières sauvant et secourant les populations éprouvées du bout du monde, pendant que les grands de ce monde se pressent dans leurs salons lambrissés en mangeant du caviar avec des tremolos dans la voix. Combien d'intellectuels mettant leur plume au service des grandes causes, dénonçant la guerre, le racisme ou la misère...Combien d'oeuvres sublimes au cinéma, en littérature, en peinture, en musique, pour dénoncer les odieux travers de l'homme et exalter au contraire ses fulgurances...Combien d'éducateurs sauvant des jeunes du naufrage social, combien de psychologues, d'infirmières, d'enseignants, de travailleurs sociaux, d'associations qui retroussent leurs manches au quotidien, qui montent au charbon pour maintenir le tissu social, qui donnent encore et toujours , comme de petites gouttes d'espoir dans l'océan. Cet océan de sinistrose dans lequel on noie les gens, on les paralyse en leur faisant croire que tout est perdu.On les rend impuissants et mous. Pour servir les intérêts de ceux qui se moquent du tiers comme du quart-monde.. Mais rien n'est jamais perdu.Rien n'est jamais définitif. C'est de cette certitude que je puise ma force même dans les moments où je me laisse aller à désespérer. Et puis je retourne dans l'action et je regonfle mes neurones de cet espoir vital.Non, le monde ne va pas si mal, et il pourrait même aller encore mieux si toutes les énergies positives se mobilisaient pour refuser la fatalité.
    C'est mon côté colibri qui parle.
    Bisous étoilés
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est évidemment pas moi qui contesterai ce que tu écris là.
      Reste que, et quoi qu'il en soit, pour côtoyer concrètement certains qui font partie des catégories que tu cites, si leur engagement reste intact, les politiques actuels (notamment dans les régions), n'ont de cesse que de leur mettre des bâtons dans les roues, sous couvert de restrictions budgétaires, combien de subventions et de financement sont supprimées.
      Pas loin de chez moi une association d'aide la personne handicapée va fermer ses portes. Exsangue ....
      Si rien n'est jamais perdu… bien des choses restent en péril…

      Mais tu as raison, il y a beaucoup de personnes engagées… surtout les vieux comme moi ! Qu'on rencontre dans les associations…
      (36% des plus de 65 ans sont bénévoles dans une association. Un bon début !)

      Supprimer
  3. Sentiment que ce qu'on chasse par la porte rentre par la fenêtre, et c'est usant, il suffit de voir comme la France de Pétain ne s'est jamais si bien portée...

    Après, pour avoir bossé avec les SDF, il y a autant de cas que des personnes et c'est bien moins simple qu'on pourrait le penser. Ce qui est certain ,c'est que quand quelqu'un se retrouve à la rue , il faut aller vite, très vite, pour éviter la déstructuration , tous les maux de la rue etc. Et ne jamais oublier que même leur droit de rester dans la rue doit être respecté, même si ça nous parait unsupportable, sinon c'est les nier dans leur liberté d'être humain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d'accord avec toi, ayant un peu "assisté juridiquement" des personnes en détresse via un ami engagé auprès de SDF. Les situations qui se dégradent très vite sont terribles... l'enchainement : divorce --> vente maison --> perte d'emploi --> vie dans la voiture ---> travailleur pauvre s/s seuil de pauvreté -- > vie dans la rue --> SDF ; enchainement terrible et personne n'y est à l'abri vraiment....
      je pense à un homme PDG d'une boite dans le bâtiment / grosse bagnole / faillitte / syndic rapace / banques au cul... etc..... => SDF
      Et cependant, continuer d'y croire en l'homme capable de se restaurer et reprendre vie.... Sinon, faudrait tous se flinguer....

      Supprimer
    2. Très juste... tous ces critères dans un ordre différent selon la personne... Et de ce que j'ai pu voir au Samu social et que les expérimentés m'ont dit aussi, un autre critère très important, les problèmes psy. Soit ils sont antérieurs et vont aider la dégringolade, soit ils arrivent à cause de la rue d'où la nécessité d'aller vite...
      Ne pas oublier aussi aujourd'hui tous ces jeunes fichus à la porte de chez eux suite à la dispute de trop et comme ils n'ont rien , aucun boulot ni aide, c'est la rue.
      Curieusement, j'ai pu constater et on me l'a dit, les femmes en sortent bien plus vite souvent, peut-être, je ne voudrais pas tomber dans un cliché, c'est juste mon hypothèse , une image moins valorisante en société fait qu'elles acceptent de la perdre momentanément sans que ce soit le gros effondrement total mais la lutte pas à pas dents serrées pour sortir de là ...
      Autre cliché terrible, on ne se rappelle des sans domicile que lorsqu'on a froid. Alors que c'est l'été qu'ils meurent le plus ( déshydratation, hygiène, pbls de santé aggravés par la chaleur ) mais quand on prend l'apéro sur sa terrasse ou au bord de la mer, on a du mal à imaginer ;-) ... Ainsi va l'humain que tant qu'il n'a pas mis ses pieds dans les même souliers... Je suis comme les autres, j'essaye juste quand je ne sais pas ,de me taire, de ne pas être un "y a ka "...

      Bon, heureusement qu'il y a ton blog encore ( continue ! ;) ) à lire avec plaisir , pour donner vie intelligente car pleine de réflexion sans jugement ni condescendance , au web ;) ... Ca devient si rare...

      Bises

      Supprimer
    3. Oui, j'aurais pu ajouter les problèmes psy.... d'autant que je les ai cotoyés plus "en direct" si je puis dire ainsi dans mon métier. J'intervenais au sein des 2 assoc d'alcooliques les plus connues. Ce furent sans doutes mes "entretiens" les plus douloureux comme thérapeute... Hormis les problématiques viols/incestes, je crois que c'est le plus terrible que j'ai pu voir de descente aux enfers dont il est si difficile de remonter.... et même parfois c'est un échec énorme.... Heureusement quelques "abstinents" retrouvaient une vie plus humanisée, comme quoi la puissance de vie demeure forte, mais le chemin est parfois si ardu....

      Aujourd'hui je n'ai plus les forces physiques de tout ça... Je me contente ici et là de petites choses à ma mesure, cependant, trop de paresse peut-être ?

      Merci pour tes paroles concernant mon blog... Mes motivations dans le sens que tu dis sont un peu à la baisse.... tu me donnes donc à réfléchir....

      Supprimer
  4. la pub comme on l'aime !

    RépondreSupprimer

Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir adresse dans la marge à droite tout en bas).
Merci.
Je le publierai en votre nom.